Publié le 7 Janvier 2015

Face à l'horreur

Suite à ce qui s'est passé ce matin à Paris, nous ne pouvons à notre niveau, pour le moment et loin de toute polémique, que prier pour les victimes et les blessés.

R.I.P

Lire la suite

Rédigé par Blog squadra

Publié dans #Avis et mises à jour

Repost 0

Publié le 7 Janvier 2015

St Mélaine de Rennes, évêque († v. 355)

Breton, il était le cinquième évêque de Rennes, dans la période critique des invasions franques en Gaule.

Il évangélisa la région et l’abbaye bénédictine qui prit son nom, perpétua son culte. Il aurait réussi à supprimer entièrement l’idolâtrie dans son diocèse. Le roi Clovis l’estima beaucoup.

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Salve

Repost 0

Publié le 6 Janvier 2015

Hachement cool : le retour !

C'est la saison, pour couper votre sapin en tronçons (et l'évacuer plus vite), pour vous défendre des zombies pingouins aussi, vous avez ce gentil petit site ! La qualité est au rendez vous... le prix un peu moins, mais cela reste un cadeau hachement cool !

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Le moleskine d'Amandine

Repost 0

Publié le 6 Janvier 2015

Calendriers

Si vous souhaitez de beaux calendriers chrétiens, c'est ICI

Lire la suite

Rédigé par Dame Octaviou

Publié dans #Le moleskine d'Amandine

Repost 0

Publié le 6 Janvier 2015

Par G.Moroni (Histoire des chapelles papales) Pour d'autres de la série, C.f moteur de recherche ou ICI

Cette Chapelle se tenait anciennement dans l'église de SaintPierre; aujourd'hui on la célèbre dans la chapelle Sixtine : c'est un Cardinal de l'ordre des Évêques qui chante la messe. Le Pape, revêtu de la chape d'argent, entre dans la chapelle, portant la tiare; le motet exécuté pendant l'offertoire, Surge, illuminare Jerusalem, est de Palestrina; et le Procureur-Général des Servîtes de Marie prononce le discours d'usage, après lequel il annonce l'indulgence de trente ans.

Il était d'usage autrefois que le Cardînal-Protodataire présentât à Sa Sainteté, après qu'elle avait célébré la messe dans une de ses chapelles privées, le collége des Écrivains apostoliques, officiers de la chancellerie; l'un d'eux récitait devant le Pape un discours latin, et lui offrait dans une coupe d'argent le tribut de cent écus d'or, au nom de tous ses collègues.

Lire la suite

Rédigé par G.Moroni / Baglialto

Publié dans #Ecclésial, #Histoire

Repost 0

Publié le 6 Janvier 2015

Il est évident que ce magnifique discours prophétique, dans lequel on ne sait qu'admirer le plus, ou l'élévation des pensées, ou la douceur des sentiments, ou l'éclat poétique du style, est une pompeuse prédiction de la vocation des Mages. Ainsi l'ont compris tous les saints Pères, tous les interprètes catholiques; ainsi le comprend l'Eglise elle-même, puisqu'elle le fait lire au lieu d'Épître à la messe, qu'elle l'applique à cette solennité, et se plaît à le rappeler sans cesse dans tous les offices de cette octave.

D'ailleurs, peut-il y avoir une prophétie plus précise , plus claire , plus littérale? Les saints personnages dont elle fait mention sont clairement indiqués par la majesté de leur rang, reges; par le miracle de l'astre brillant qui les a appelés, ; par la lumière qui les a guidés, par le lieu d'où ils sont venus, ; par les dons qu'ils ont offerts, par leur conversion, ; enfin, par les hommages et les louanges qu'ils ont rendus au Sauveur du monde,

De sorte qu'en confrontant ce passage du prophète Isaïe avec celui de l'Evangile selon saint Matthieu, dans lequel il décrit la vocation des Mages, il est impossible de distinguer lequel des deux écrits est la prophétie ou l'histoire du mystère.

Quoiqu'une tradition presque universelle ait toujours reconnu les Mages pour des rois et des personnages illustres , il fallait autre chose que leur conversion pou r inspirer de si sublimes expressions d'allégresse à un prophète qui n'était continuellement occupé que des grands mystères du Messie, et des immenses et universels résultats de sa rédemption. Ainsi, ce n'est pas seulement de rois, de quelques individus qu'il parle, mais de nations entières: il n'est pas seulement question d'habitants voisins, mais encore de voyageurs lointains, qui viendraient de toutes les parties de la terre, de toutes les côtes de la mer, pour chercher un asile à Jérusalem; qui l'enrichiraient d'enfants et la combleraient de joie et de gloire. Cette prédiction ne regarde donc les Mages qu'en tant qu'ils étaient la figure, les précurseurs de cette multitude de peuples qui sont venus de toutes les parties de l'univers peupler la vraie Jérusalem, l'Eglise, et former la grande famille des vrais adorateurs de Jésus-Christ.

La fête de l'Epiphanie de Notre-Seigneur est donc la fête de tous les peuples qui ont passé des ténèbres de l'erreur à labienfaisante lumière du christianisme ; elle est la fête de nous tous, fils chrétiens de pères gentils, car c'est de ce jour que date notre participation aux bienfaits de la naissance du Sauveur, et à l'héritage de son amour.

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Ecclésial

Repost 0

Publié le 6 Janvier 2015

Epiphanie du Seigneur

"Et venus de loin, les mages offrirent leurs présents: de l'Or , de l'encens et de la myrrhe ..."

Salve et laus Deo, en ce beau et grand jour d'apparition (car Epiphanie vient du grec ἐπιφάνεια (epiphaneia) qui signifie apparence !

Balthasar devrait nous mettre la suite de la méditation du sieur Ventura, en ligne, si les désagrements technique ne se reproduisent pas

Bonne journée

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu II versets 1 à 12 :
Jésus étant né à Bethléem de Judée aux jours du roi Hérode, voici que des mages venus d'Orient arrivèrent à Jérusalem,
disant : " Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Car nous avons vu son étoile à l'orient et nous sommes venus l'adorer. "
Ce que le roi Hérode ayant appris, il fut troublé, et tout Jérusalem avec lui.
Il assembla tous les grands prêtres et les scribes du peuple, et il s'enquit auprès d'eux où devait naître le Christ. Ils lui dirent :
" A Bethléem de Judée, car ainsi a-t-il été écrit par le prophète :
Et toi, Bethléem, terre de Juda, tu n'es pas la moindre parmi les principales villes de Juda, car de toi sortira un chef qui paîtra Israël, mon peuple. "
Alors Hérode, ayant fait venir secrètement les mages, s'enquit avec soin auprès d'eux du temps où l'étoile était apparue.
Et il les envoya à Bethléem en disant : " Allez, informez-vous exactement au sujet de l'enfant, et lorsque vous l'aurez trouvé, faites-le-moi savoir, afin que moi aussi j'aille l'adorer. "
Ayant entendu les paroles du roi, ils partirent. Et voilà que l'étoile qu'ils avaient vue à l'orient allait devant eux, jusqu'à ce que, venant au-dessus du lieu où était l'enfant, elle s'arrêtât.
A la vue de l'étoile, ils eurent une très grande joie.
Ils entrèrent dans la maison, trouvèrent l'enfant avec Marie, sa mère, et, se prosternant, ils l'adorèrent ; puis, ouvrant leurs trésors, ils lui offrirent des présents : de l'or, de l'encens et de la myrrhe.
Et ayant été avertis en songe de ne point retourner vers Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.

Lire la suite

Rédigé par Amandine

Publié dans #Salve

Repost 0

Publié le 6 Janvier 2015

J'ai trouvé il y a peu, un beau livre :

Les hymnes de la liturgie romaine

Par Pierre Paris,Pierre Eugène Paris

Je vous livre donc l'hymne des laudes de ce jour de l'Epiphanie !

O sola magnarum urbium
major Bethlem, cui contigit
ducem salutis cælitus
incorporatum gignere.

Altrice te summo Patri
hæres creatur unicus,
homo ex tonantis spiritu
idemque sub membris Deus.

Hunc et prophetis testibus
iisdemque signatoribus,
testator et sator jubet
adire regnum et cernere :

Regnum, quod ambit omnia
diva et marina et terrea
a solis ortu ad exitum
et tartara et cælum supra.

(…)

Hic rex priorum judicum,

rexere qui Jacob genus,
dominæque rex ecclesiæ,
templi et novelli et pristini.

Hunc posteri Ephraim colunt,
hunc sancta Manasse domus
omnesque suspiciunt tribus
bis sena fratrum semina.

Quin et propago degener
ritum secuta inconditum,
quæcumque dirum fervidis
Baal caminis coxerat,

Fumosa avorum numina
saxum, metallum, stipitem,
rasum, dolatum, sectile,
in Christi honorem deserit.

Gaudete quidquid gentium est,
Judaea, Roma, et Græcia,
Ægypte, Thrax, Persa, Scytha,
rex unus omnes possidet.

Laudate vestrum principem
omnes beati, ac perditi,
vivi, inbecilli ac mortui:
jam nemo posthac mortuus.

O Bethléem ! plus grande que les plus illustres cités ! à toi l’honneur

d’avoir produit l’auteur du salut, incarné par un mystère céleste.

Ton nourrisson est l’héritier unique du Père souverain ; il s’est fait homme par la vertu de l’Esprit de Celui qui lance le tonnerre ; il est toujours un Dieu sous des membres humains.

Les Prophètes sont ses témoins ; ils le désignèrent aux siècles à venir ; son Père le proclame, et lui a donné l’ordre de prendre possession du royaume :

Ce royaume, qui comprend toutes choses, le ciel, la mer, la terre, qui s’étend du lever du soleil à son couchant, des abîmes de l’Enter aux sommets de l’Empirée.

Il est le Roi de ces antiques chefs qui régirent la race de Jacob, le Prince de l’Église maîtresse, et du nouveau temple et de l’ancien.

C’est lui qu’adorent les enfants d’Ephraïm, la maison sainte de Manassé ; lui que reconnaissent toutes les tribus, issues des douze frères, enfants de Jacob.

La race dégénérée elle-même, celle qui, livrée à des rites absurdes, fondait la statue de son cruel Baal dans des fourneaux enflammés,

Abandonne, pour honorer le Christ, les dieux enfumés de ses pères, la pierre, le métal, le bois que sculptèrent ses mains.

Réjouissez-vous, ô nations ! Judée, Rome, Grèce, Egypte, Thrace, Perse, Scythie ! un Roi unique règne sur vous.

Célébrez votre Prince, ô vous tous, justes et pécheurs, vivants, infirmes et morts ; désormais, nul ne mourra plus.

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Ecclésial

Repost 0

Publié le 5 Janvier 2015

Premières vêpres de l'Epiphanie, le 5 Janvier. (par Gaetano Moroni (Histoire des chapelles papales sous Pie IX)

On chante ces vêpres dans la chapelle Sixtine ou dans la cha pelle Pauline du Quirinal. Autrefois Sa Sainteté se rendait à la fonction, portée sur la sedia. Les tentures du trône et la housse du grand fauteuil papal sont d'étoffe d'argent, ornée de fleurs, brodée en or; le tableau de l'autel représente l'Adoration du divin Enfant par les Mages. Le Pape, portant la chape et la mitre d'or, entre dans la chapelle par la porte ordinaire; il bénit le Sacré-Collége. Après une courte oraison sur son prie-dieu, il monte au trône, reçoit l'obédience des Cardinaux; il se lève ensuite, et, récitant tout bas le Pater et l'Ave, il commence quelques instants après les vêpres par le Deus, in adjutorium, assisté de deux Cardinaux-Diacres, des Patriarches et de deux Évêques, dont l'un tient le livre et l'autre la bougie. Une haute-contre entonne la première antienne, que le chœur doit continuer en contre-point. Après le psaume, la cérémonie se continue et s'achève suivant les rites que nous avons fait connaître en décrivant les cérémonies communes aux Chapelles papales.(Cf articles déjà parus)

Lire la suite

Rédigé par G. Moroni / Baglialto

Publié dans #Histoire, #Ecclésial

Repost 0

Publié le 5 Janvier 2015

Sur benoît-et-moi.fr au sujet de l'Eglise Titanic ! Il serait temps d'hélitreuiller des hommes à bord du navire chargé de clandestins pour reprendre la barre !

Lire la suite

Rédigé par Z

Publié dans #Le billet de Zosime

Repost 0