Publié le 25 Octobre 2016

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 21 Octobre 2016

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 20 Octobre 2016

Balthasar se saisit de la petite colombe qui venait d'entrer par l'ouverture pratiquée dans le lourd volet d'acier.

" Ah ! C'est le message que j'attendais du chanoine Chrysanthe" et il détacha délicatement la bague de la patte de l'oiseau blanc tachetée de mouchetures noires "elle s'appelle Hermine, cette douce créature du Bon Dieu, nos amis de Florence, l'utilisent comme moyen de communication. Elle ne nous a jamais fait défaut jusqu'à présent."

-Il déroula un minuscule papier sur lequel se devinaient à peine une suite de chiffres et de symboles. L'approchant de la lanterne il se mit à lire à haute voix , comme si tout cela lui etait fort intelligible : "Nous viendrons comme prévu des quatres vents, et nous mettrons en mouvement dès lors que votre Excellence voudra bien nous présenter LE signe de la victoire, par lequel le croissant sera brisé"

Ses yeux brillaient et sa main trembla et moi meme je me mis à frissonner , en pensant à Constantin, à Baudoin et à tant d'autres -

"Et maintenant allons à La Chapelle, me pressa t'il - vite ! - s'appuyant sur mon bras, saisi par l'émotion !

À suivre

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 20 Octobre 2016

Langage des églises

18 euros bien employés, courrez vite chez votre kiosquier préféré !

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 18 Octobre 2016

Siglaë était sommes toutes, un garçon bien malheureux.

Arrivé tout bébé en France, il avait été adopté par un jeune couple parisien, habitant dans le marais.
C'était la "mode" à l'époque, d'aller chercher dans un geste humanitaire, d'ouverture culturelle au monde et à la diversité, les "enfants de la famine" rescapés de la corne de l'Afrique. Ils l'avaient baptisé Sigläe, ce qui voulait dire en langue ... En langue quoi d'ailleurs... Ils ne savaient plus trop, mais le fait montrait l'ouverture d'esprit de la bourgeoisie bohème du quartier.

De toutes les manières, ses camarades de classe avaient de semblables prénoms, qu'on aurait pu pensés être le produit d'un algorithme informatique.

Sa sœur, réfugiée climatique, venait d'un village inuit. Les parents l'avaient baptisés Méthylène, en souvenir de la froidure ancienne de ces contrées, qui donne ce teint bleuté aux habitants de ces contrées !
Oh quand je dis "baptisée", comme pour Sigläe, bien sur, je parle d'un baptême républicain, avec un parrain et une marraine édile bien en vue, branché et vedette du show Bizzzz, écolo, militante anti racisme et tout et tout...

Les deux enfants avaient pourtant bénéficié durant leurs jeunes années de tout le confort intellectuel que l'on puisse souhaiter: les cours de djembé et de didjeridoo, le séjour à Calais avec l'association Amour sans frontière de l'arrondissement.

Ils parlaient deja l'anglais de manière acceptable en sortant du cours préparatoire, et leurs parents envisageait le leur faire donner des cours de mandarin...

Siglaë, pourtant, cherchait à comprendre ce qu'il faisait la ...

Judicielle, sa maman, avait bien essayer de lui expliquer ses origines, la famine, la générosité de l'opération ´arc en ciel', le garçon se sentait, plus il grandissait, 'insatisfait perpétuel' !

Oh ce n'était pas qu'il était méchant mais il se sentait étranger ...à tout ...

Réfugié un temps chez les Éclaireurs Populaires de France, il avait mis beaucoup d'ardeur à la réalisation des nigloos-kits', fabriqués par son équipe pour l'hiver des réfugiés du canal de l'Ourc.

Oui, il se sentait très altruiste, et avait envie de se donner pour les autres, mais ... Quelque chose lui manquait ...

Alors que méthylène "s'éclatait" dans le spectacle de son lycée, comédie musicale sur la vie de Mandela, Siglaë traînait son "mal être" sur les bancs de la prépa dans laquelle ses parents fondaient son avenir.

L'oncle Alain, psychomotricien , ne s'inquiétait pas, il finirait par "trouver sa voie.
Quelque chose de grand, de fort qui sortirait de l'ordinaire, de la banalité et du conformisme dans lequel ses parents le plongeait" ...
D'ailleurs Paul l'avait mal pris ... Son propre frere, raisonner comme cela !
Enfin, Paul avait d'autres chats à fouetter, l'incubateur ´marketing design' qu'il avait cofondé avec sa femme battait sérieusement de l'aile et il fallait se séparer de Chrisale, la stagiaire, les caisses se vidant faute de commandes... C'était la crise économique plus noire qu'avant, la faute aux ´anglais brexitiens' ou aux Russes, oui sûrement aux Russes et à leur dictateur comme le déclamait les medias ...

À suivre ...

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 16 Octobre 2016

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Avis et mises à jour

Repost 0

Publié le 15 Octobre 2016

Merci !!! L'arbre porte des fruits !

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 14 Octobre 2016

Il posa sur le coffre son chalumeau, interrompant le virelai -

"Te souviens tu de la dernière rencontre à Fontarède ? C'était après la rémission de Baglialto ...Mais c'est vrai que tu n'avais pu être des nôtres ! Et bien nous avons décidés de mener chacun notre route.

Adso travaillait beaucoup à cette époque et tenant ce blog, ne pouvait l'entretenir. Tite Rose s'occupait des enfants...

Amandine malgré son âge à acceptée un poste d'enseignante en école hors contrat et chacun à travaillé dans son coin, mais dans le même sens selon des objectifs communs.

Une lettre de Liaison à nos amis donnait des nouvelles des uns et des autres, mais il était temps que chacun essaye de mettre en pratique la 'Charte de valeurs ´que nous avions définis pour, sur nos paroisses, créer ce réseau de personnes de confiance ... Certes il existait déjà des systèmes d'entraide, ou de réflexion chrétienne, mais notre esprit était celui de la Route: le service dans un esprit missionnaire traditionnel pour poser les bases d'une Restitution Ecclésiale et familiale avec pour colonnes l'Evangile, la doctrine sociale de l'Eglise, sans participation aucune au système démocratique moribond hérité des lumières ! - "Une société secrète ? " le taquinais-je.

"Non point du tout, quiconque voulait y adhérer le pouvais au grand jour dès lors que fut publiée la charte de cette "fraternité de Laïcs", mais devait être parrainé en paroisse !

Il ne s'agissait pas un système parallèle, mais de substitution, prêt à prendre la relève quand le temps serait venu. La fidélité de bons prêtres, humbles, forts, droits et fermes dans la foi, loin de l'esprit mondain, de l'intellectualisme, refusant la médiatisation, même dans les cercles dits convenus a été le ciment de notre action, présentant Dieu constamment à nos faces, en En étant LE reflet visible. Et tu peux le constater, dans l'effondrement qui n'a pas manqué, Résilience et fermeté dans notre confiance en Dieu n'ont pas manqué de porter du fruit ...

Balthasar marqua une longue pause ... Le feu achevait de se consumer dans l'âtre... Le vent était tombé... Tout était silencieux... comme si la nature elle même retenait son souffle... " Rendons grâce pour ce moment unique et gagnons la tour, j'attends un message de nos amis de Florence"

À suivre

Lire la suite

Repost 0

Publié le 13 Octobre 2016

La porte s'ouvrit et je l'entendit crier malgré le fracas du tonnerre " Vite ! Hâtez vous ! Le prochain est pour vous ! "

Je franchis, je ne sais encore comment les quelques derniers mètres du sentier et fit franchir à Sophonie l'arche de pierre !

Avec beaucoup d'émotion il me serra sans mot dire dans ses puissants bras, en dépit de mon accoutrement et du fait que je fut trempé autant qu'un Cantuccini oublié dans le Vino Santo.

"Cinq ans ! Mon Dieu ! S'il m'est permis, quelle éternité " Nous nous mirent à rire et à esquisser un pas de Saltarello, ce qui j'en conviens avec la tempête qui soufflait donnait à la scène un caractère plus qu' etrange ! Puis, d'un coup je tombais à ses pieds et lui baisais le bas de la robe " Excellence ! " -Mais il me releva- "Allons, ce n'est ni le moment, ni le lieu, nous allons te réchauffer et te rassasier, puis nous nous mettrons en prière à Ses pieds, jusqu'à l'aube. Vois tu comme se déchaîne Belzébuth dehors ? Il nous faut baliser le terrain pour les forces célestes et ils devraient dès lors venir des quatres vents au petit matin, jusqu'à nous, et je leur confierai LA Croix !"

À suivre...

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #L'entretient de Geminiano

Repost 0

Publié le 12 Octobre 2016

Après la correspondance de Mgr Balthasar ( les douze lettres dont la première fut publiée ici) à son neveu peu après la Restitution Ecclésiale, il nous a semblé intéressant, son Excellence nous en donnant l'imprimatur, de publier ici les feuillets rescapés des événements du journal de bord de Don Caramelo, secrétaire du cardinal dans ces années troubles qui précédèrent "actèrent" et suivirent la guerre civile.

Le déroulé n'est pas linéaire, à la demande des intéressés et formera un tout plus cohérent au final, mais nous essaierons de suivre tant bien que mal la chronologie des événements...

Bien sûr ces feuillets sont l'occasion de faire passer bien des messages et de développer bien des sujets, de meme qu'ils donneront des nouvelles des uns et des autres...

Bonne lecture...

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0