Publié le 18 Octobre 2014

un affreux "artiste" avait voulu faire le malin en plaçant un sex toy géant gonflable, Place Vendôme à Paris et en tentant de nous le faire passer pour un sapin de Noël ! Son installation a été saccagée et l'artiste jette l'éponge !

Paris ne coule pas !

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 18 Octobre 2014

Saint Luc Évangéliste et martyr (Ier siècle)

Luc, né à Antioche, est une des principales gloires de cette ville. On sait peu de chose de ses premières années ; on ignore même si, avant sa conversion, il était païen ou observait la religion juive ; cette dernière opinion est la plus généralement adoptée.



Luc selon le témoignage de saint Paul, à la fin de sa Lettre aux Colossiens « Vous avez la salutation de Luc, le médecin bien-aimé, et de Démas. » (4, 14), était médecin. Personne n'a autant mérité que lui le titre de « porteur de la Bonne Nouvelle de Jésus Sauveur » !



Son œuvre comporte deux parties reliées par Jérusalem : son Évangile en est comme l'ascension depuis Bethléem et Nazareth (l'évangile de l'Enfance), et le témoignage des Actes des Apôtres nous conduit de Jérusalem à Rome. Saint Luc nous a ainsi laissé, avec saint Paul, la plus importante contribution personnelle au Nouveau Testament : il est l'historien de l'Église naissante.



Ami et compagnon de saint Paul, avec Timothée il sera l'un des amis les plus intimes de l'Apôtre des Nations, spécialement au cours des 2e et 3e missions, à travers l'Asie mineure, la Grèce, la Méditerranée et enfin Rome.



Saint Luc, en communion étroite avec le témoignage des Apôtres et de l'Église de Jérusalem, se fera, selon l'expression de Dante, « le chantre de la mansuétude du Christ » ! Dans la personne et le visage de Jésus le Sauveur, Luc met d'abord en relief, avec une très vive sensibilité, l'amour qui est tendresse et miséricorde.



C'est dans son évangile qu'on trouve les récits les plus forts : de l'Agonie de Jésus au Jardin des oliviers, de l'accueil sans limites à tous les pécheurs, à tous les malades d'où qu'ils viennent. On y trouve les paraboles du publicain et du bon Samaritain et le témoignage du bandit qui meurt dans la paix, en croix près de Jésus. Les femmes, dans l'œuvre de saint Luc, ont une place considérable qui correspond parfaitement aux attitudes du Seigneur : l'accueil de la pécheresse, l'hospitalité de Marthe et l'écoute de Marie à Béthanie, les veuves de Naïm et du Temple…et surtout la place faite à Marie, Mère de Jésus. Luc nous en a laissé la plus belle Icône en témoignant : « Quant à Marie, elle conservait avec soin toutes ces choses, les méditant en son cœur. » (Luc 2,19)



Qui n'a entendu parler des Vierges peintes par saint Luc ? D'après une tradition, il aurait obtenu de Marie la grâce de faire son portrait, et la divine Mère aurait consenti à poser devant lui ; le travail terminé, la Sainte Vierge l'aurait béni en disant : « Ma grâce sera toujours avec cette image. » Les Madones de saint Luc sont vénérées en plusieurs lieux.



Les Actes s'achevant brutalement, sans que l'on sache ce qu'il advint de saint Paul toujours détenu à Rome, le lecteur en conclut que saint Luc mourut avant lui. Cependant, Selon Épiphane (Haer. 51), à la mort de Paul, Luc serait revenu évangéliser en Macédoine. Vivant une vie de moine, il serait mort à l'âge de 84 ans.



Selon d'autres sources, il aurait connu le martyre (crucifiement). Au IVe siècle, sa dépouille aurait été transférée de Patras à l'église des Apôtres de Constantinople, ce qui donna lieu à la dispersion et la vénération de nombreuses reliques du saint (comme celle de sa tête emportée par saint Grégoire jusqu'à Rome) ; en outre, plusieurs icônes de la Vierge étaient considérées comme ayant été peintes par saint Luc, car à sa pratique des langues, du droit et de la médecine il aurait ajouté celle de la peinture.



Les peintres et les médecins le regardent comme leur patron.



Luc est symbolisé par le taureau, animal de sacrifice, parce que son évangile commence par l'évocation d'un prêtre sacrificateur desservant le Temple de Jérusalem : Zacharie, le père de Jean-Baptiste.

Salve

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 16 Octobre 2014

Si Saint Pierre a des clefs...

ce n'est pas pour laisser la porte ouverte à tous les vents furieux qui soufflent dehors !

Lire la suite

Rédigé par Baglialto

Publié dans #Ecclésial

Repost 0

Publié le 16 Octobre 2014

Kasper dans ses oeuvres !

c'est un sculpteur aussi ! Cela est plus interessant que le théologien !

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Avis et mises à jour, #Culture

Repost 0

Publié le 16 Octobre 2014

On m'a appris jadis, que le pape était la boussole de l'Eglise ! Vu qu'il ne 'exprime pas dans la crise actuelle, le navire est sans boussole !

Devant l'horreur et la levée de boucliers, les promoteurs d'une Eglise qui scie le tronc de l'arbre enb haut duquel elle est perchée, font machine arrière !

Le c'est pas moi c'est l'autre, est le discours dominant ! C'est le méchant Mgr Forte, qui a "pondu" ce méchant rapport, reflet de sa seule pensé..."

c'est mal considérer la réalité :

1° le père Lombardi a distribué ce rapport

2° Le pape l'a bien relu avant sa distribution (chose bien établie par la presse italienne (bien informée et au premier rang de la farce du Circus Vaticanus !)

3° "L'auteur" ne sera pas puni, en attendant sa promotion !

4° On va continuer ainsi puisque Kasper Ier refuse qu'il en soit autrement

5° François est subjugué par Kazsper Ier

6° Le pire n'est pas certain car la force de notre prière peut TOUT !

Lire la suite

Rédigé par Z

Publié dans #Le billet de Zosime

Repost 0

Publié le 16 Octobre 2014

Bonita, Bonne Bonette ou Bonnette
"Un ancien bréviaire de Brioude (XIIIe sc) relate la vie de sainte Bonita. C'était une pieuse bergère, gardienne d'oies, au village d'Alvier, en face de Brioude. Se rendant chaque jour à Brioude pour prier sur le tombeau de saint Julien, elle aperçut des soldats cachés dans les roseaux: il s'agissait des normands venus par bateaux et qui s'apprêtaient à piller la ville. Aussitôt, elle donna l'alerte et sauva la cité du désastre." (source: Grand livre des saints culte et iconographie en Occident de Jacques Baudoin)
Vers 1650, une reconnaissance des reliques de sainte Bonette, à Brioude, fit découvrir une toute jeune fille. Elle serait née à Alvier sur l’Allier, et aurait consacré sa vie au culte de saint Julien. (Saints du diocèse du Puy-en-Velay)
À Brioude en Auvergne, vers le Xe ou XIe siècle, sainte Bonite, vierge.

Martyrologe romain

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 15 Octobre 2014

Ste Thérèse d'Avila

Sainte Thérèse d'Avila Vierge et Docteur de l'Église (1515-1582) Teresa Sánchez de Cepeda Avila Y Ahumada naît à Avila (85 km à nord-ouest de Madrid) le 28 mars 1515, de parents nobles et chrétiens.

Dès l'âge le plus tendre, un fait révéla ce qu'elle devait être un jour. Parmi ses frères, il y en avait un qu'elle aimait plus que les autres ; ils se réunissaient pour lire ensemble la vie des saints : « Quoi ! lui dit-elle, les martyrs verront Dieu toujours, toujours ! Allons, mon frère, chez les cruels Maures, et soyons martyrs nous aussi, pour aller au ciel. » Et, joignant les actes aux paroles, elle emmenait son petit frère Rodrigue ; ils avaient fait une demi-lieue, quand on les ramena au foyer paternel.

Elle avait dès lors une grande dévotion à la Sainte Vierge. Chaque jour elle récitait le rosaire. Ayant perdu sa mère, à l'âge de douze ans, elle alla se jeter en pleurant aux pieds d'une statue de Marie et la supplia de l'accepter pour sa fille, promettant de la regarder toujours comme sa Mère.

Cependant sa ferveur eut un moment d'arrêt. De vaines lectures, la société d'une jeune parente mondaine, refroidirent son âme sans toutefois que le péché mortel la ternît jamais. Mais ce relâchement fut court, et, une vive lumière divine inondant son âme, elle résolut de quitter le monde. Elle en éprouva un grand déchirement de cœur ; mais Dieu, pour l'encourager, lui montra un jour la place qu'elle eût occupée en enfer, si elle s'était attachée au monde.

Elle devint la réformatrice de l'Ordre du Carmel et fut accompagnée de saint Jean de la Croix.

Un séraphin vint un jour la percer du dard enflammé de l'amour divin : Jésus la prit pour épouse. Ses révélations, ses écrits, ses miracles, ses œuvres, ses vertus, tout est sublime à la même hauteur.

Elle a notamment rédigé à la demande de ses supérieures : Le Château intérieur, Le Chemin de la perfection, Les Exclamations, Les Fondations.

En 1582, après avoir fondé le carmel de Burgos et tandis qu'elle est en train d'effectuer son voyage de retour à Avila, elle meurt la nuit du 15 octobre à Alba de Tormes, en répétant humblement ces deux phrases : « À la fin, je meurs en fille de l'Église » et « L'heure est à présent venue, mon Époux, que nous nous voyons ». Une existence passée en Espagne, mais consacrée à l'Église tout entière.

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 14 Octobre 2014

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Culture

Repost 0

Publié le 14 Octobre 2014

Un film d'horreur, (Annabelle) actuellement sur les écrans, est régulièrement déprogrammé par les propriétaires des salles obscures !

Le public de la tranche d'âge 16-18 ans s'y déchaine : insultes, jets de bouteilles, cris...(ce que l'on dénomme (titre sérilisant ) des "incivilités")

Le film met en exergue une poupée maléfique et possédée ! Et nos bonnes consciences de s'étonner du tumulte que cela provoque, lié au film ou pas...quand on sollicite le démon...

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Culture

Repost 0

Publié le 14 Octobre 2014

Scandale, désolation dans le sanctuaire

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le compte rendu des travaux du synode qui en est à sa moitié (et donc l'avalanche des c...rie n'est pas terminée) fait couler de l'encre !

Son effet est désastreux, puisqu'on laisse entendre que l'Eglise va accepter les unions homosexuelles, et qu'il y a des voie de sanctification dans les unions libres etc etc ...

On nous dit que le pape ne tranche pas, et qu'il écoute, que ce n'est pas son avis qui est ainsi étalé au grand jour ! C'est mal connaitre François ! On sait très bien où il veut en venir et la désastreuse communication visant a forcer la main des père synodaux est bien de son fait ! Ainsi agissent les modernistes, avec un maximum de tapage....

Il sera difficile de rectifier et après tout pour plaire au monde, il suffira d'enteriner toutes ces monstruosités... A moins que NSJC ne se fache tout rouge ...

Lire la suite

Rédigé par Z

Publié dans #Le billet de Zosime

Repost 0