Publié le 2 Février 2016

En ce temps-là, quand furent révolus les jours prescrits pour la purification de Marie, selon la Loi de Moïse, ils portèrent Jésus à Jérusalem pour le présenter au Seigneur selon qu'il est écrit dans la loi du Seigneur : Tout mâle premier-né sera regardé comme consacré au Seigneur, et pour offrir en sacrifice, ainsi qu'il est dit dans la loi du Seigneur, une paire de tourterelles ou deux petites colombes. Or, il y avait à Jérusalem un homme nommé Siméon ; c'était un homme juste et pieux, qui attendait la consolation d'Israël, et l'Esprit-Saint était sur lui. L'Esprit-Saint lui avait révélé qu'il ne mourrait point avant d'avoir vu le Christ du Seigneur. Il vint donc dans le temple, poussé par l'Esprit. Et comme ses parents amenaient l'enfant Jésus pour observer les coutumes légales à son égard, lui-même le reçut en ses bras, et il bénit Dieu en disant : " Maintenant, ô Maître, vous congédiez votre serviteur en paix, selon votre parole ; car mes yeux ont vu le salut, que vous avez préparé à la face de tous les peuples, lumière qui doit éclairer les nations et gloire d'Israël, votre peuple. "

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Ecclésial

Repost 0

Publié le 31 Janvier 2016

~~En ce temps-là, comme une foule nombreuse se rassemblait, et que de toutes les villes on venait à Jésus, il dit en parabole : " Le semeur sortit pour semer sa semence ; et, pendant qu'il semait, du grain tomba le long du chemin ; il fut foulé aux pieds, et les oiseaux du ciel le mangèrent. D'autre tomba sur de la pierre, et, après avoir poussé, se dessécha, parce qu'il n'avait pas d'humidité. D'autre tomba dans les épines, et les épines poussant avec, l'étouffèrent. D'autre tomba dans la bonne terre, et, après avoir poussé, donna du fruit au centuple. " Parlant ainsi, il clamait : " Qui a des oreilles pour entendre, entende ! " Ses disciples lui demandèrent ce que signifiait cette parabole : " A vous, leur dit-il, il a été donné de connaître les mystères du royaume de Dieu ; mais pour les autres, c'est en paraboles, pour que regardant ils ne voient point, et qu'écoutant ils ne comprennent point. Voici ce que signifie la parabole : La semence, c'est la parole de Dieu. Ceux qui sont le long du chemin sont ceux qui ont entendu ; ensuite le diable vient, et il enlève la parole de leur cœur, de peur qu'ils ne croient et ne se sauvent. Ceux qui sont sur de la pierre sont ceux qui, en entendant la parole, l'accueillent avec joie ; mais ils n'ont point de racine : ils croient pour un temps, et ils se retirent à l'heure de l'épreuve. Ce qui est tombé dans les épines, ce sont ceux qui ont entendu, mais vont et se laissent étouffer par les sollicitudes, les richesses et les plaisirs de la vie, et ils n'arrivent point à maturité. Ce qui est tombé dans la bonne terre, ce sont ceux qui, après avoir entendu la parole avec un cœur noble et bon, la gardent et portent du fruit grâce à la constance.

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Ecclésial

Repost 0

Publié le 29 Janvier 2016

Livre: Vivre avec la Menace Terroriste !

Dans les bonnes librairies, ou, si votre libraire est à plus de 20kms de chez vous, à commander ICI et si vous voulez en lire un petit bout sur le site de l'éditeur, C'est ICI !

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Avis et mises à jour, #Le moleskine d'Amandine

Repost 0

Publié le 29 Janvier 2016

Un décret daté de ce jour, en la fête de saint François de Sales,
signé par le Cardinal Müller, Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi,
approuve définitivement les constitutions de l'Institut du Christ Roi Souverain Prêtre.

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 27 Janvier 2016

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 27 Janvier 2016

La loi est dure, mais ... C'est la Loi, dit l'adage latin !

Il est vrai que la condamnation de Jacqueline Sauvage, violée, martyrisée par son mari ainsi que ses filles et qui a fini par le tuer paraît ignoble ! Dix ans de prison pour avoir soustrait de la société ce qu'on doit bien qualifier de monstre ...

Oui mais c'est la loi, nul ne peut se faire justice soit même, où nous retomberons dans la barbarie ( nous y sommes un peu plus tous les jours, c'est vrai).

Dans la mesure du possible on ne répond pas à la barbarie, par la barbarie ...

Oh oui, bien sûr on pourrait dire "Pourquoi elle n'a pas, elle n'avait qu'à ..."

Même si le système de protection est mal conçu, si pour tout un tas de raisons y compris psychologiques qu'il ne m'appartient pas de juger, on ne peut y recourir, il existe ! Il existe une alternative contrepartie de la loi qui défend ...

Sanctionner par la loi est la garantie de la paix civile, MAIS ...

Nos ancêtres avaient bien compris qu'il existe des situations révoltantes, des injustices non pas au sens matériel de la loi, mais au sens moral, au sens presque psychologique du terme.

Ils ont donc créé un recours équilibré, qui ménage la chèvre et le chou si je puis m'exprimer ainsi !

Le droit de grâce !

Princeps legibus solutus dit un autre adage, le prince est au dessus de la loi, surtout pour en tempérer les ardeurs, pour consoler pourrait on dire !

Survivance intelligente du privilège du roi, le préside de la république peut gracier Jacqueline Sauvage ! La loi avec toute sa rigueur s'est appliquée il faut disons le que la nation console, faute d'y voir une miséricorde divine par ministre interposé, le lieutenant du Christ sur la Feance ne régnant plus, hélas !

"Oui, c'est très mal, mais ..."

Nous attendons maintenant que Mollasson Dernier rende justice, au moins moralement parlant, et tempère ainsi les ardeurs de la loi, d'autant que celle ci est incomprise en l'espèce alors que tant de criminels sont indulgenciés à tort et à travers !

Mais le fera t' il, celui qui méprise tant les femmes et jette sa concubine d'un jour comme une vieille chaussette et en proclamant la nouvelle sur la place publique ...

Lire la suite

Rédigé par Zossime

Publié dans #Le billet de Zosime

Repost 0

Publié le 24 Janvier 2016

~~Nous y voilà, nous allons entrer dans le cycle qui nous mènera à Pâques ! Remarquons, comme aujourd'hui, la parabole des ouvriers de la dernière heure, a à voir avec la miséricorde ! En effet, le Seigneur donne à chacun la même somme: ceux qui ont portés le poids du jour, et les derniers arrivés. La miséricorde est gratuite, et si l'on vient au Seigneur, il faut l'accepter toute entière, elle n'est pas négociable, et le Seigneur ne retire pas sa parole ! Il donne ce qu'il a promis, pourvu qu'on vienne à lui avec sincérité, sans maugréer, (le fait qu'ils regrettent de ne pas avoir été embauché, n'est-il pas signe qu'ils le souhaitaient, qu'ils voulaient eux aussi leurs parts) sans regarder les défauts du voisin, venu se mettre au service du Seigneur, car lui seul juge ceux qui viennent à lui avec l'envie de se mettre sous son joug et de marcher droit ! Oui, le Seigneur est bon pour nous !

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples cette parabole : " Le royaume des Cieux est comparable au maître d'un domaine qui sortit au point du jour afin d'embaucher des ouvriers pour sa vigne. Etant convenu avec les ouvriers d'un denier par jour, il les envoya à sa vigne. Il sortit vers la troisième heure, en vit d'autres qui se tenaient sur la place sans rien faire, et leur dit : " Allez, vous aussi, à ma vigne, et je vous donnerai ce qui sera juste. " Et ils y allèrent. Il sortit encore vers la sixième et la neuvième heure, et fit la même chose. Etant sorti vers la onzième heure, il en trouva d'autres qui stationnaient, et il leur dit : " Pourquoi stationnez-vous ici toute la journée sans rien faire ? " Ils lui disent : " C'est que personne ne nous a embauchés. " Il leur dit : " Allez, vous aussi, à la vigne. " Le soir venu, le maître de la vigne dit à son intendant : " Appelle les ouvriers et paie-leur le salaire, en commençant par les derniers jusqu'aux premiers. " Ceux de la onzième heure vinrent et reçurent chacun un denier. Quand vinrent les premiers, ils pensèrent qu'ils recevraient davantage ; mais ils reçurent, eux aussi, chacun un denier. En le recevant, ils murmuraient contre le maître de maison, disant : " Ces derniers n'ont travaillé qu'une heure, et tu les as traités comme nous, qui avons porté le poids du jour et la chaleur. " Mais lui, s'adressant à l'un d'eux, répondit : " Ami, je ne te fais point d'injustice : n'es-tu pas convenu avec moi d'un denier ? Prends ce qui te revient, et va-t'en. Je veux donner à ce dernier autant qu'à toi. Ne m'est-il pas permis de faire en mes affaires ce que je veux ? Ou ton œil sera-t-il mauvais parce que, moi, je suis bon ? Ainsi les derniers seront premiers, et les premiers derniers. "

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Ecclésial

Repost 0

Publié le 21 Janvier 2016

Pro Rege Meo, Sanguis Meus

En ce triste anniversaire, souhaitons que les messes de requiem, plus nombreuses cette année, soient agréables à Dieu pour le vif et efficace retour de son légitime lieutenant !

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 19 Janvier 2016

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 18 Janvier 2016

dont nous parlions hier ! Ne vous laissez pas effrayer par le titre ! Je l'ai commandée, et suis impatiente de le recevoir !

Lire la suite

Rédigé par Amandine

Publié dans #Le moleskine d'Amandine

Repost 0