Salve

Publié le 12 Janvier 2015

Après la grande "messe républicaine d'hier ( prions pour que les gens soient surtout venus pour honorer les morts que pour la pseudo liberté d'expression gauchiste...) nous fêtons aujourd'hui un saint merveilleux ! Certes ils le sont tous à leurs façons, mais celui là travaillait justement pendant les premiers jours de l'idéal fraternel républicain !

Pierre-François Jamet nait le 12 septembre 1762 à Frênes en Normandie, dans le diocèse de Séez, de Pierre Jamet, laboureur au lieudit la Villière, et de Marie Madeleine Busnot. D'une famille aisée, il a huit frères et sœurs dont deux devinrent prêtres et une religieuse. En 1702, il vient faire ses études supérieures de théologie et de philosophie à l'université de Caen. En 1784, il entre au séminaire des Eudistes de Caen.



Ordonné prêtre en 1787, il est nommé le 19 novembre 1790 chapelain et confesseur des religieuses du Bon Sauveur de Caen.



Refusant de prêter serment lors de la Constitution civile du clergé, il poursuit toutefois son ministère clandestinement afin de faire le lien entre les éléments dispersés de la communauté.


Après la Révolution, il met tous ses efforts pour restaurer et développer l'institut du Bon Sauveur, à tel point que les sœurs l'avaient surnommé le second fondateur. En septembre 1815, il donne pour la première fois des leçons à deux jeunes filles atteintes de surdité. Il se forge sa propre méthode qu'il expose devant l'Académie des sciences, arts et belles lettres de Caen et fonde en 1816 un établissement pour les sourds et muets au sein du Bon-Sauveur[2].



Parallèlement, il est nommé recteur de l'université, tâche dont il s'acquitte avec fermeté et humanité de 1822 à 1830.



Il meurt le 12 janvier 1845.

Bonne journée !

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0