Publié le 12 Octobre 2014

XVIIIème Dimanche: Salve !

XVIII ème dimanche après la pentecôte, en cet automne pluvieux ! Néanmoins nous nous levons vite pour aller entendre les merveilles de Dieu ! Jésus relève un paralytique !

Je vous souhaite une bonne journée et n'oublions pas la neuvaine à ND du Rosaire !

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu IX 1 à 8
En ce temps-là, Jésus monta dans une barque, traversa le lac et vint dans sa ville.
Et voilà qu'on lui présentait un paralytique, étendu sur un lit. Jésus, voyant leur foi, dit au paralytique : " Aie confiance, mon fils, tes péchés te sont remis. "
Et voici que quelques scribes se dirent en eux-mêmes : " Cet homme blasphème. "
Jésus, ayant connaissance de leurs pensées, leur dit : " Pourquoi pensez-vous à mal dans vos cœurs ?
Lequel est le plus aisé de dire : Tes péchés te sont remis ; ou de dire : Lève-toi et marche ?
Mais pour que vous sachiez que le Fils de l'homme a, sur la terre, le pouvoir de remettre les péchés : Lève-toi, dit-il alors au paralytique, prends ton lit, et va dans ta maison. "
Et il se dressa et s'en retourna dans sa maison.
A cette vue les foules furent saisies de crainte et glorifièrent Dieu d'avoir donné une telle puissance aux hommes.

Lire la suite

Rédigé par Amandine

Publié dans #Salve, #Ecclésial

Repost 0

Publié le 11 Octobre 2014

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 11 Octobre 2014

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 11 Octobre 2014

Saint Firmin

evêque d'Uzes est le saint du jour ! C'est samedi et je retourne donc au lit (non je blague !)

A suivre peut être un reportage photo insolite !

Lire la suite

Rédigé par Tite Rose

Publié dans #Salve

Repost 0

Publié le 10 Octobre 2014

Rédigé par caramelo

Publié dans #Humour

Repost 0

Publié le 10 Octobre 2014

(kaspérite car comme le gaz de la première Guerre mondiale, l'ypérite, ça ...irrite !)

« Etant dans l'impossibilité de reconnaître le mariage entre personnes du même sexe, l'Eglise peut toutefois développer une approche respectueuse et non discriminatoire. »

Quand on lit ce genre de choses, on se dit qu'on marche sur la tête ! L'Eglise ne peut reconnaitre ce qui n'existe pas !

Respecter la personne homosexuelle, c'est ce que l'Eglise a toujours fait, mais se désoler de ne pouvoir reconnaitre positivement ses érrances...

Benoït XVI, revient !

Lire la suite

Rédigé par z

Publié dans #Le billet de Zosime

Repost 0

Publié le 10 Octobre 2014

c'est vendredi ! Ah la vie sauvage, elle aurait des bons côtés si on pouvait buller tout le temps ! Mais hélas vous et moi sommes au travail ! Oui ? le travail c'est la santé !

On parle beaucoup des Borgia, à cause d'une série télé qui ne se préocupe pas de la vérité historique...

Figurez vous qu'il y a un saint dans cette famille !

Saint François de Borgia était espagnol et fils de prince. À peine put-il articuler quelques mots, que sa pieuse mère lui apprit à prononcer les noms sacrés de Jésus et de Marie. Âgé de cinq ans, il retenait avec une merveilleuse mémoire les sermons, le ton, les gestes des prédicateurs, et les répétait dans sa famille avec une onction touchante. Bien que sa jeunesse se passât dans le monde, à la cour de Charles-Quint, et dans le métier des armes, sa vie fut très pure et toute chrétienne ; il tenait même peu aux honneurs auxquels l'avaient appelé son grand nom et ses mérites.

À vingt-huit ans, la vue du cadavre défiguré de l'impératrice Isabelle le frappa tellement, qu'il se dit à lui-même : « François, voilà ce que tu seras bientôt... À quoi te serviront les grandeurs de la terre ?... » Toutefois, cédant aux instances de l'empereur, qui le fit son premier conseiller, il ne quitta le monde qu'à la mort de son épouse, Éléonore de Castro. Il avait trente-six ans ; encore dut-il passer quatre ans dans le siècle, afin de pourvoir aux besoins de ses huit enfants.

François de Borgia fut digne de son maître saint Ignace ; tout son éloge est dans ce mot. L'humilité fut la vertu dominante de ce prince revêtu de la livrée des pauvres du Christ. À plusieurs reprises, le pape voulut le nommer cardinal ; une première fois il se déroba par la fuite ; une autre fois, saint Ignace conjura le danger.

Plus l'humble religieux s'abaissait, plus les honneurs le cherchaient. Celui qui signait toutes ses lettres de ces mots : François, pécheur ; celui qui ne lisait qu'à genoux les lettres de ses supérieurs, devint le troisième général de la Compagnie de Jésus.

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Salve

Repost 0

Publié le 9 Octobre 2014

Il nous manque tant

C'était le 9 octobre 1958, Pie XII s'éteignait, et les graves ennuis commençaient !

Prions le bien pour une véritable restitution de l'Eglise !

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Ecclésial

Repost 0

Publié le 9 Octobre 2014

Salve

Coucou, me revoilou ! Un petit refroidissement comme on dit ! Merci pour vos messages transmis par Adso !

Saints Denis , Rustique et Éleuthère, martyrs nous interessent aujourd'hui !

D'après une très respectable tradition, saint Denis, évêque de Paris, au Ier siècle, est bien cet illustre Athénien converti par l'Apôtre des nations. Il sacrifia tout dans ce monde, pour prêcher l'évangile. Formé à l'école du grand Apôtre, il devait devenir l'une des premières gloires du christianisme naissant.

Après avoir gouverné quelques temps l'église d'Athènes en qualité d'évêque, il prit avec lui le prêtre Rustique et le diacre Éleuthère, traversa la mer et vint à Rome, où il se présenta au pape saint Clément pour évangéliser les peuples qu'il lui assignerait. Le saint pape l'envoya, avec un groupe de prédicateurs apostoliques, à la conquête spirituelle des Gaules.

Confiant à quelques-uns de ses disciples plusieurs parties de cette vaste contrée, il s'avança jusqu'à Paris, qui alors s'appelait encore Lutèce. Il y entra du côté de la porte Saint-Jacques, avec ses deux premiers compagnons, et parla si éloquemment des mystères du christianisme, qu'il convertit dès l'abord une foule de païens ; plusieurs chapelles furent construites, l'évangile faisait des progrès rapides, quand le démon suscita une terrible persécution contre ce nouveau culte, qui menaçait de tout envahir.

Denis, âgé de plus de cent ans, donna l'exemple de la fermeté dans les supplices, et son courage fortifia celui de sa chrétienté au berceau ; ni la prison, ni les fouets, ni le feu, n'ébranlèrent sa constance. Attaché à une croix il y prêcha le grand mystère de la rédemption du monde ; enfin, après avoir eu le bonheur de célébrer le Saint Sacrifice de la messe dans sa prison, devant ses compagnons de supplice, consolé par l'apparition du Sauveur, il eut la tête tranchée, avec une foule de chrétiens, au lieu qui porte le nom de Montmartre, ou Mont-des-Martyrs. Après l'exécution, son corps se leva de lui-même, pour porter sa tête entre ses mains, à deux lieues de là, au lieu appelé Saint-Denis, en souvenir de ce fait mémorable.

Lire la suite

Rédigé par Amandine

Publié dans #Salve

Repost 0

Publié le 8 Octobre 2014

Au cas où vous ne le saviez pas, il y a en ce moment à Rome, un "Synode européo-kaspéro-nombriliste", visant à faire coller l'église au monde, au mépris de Jésus Christ...

Car comment décrypter autrement quand le torchon journaleux-vaticanesque parle de "mystique familiale de la sexualité" expression utilisée au synode et dont les seules infos sont donnée par le papelard cité ci dessus ???

Prions donc Notre Dame !

Lire la suite

Rédigé par Z

Publié dans #Le billet de Zosime

Repost 0