Publié le 26 Septembre 2014

On se dit parfois que les temps anciens étaient plus calmes...rien n'est moins sur !

SAINT CYPRIEN et SAINTE JUSTINE
Martyrs
(†
314)

Les parents de Cyprien, très superstitieux, le vouèrent au démon dès son enfance ; ils le firent élever dans le paganisme ; il se livra à l'astrologie judiciaire et à la magie. Avec le secours de ses connaissances, il s'abandonna à toutes sortes de crimes et se déclara ennemi acharné de la religion chrétienne.

Il y avait à Antioche une jeune vierge nommée Justine, non moins distinguée par ses rares qualités que par sa naissance. Ses parents étaient idolâtres ; mais elle avait eu le bonheur de connaître Jésus-Christ, et sa conversion fut bientôt suivie de celle de sa famille. Un jeune homme nommé Agladius, païen, conçût pour elle une violente passion, et pria Cyprien de l'aider par les secours de son art. Ce magicien mit tout en œuvre, sans que rien pût lui réussir. Il consulta le démon, qui lui promit de lui servir d'auxiliaire ; mais de nouvelles tentatives ne furent pas plus heureuses ; la vierge priait, elle imprimait sur elle le signe du salut, et le démon s'enfuyait confondu. Cyprien, désespérant du succès, dit au démon : « Eh bien ! Te voilà vaincu ? -- Oui, dit l'esprit infernal, j'ai vu un signe, et j'ai été vaincu. -- Quel est ce signe ? reprit Cyprien. -- J'ai vu le signe du crucifié. -- Le crucifié est donc plus grand que toi ? Fuis loin de moi, imposteur ! Tu m'as trompé trop longtemps. »

Le démon chercha à étouffer Cyprien, mais il le mit en fuite par l'invocation du Dieu de Justine et par le signe de la Croix. Le jeune Agladius, plein d'admiration au récit que lui fit Cyprien, se convertit lui-même à Jésus-Christ. Emprisonnés par les persécuteurs après avoir été préservés l'un de l'huile bouillante et l'autre des flammes du bûcher, ils eurent la tête tranchée.

Lire la suite

Rédigé par Amandine

Publié dans #Salve

Repost 0

Publié le 25 Septembre 2014

Suite à l'affreuse journée d'hier pour la France, et en hommage à notre compatriote, le blog est fermé ce jour

Nous fêtons Saint Nicolas de Flüe (1417-1487) Ascète, saint patron de la Suisse

Malgré son penchant pour la méditation solitaire, Nicolas ne suivit pas immédiatement ce qui était sa vocation première. Il épousa une femme courageuse, Dorothée Wiss, qui lui donna cinq filles et cinq fils. Il tenait sa place dans la vie politique du canton comme conseiller, mais aussi comme officier dans l'armée. Mais ce bon père de famille, cet homme d'un grand civisme, se retirait dans un lieu solitaire pour prier chaque fois qu'il le pouvait.

A cinquante ans, une voix intérieure lui dit : "Quitte tout ce que tu aimes, et Dieu prendra soin de toi." Il demanda à sa femme et à ses grands enfants l'autorisation de se consacrer entièrement à Dieu et se décida à tout quitter. Il s’éloigna, pieds nus, vêtu d’une longue robe de bure, un chapelet à la main, sans argent, sans provision, en jetant un dernier regard tendre et prolongé vers les siens.

Une nuit, Dieu le pénétra d’une lumière éclatante, et depuis ce temps, il n’éprouva jamais ni la faim, ni la soif, ni le froid. Ayant trouvé un lieu sauvage et solitaire, il s’y logea dans une hutte de feuillage, puis dans une cabane de pierre. La nouvelle de sa présence s’était répandue bientôt, et il se fit près de lui une grande affluence. Chose incroyable, le saint ermite ne vécut, pendant dix-neuf ans, que de la Sainte Eucharistie; les autorités civiles et ecclésiastiques, saisies du fait, firent surveiller sa cabane et constatèrent la merveille d’une manière indubitable.

Plus il s'isolait, plus il influençait la politique de son pays. On venait lui demander conseil, il dictait ses recommandations, toujours en faveur de la paix et de la concorde. Et c'est ainsi qu'il sauva sa patrie en 1471, lors de l'invasion de Charles le Téméraire, duc de Bourgogne qui voulait l'annexer et, en 1481, quand il rédigea en une nuit une constitution qui empêcha Unterwald de quitter les autres cantons, au risque de la désagrégation de la confédération.

Nicolas fut atteint, à l’âge de soixante-dix ans, d’une maladie très aiguë qui le tourmenta huit jours et huit nuits sans vaincre sa patience. Il mourut le 25 septembre 1487.

Il a été canonisé le 15 mai 1947 par le pape Pie XII. Il est le saint patron mondial de la paix depuis cette date. Il est également, de même que Saint Martin et Saint Sébastien, le saint patron de la Garde Suisse Pontificale au Vatican. Il est aussi le patron des familles nombreuses, des médiateurs et le protecteur des épouses qui vivent séparées de leur mari.

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Salve

Repost 0

Publié le 24 Septembre 2014

L'otage français enlevé hier en Algérie par des fous sanguinaires adeptes de l'Islam est mort décapité !

On viens nous parler de religion de paix et d'amour mais l'Islam en son livre incite au meurtre des incroyants et on ne peut dissocier cela du reste ! Ces gens sont des barbares ! 😡😡😡💥💥💥

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 24 Septembre 2014

LÉGENDE DE SAINTE THÈCLE. (Jacques de Voragine)

L'apôtre saint Paul, s'étant rendu d'Antioche à Icone, avait avec lui deux compagnons, Damas et Alexandre; mais ce n'étaient pas de vrais disciples, ainsi qu'il le dit dans une de ses épîtres. Un homme de bien, nommé Onésiphère, apprenant son arrivée, alla au-devant de lui avec sa famille, et il le reconnut à la description que Tite lui en avait faite. Voyant donc parmi les autres un homme de petite taille, le nez aquilin, le visage angélique, il le salua avec humilité. Damas et Alexandre se fâchèrent de ce qu'il ne les saluait pas aussi, et Onésiphère leur répondit que c'était parce qu'il ne voyait pas en eux le fruit de la justice. Paul se rendit chez lui, et il y prêcha souvent. Une vierge, nommée Thècle , qui était déjà liancée et qui habitait dans une maison tout proche de celle d'Onésiphère, entendait, étant assise à sa croisée, les exhortations de Paul, et elle fut tellement touchée des discours de l'apôtre, qu'elle n'avait pas vu, que, durant trois jours entiers, elle ne quitta pas sa fenêtre, afin de ne rien perdre des paroles de l'homme de Dieu. Sa mère Théodora, voyant cela, en prévint le fiancé de Thècle, Thamire, qui en fut fort affligé et qui accusa Thècle de s'être laissé séduire par saint Paul. Et, comme ils ne purent la faire renoncer à la foi de Jésus-Christ qu'elle avait embrassée, Paul fut saisi et mené en prison , et Thècle l'y suivit. L'apôtre et la vierge furent ensuite amenés devant le juge, qui condamna Paul à être battu de verges et expulsé de la ville, et Thècle à être brûlée vive. Elle s'élança avec joie sur le bûcher; mais aussitôt il tomba du ciel une forte pluie qui éteignit le feu, et il survint un grand tremblement de terre qui fit pérrî beaucoup d'infidèles, et Thècle put se sauver, et elle se réfugia dans la maison où demeurait Paul, saisie de joie de le revoir. Elle voulut se couper les cheveux et l'accompagner, déguisée en homme; mais l'apôtre ne le permit pas, car elle était d'une grande beauté. Dans la suite, Thècle fut condamnée, comme chrétienne, à être exposée aux bêtes de l'amphithéâtre, et on lâcha contre elle une lionne; mais cette bête féroce perdit aussitôt toute sa soifde carnage, et, se couchant aux pieds de la sainte, elle les lui léchait en présence de tout le peuple, qui étaitremplid'étonnement. On lâcha alors un lion, mais la lionne se jeta sur lui pour l'empêcher d'approcher de la sainte, et ces deux animaux, se battant longtemps entr'eux, restèrent tous deux morts sur l'arène. Après avoir converti beaucoup d'infidèles par ses exhortations, Thècle se retira dans la solitude et elle y mourut dans le Seigneur.

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Salve

Repost 0

Publié le 23 Septembre 2014

Ce mardi 23 septembre 2014, Mgr Bernard Fellay, Supérieur général de la Fraternité Saint-Pie X, a rencontré le cardinal Gerhard Ludwig Müller, Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi. Il était accompagné de l’abbé Niklaus Pfluger et de l’abbé Alain-Marc Nély, 1er et 2nd assistants généraux de la Fraternité. Le cardinal Müller était entouré de Mgr Luis Ladaria Ferrer s.j., secrétaire de la Congrégation pour la doctrine de la Foi, de Mgr Joseph Augustin Di Noia o.p., secrétaire-adjoint, et de Mgr Guido Pozzo, secrétaire de la Commission pontificale Ecclesia Dei.
L’entretien s’est déroulé dans les bureaux de la Congrégation pour la doctrine de la foi, de 11 h. à 13 h. Il avait pour but de permettre au cardinal Müller et à Mgr Fellay de se rencontrer pour la première fois et de faire ensemble le point sur les relations entre le Saint-Siège et la Fraternité Saint-Pie X, depuis la renonciation du pape Benoît XVI et le départ du cardinal William Joseph Levada, précédent Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la Foi.
Au cours d’un entretien cordial, les difficultés doctrinales et canoniques ont été exposées, et la situation actuelle de l’Eglise évoquée. Il a été décidé de poursuivre les échanges afin d’éclaircir les points de divergence qui subsistent.

Menzingen, le 23 septembre 2014

voilà qui est plus mesuré et réaliste !

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 23 Septembre 2014

Ce matin, le Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi s'est entretenu pendant deux heures avec Mgr.Bernard Fellay, Supérieur de la Fraternité sacerdotale St.Pie X, accompagné par ses Assistants l'Abbé Nikolaus Pfluger et l'Abbé Alain-Marc Nély. Le Cardinal Gerhard Ludwig Müller était accompagné du Secrétaire et du Secrétaire adjoint du dicastère, les Archevêques Mgr.Luis Francisco Ladaria Ferrer, SJ, et Mgr.Joseph Augustine Di Noia, OP, ainsi que de l’Archevêque Mgr.Guido Pozzo, Secrétaire de la Commission pontificale Ecclesia Dei.

Les parties, qui ont examiné certaines questions d'ordre doctrinal et canonique, ont convenu de procéder par paliers mais dans un délai raisonnable vers le dépassement des difficultés. Et ce dans la perspective désirée d'une pleine réconciliation.

Analyse:

Pour Rome tout va bien :

C'est avec des variantes ce que dit Rome depuis 40 ans ( y'a pas de souci on va trouver une solution, on a pas la même vision, dépassons ça etc etc )
Attendons le synode pour voir à quel interlocuteur la FSSPX devra s'adresser mais pour le moment la tonalité est celle de la dernière fois mais les autorités romaines sont du moins de manière visible moins tradi compatibles

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 23 Septembre 2014

Vous avez crus que nous l'avions oubliés ? Non ! Elle figure en bonne place sur le côté droit, en haut du blog !

Oraison à Notre-Dame de Bonne-Délivrance
Je vous supplie, ô très-Sainte Vierge Marie, digne mère de Dieu, d'avoir pitié de notre pays, de lui obtenir de votre très-cher fils, N. S. J. C, ce qu'il sera convenable pour sa plus grande gloire et son salut; et comme laa divine Providence nous a permis de vous honorer et de vous invoquer sous divers titres, nous avons recours à vous sous celui de Nôtre-Dame de Bonne-Délivrance.

O très-Sainte Vierge Mère de Dieu, nous vous supplions avec toute l'humilité de la confiance qu'il nous est possible , de nous secourir dans notre extrême nécessité,et d' obtenir à nos concitoyens, principalement une véritable douleur , contrition et rémission de leurs péchés, et plus particulièrement à nos dirrigeants aveugles, infidèles, parjures ...

A combien de pécheurs désespérés de leur salut avez-vous obtenu la conversion? à combien de personnes affligées de maladies incurables avez-vous rendu la santé? à combien de justes avez-vous obtenu le don de la persévérance en la grâce ? Et, enfin, on n'a jamais entendu dire que vous eussiez rejeté aucun de ceux qui, avec confiance , vous ont humblement invoquée, quelque misérable qu'il ait été. Nous espérons aussi, ô Vierge Sainte, que vous accorderez à la France la grâce de Saul sur le chemin de Damas, que vous nous obtiendrez le remède de toutes nos peines spirituelles et temporelles, et que vous permettrez aux français de retrouver leurs racines, et de rendre toute chose à votre Divin Fils

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Ecclésial

Repost 0

Publié le 23 Septembre 2014

Saint Lin (ou Linus) Pape

"Salve, et que le Seigneur, soit en chacun de vos coeurs !"

Alors qu'Adso poursuit ses périgrinations dans le sud, entre Marseille et Digne, (sans doute un petit reportage photo à venir) nous fêtons encore aujourd'hui un grand Saint, qui plus est, pape, successeur de Saint Pierre, dont la vie édifiante nous fait mesurer le fossé bourbeux que Rome a à traverser pour rejoindre la route droite de nos jours !

Bonne journée

Saint Lin était fils d'Herculanus, homme noble et fort considérable de la ville de Volterra (Volaterrae) en Toscane (province de Pise). S'étant converti à Rome, où saint Pierre prêchait l'Evangile, il quitta son père et renonça à tous ses biens pour pratiquer plus parfaitement la doctrine de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Peu de temps après sa conversion, il donna de si grandes preuves de son zèle, de son érudition et de sa prudence, que le saint Apôtre l'employa à la prédication de la parole de Dieu et à l'administration des Sacrements.

Il fut d'abord envoyé dans les Gaules pour y porter le flambeau de la foi, et la ville de Besançon eut le bonheur de le recevoir et de l'avoir pour premier évêque. Onasius, qui en était le tribun, le logea chez lui, et, en récompense de cette hospitalité, Dieu lui fit la grâce de le convertir à la religion chrétienne par les exhortations de notre Saint, qui changea cette maison en une petite église consacrée en l'honneur de la résurrection du Sauveur, de la sainte Vierge et de saint Etienne, premier martyr.

Le nombre des fidèles s'augmentait déjà de jour en jour par la conversion de plusieurs idolâtres, qui sortaient des ténèbres de leurs erreurs pour entrer dans les clartés admirables de l'Evangile, mais ces heureux progrès furent arrêtés tout à coup par la malice du démon. Les païens firent une fête solennelle en l'honneur de leurs dieux, dans laquelle ils devaient leur otfrir beaucoup de sacrifices. Le Saint, dont le cœur brûlait du zèle de la gloire de Dieu et du salut des âmes, entreprit de les détourner de ce culte abominable, et, s'étant transporté sur la place, il leur dit généreusement :
" Que faites-vous, mes chers enfants ? Quelle marque de divinité voyez-vous dans ces simulacres que vous adorez ? Ce ne sont que des statues qui n'ont ni esprit ni sentiment, et qui ne représentent que des hommes dont l'incontinence et l'impiété ont été toutes publiques. Ces idoles de pierre et de cuivre ne méritent nullement vos respects c'est à Dieu seul, créateur du ciel et de la terre, que vous devez offrir des victimes. Quittez donc ce culte sacrilége et acquiescez aux vérités que je vous prêche."

Ces paroles, qu'il prononça avec une ferveur apostolique, furent comme un coup de tonnerre qui jeta par terre l'une des colonnes du temple et mit en poudre l'idole qu'elle soutenait. Un si grand prodige devait sans doute ouvrir les yeux à ces peuples et leur faire reconnaître la véritable religion que le Saint leur annonçait, mais, au lieu d'en protiter, ils s'endurcirent davantage, et, se jetant tumultueusement sur leur apôtre, ils le chassèrent à l'heure même de la ville. Voilà quelle est la tradition de Besançon qui honore saint Lin comme son premier évêque et comme celui par le ministère duquel elle a reçu les premiers rayons de la foi.

Lorsqu'il fut retourné à Rome, saint Pierre se servit utilement de lui pour la conduite de l'Eglise, et il s'acquitta avec tant de gloire de toutes les fonctions qui lui furent commises, qu'après la mort du prince des Apôtres, il fut jugé digne de remplir sa place où il donna d'excellents témoignages de son zèle et de sa vigilance pastorale.

En deux fois qu'il fit les Ordres au mois de décembre, il créa quinze évêques et dix-huit prêtres. Il défendit aux femmes d'entrer dans l'église sans avoir la tête couverte d'un voile, ce que saint Pierre avait aussi défendu. Et saint Paul jugeait cela si nécessaire pour l'édification des fidèles, qu'il en fit une loi expresse ; comme on le voit dans le chapitre VII de sa première Epître aux Corinthiens. C'est encore de saint Lin que nous tenons l'histoire de la dispute du prince des Apôtres avec Simon le Magicien, quoique l'original ait disparu. Il écrivit aussi deux livres du martyre de saint Pierre et de saint Paul, qui sont au VIIe tome de la Bibliothèque des Pères ; mais les erreurs dont ils sont remplis, en certains endroits, font assez voir que nous ne les avons pas dans leur pureté, et on peut voir ce qu en dit le cardinal Bellarmin dans son Traité des Ecrivains ecclésiastiques.

Le Bréviaire romain dit que la foi et la sainteté de ce bienheureux Pape fut si grande, qu'il ressuscita et chassa les démons des corps de plusieurs énergumènes. Enfin, après avoir gouverné l'Eglise pendant un an, trois mois et douze jours, il versa son sang pour servir de semence à de nouveaux fidèles.

Le corps de ce bienheureux Pontife fut enterré au Vatican, auprès de celui de saint Pierre, le 9 des calendes d'octobre. L'apôtre saint Paul fait mention de lui au chapitre IVe de sa seconde Epître à Timothée, et il le met entre les premiers et les principaux chrétiens de la ville de Rome et le martyrologe romain, avec ceux d'Usuard et d'Adon, le livre des souverains Pontifes, en parlent aussi fort honorablement.

En 1630,quand le pape Urbain VIII fit achever les travaux de la Confession de saint Pierre, dans la basilique du Vatican, on découvrit une tombe sur laquelle se lisait cette inscription Linus. C'était le premier successeur de saint Pierre, dont la sépulture apparaissait, après tant de siècles, à côté de celle de son glorieux maître.


On représente saint Lin délivrant des possédés et ressuscitant un mort ; on rapporte en effet qu'il délivra du démon la fille du consul Saturninus.

Lire la suite

Rédigé par Amandine

Publié dans #Salve

Repost 0

Publié le 22 Septembre 2014

De "curieuses montagnes" !

Un peu avant d'arriver à Digne Les Bains, quant on vient d'Aix en Provence, existe un village au bord de la Durance : Les Mées ! (Pronnoncer avec ou sans le s final selon que vous êtes moderne ou non m'a dit le notaire que j'y ai vu !)

Ce nom viendrait de "Meya" qui signifie "meule" de blé, surnom donné aux pénitents ! Justement, ces pénitents, sont les "curieuses montagnes", produit de l'érosion, que l'on voit, et qui font penser à un groupe de moines encapuchonnés !

Mon père, scientifique de formation, m'a expliqué qu'il s'agit là de roches formées par l'aglomerat de débrits rocheux, pour moitié, ce que l'on appelle une roche détritique !

Si j'ai le temps je vous mettrai en ligne d'autres jolies choses de cette région !

Lire la suite

Rédigé par Adso

Publié dans #Voyages, #Culture

Repost 0

Publié le 22 Septembre 2014

C'est lundi et il fait beau ! Bon, le lundi au soleil, ce n'est pas pour aujourd'hui pour ceux qui travaillent ! Comme consolation, je vous laisse avec Saint Thomas de Villeneuve !!!

Lire la suite

Rédigé par Amandine

Publié dans #Salve

Repost 0