Salve

Publié le 19 Novembre 2014

Malgré la panne d'hier de notre hébergeur, le blog est resté accessible ! Je ne comprends pas pourquoi, mais c'est une Bonne Nouvelle !

Les premières infos de la maman pour laquelle je vous invitais à prier sont plus rassurantes que prévu, même si le bébé baptisé à la naissance est en soins intensifs ! Nous ne relâchons pas nos prières, pour Vianney (c'est le nom du pitchoun) et pour ses parents !

Nous les confions aujourd'hui à Sainte Élisabeth de Hongrie Veuve, Tertiaire de Saint-François (1207-1231)


Élisabeth, fille d'André II, roi de Hongrie, connut toutes les joies et toutes les grandeurs, mais aussi toutes les épreuves de la vie, et Dieu a donné en elle un modèle accompli aux enfants, aux jeunes filles, aux épouses, aux mères, aux veuves et aux religieuses, aux riches et aux pauvres. Après une enfance tout angélique, elle fut fiancée au jeune prince Louis de Thuringe. Dès lors Élisabeth donnait tout ce qu'elle avait aux pauvres. Sa piété, son amour de Dieu la poussait au sacrifice.



Les deux jeunes époux, unis par la foi encore plus que par la tendresse, eurent toujours Dieu comme lien de leur affection. Louis était un prince éminent par ses vertus et sa sagesse. La dévotion d'Élisabeth n'était ni triste, ni exagérée ; on ne la voyait jamais qu'avec un visage doux et aimable.



Elle aimait à porter aux pauvres de l'argent et des provisions. Un jour qu'elle portait dans son manteau du pain, de la viande, des œufs et autres mets destinés aux malheureux, elle se trouva tout à coup en face de son mari : « Voyons ce que vous portez » dit-il ; et en même temps il ouvre le manteau ; mais il n'y avait plus que des roses blanches et rouges, bien qu'on ne fût pas à la saison des fleurs.



Quelle douleur pour Élisabeth, quand son mari partit pour la croisade ! Elle souffrit avec courage cette séparation qui devait être définitive. Élisabeth restait veuve avec trois enfants. Alors commença sa vie d'épreuves. Chassée du château, réduite à la pauvreté la plus entière, méprisée, elle sut se complaire en ses souffrances.

Elle mourut à Marbourg le 17 novembre 1231, à l'âge de 24 ans, sous l'habit du Tiers Ordre de Saint-François.

Bonne journée !

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Salve

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :