Publié le 2 Février 2015

C'est aujourd'hui la fête de la purification !

En attendants les crêpes, je me précipite à la messe, puis je file prendre un train pour le pays ... De la choucroute ( ben je sais c'est pas le jour ! Mais c'est ainsi !

Purification de la Ste Vierge

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc II versets 22 à 32.

En ce temps-là, quand furent révolus les jours prescrits pour la purification de Marie, selon la Loi de Moïse, ils portèrent Jésus à Jérusalem pour le présenter au Seigneur
selon qu'il est écrit dans la loi du Seigneur : Tout mâle premier-né sera regardé comme consacré au Seigneur,
et pour offrir en sacrifice, ainsi qu'il est dit dans la loi du Seigneur, une paire de tourterelles ou deux petites colombes.
Or, il y avait à Jérusalem un homme nommé Siméon ; c'était un homme juste et pieux, qui attendait la consolation d'Israël, et l'Esprit-Saint était sur lui.
L'Esprit-Saint lui avait révélé qu'il ne mourrait point avant d'avoir vu le Christ du Seigneur.
Il vint donc dans le temple, poussé par l'Esprit. Et comme ses parents amenaient l'enfant Jésus pour observer les coutumes légales à son égard,
lui-même le reçut en ses bras, et il bénit Dieu en disant :
" Maintenant, ô Maître, vous congédiez votre serviteur en paix, selon votre parole ;
car mes yeux ont vu le salut,
que vous avez préparé à la face de tous les peuples,
lumière qui doit éclairer les nations et gloire d'Israël, votre peuple. "

Extrait de la Bible catholique traduite par le chanoine Crampon

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 1 Février 2015

Petit refuge

comme la neige tombe, tombe tombe, en ce moment...

Lire la suite

Rédigé par Caramelo

Publié dans #Humour

Repost 0

Publié le 1 Février 2015

Déjà ! Dans 70 jours c'est Pâques, il est déjà temps de redresser la route si tant est que la votre soit tordue ! Ce n'est pas gagné pour tout le monde, surtout pour ceux qui de leurs fauteuils sont esbaudis par la théologie du grand bisounours de la pampa... Bon Dimanche !

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu XX versets 1 à 16 :

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples cette parabole : " Le royaume des Cieux est comparable au maître d'un domaine qui sortit au point du jour afin d'embaucher des ouvriers pour sa vigne.

Etant convenu avec les ouvriers d'un denier par jour, il les envoya à sa vigne.

Il sortit vers la troisième heure, en vit d'autres qui se tenaient sur la place sans rien faire,

et leur dit : " Allez, vous aussi, à ma vigne, et je vous donnerai ce qui sera juste. "

Et ils y allèrent. Il sortit encore vers la sixième et la neuvième heure, et fit la même chose.

Etant sorti vers la onzième heure, il en trouva d'autres qui stationnaient, et il leur dit : " Pourquoi stationnez-vous ici toute la journée sans rien faire ? "

Ils lui disent : " C'est que personne ne nous a embauchés. " Il leur dit : " Allez, vous aussi, à la vigne. "

Le soir venu, le maître de la vigne dit à son intendant : " Appelle les ouvriers et paie-leur le salaire, en commençant par les derniers jusqu'aux premiers. "

Ceux de la onzième heure vinrent et reçurent chacun un denier.

Quand vinrent les premiers, ils pensèrent qu'ils recevraient davantage ; mais ils reçurent, eux aussi, chacun un denier.

En le recevant, ils murmuraient contre le maître de maison, disant :

" Ces derniers n'ont travaillé qu'une heure, et tu les as traités comme nous, qui avons porté le poids du jour et la chaleur. "

Mais lui, s'adressant à l'un d'eux, répondit : " Ami, je ne te fais point d'injustice : n'es-tu pas convenu avec moi d'un denier ?

Prends ce qui te revient, et va-t'en. Je veux donner à ce dernier autant qu'à toi.

Ne m'est-il pas permis de faire en mes affaires ce que je veux ? Ou ton œil sera-t-il mauvais parce que, moi, je suis bon ?

Ainsi les derniers seront premiers, et les premiers derniers. "

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Salve

Repost 0

Publié le 31 Janvier 2015

Don Bosco

SAINT JEAN BOSCO
(1815
-1888)

Jean Bosco naquit en 1815 dans un village du Piémont. Ses parents étaient de pauvres paysans; mais sa mère, demeurée veuve avec trois enfants, était une sainte femme. Le caractère jovial de Jean lui donnait une grande influence sur les enfants de son âge. Il les attirait par ses manières aimables et il entremêlait avec eux les divertissements et la prière. Doué d'une mémoire extraordinaire, il se plaisait à leur répéter les sermons qu'il avait entendus à l'église. C'étaient là les premiers signes de sa vocation apostolique. Son coeur, soutenu par celui de sa mère et d'un bon vieux prêtre, aspirait au sacerdoce. La pauvreté, en l'obligeant au travail manuel, semblait lui interdire l'étude. Mais, par la grâce de Dieu, son courage et sa vive intelligence surmontèrent tous les obstacles.

En 1835, il était admis au grand séminaire. "Jean, lui dit sa mère, souviens-toi que ce qui honore un clerc, ce n'est pas l'habit, mais la vertu. Quand tu es venu au monde je t'ai consacré à la Madone; au début de tes études je t'ai recommandé d'être Son enfant; sois à Elle plus que jamais, et fais-La aimer autour de toi."

Au grand séminaire, comme au village et au collège, Jean Bosco préludait à sa mission d'apôtre de la jeunesse et donnait à ses condisciples l'exemple du travail et de la vertu dans la joie. Prêtre en 1841, il vint à Turin. Ému par le spectacle des misères corporelles et spirituelles de la jeunesse abandonnée, il réunit, le dimanche, quelques vagabonds qu'il instruisait, moralisait, faisait prier, tout en leur procurant d'honnêtes distractions. Mais cette oeuvre du dimanche ne suffisait pas à entretenir la vie chrétienne, ni même la vie corporelle, de ces pauvres enfants.

Jean Bosco, bien que dépourvu de toute ressource, entreprit donc d'ouvrir un asile aux plus déshérités. Il acheta pour 30.000 francs une maison payable dans la quinzaine. "Comment! lui dit sa mère devenue son auxiliaire, mais tu n'as pas un sou vaillant!" -- "Voyons! reprit le fils, si vous aviez de l'argent, m'en donneriez-vous? Eh bien, mère, croyez-vous que la Providence, qui est infiniment riche, soit moins bonne que vous?"

Voilà le trésor divin de foi, d'espérance et de charité dans lequel Jean Bosco, malgré toutes les difficultés humaines, ne cessa de puiser, pour établir ses deux Sociétés Salésiennes de Religieux et de Religieuses, dont la première dépasse le nombre de 8 000, et la seconde celui de 6 000, avec des établissements charitables multipliés aujourd'hui dans le monde entier.



Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.

Lire la suite

Rédigé par Caramelo

Publié dans #Salve

Repost 0

Publié le 30 Janvier 2015

" Le Pape est réellement contrarié que ses propos aient provoqué une telle confusion ». « Il ne voulait en aucune manière sous-estimer la beauté et la valeur des familles nombreuses »,déclare le substitut de la Secrétairerie d'État, Mgr Angelo Becciu, au journal de la Conférence épiscopale italienne !

Ben voyons ! Quand on sait que beaucoup de familles nombreuses sont chez les catholiques, de sensibilité traditionnelle voire traditionaliste, on se demande si ces propos n'avaient pas une double portée, entendu que Le circus Franciscus maltraite le lion tradi ( jeu de mot, cherchez svp !)

François, 77 x 7 fois, tourne ta langue dans ta bouche, cela t'évitera de te déclarer contrarié !

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 30 Janvier 2015

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 30 Janvier 2015

Il existe à Clermont Ferrand, une jolie basilique Romane, ND du port !

Bien restaurée, elle laisse le visiteur admirer une belle architecture et de superbes peintures murales (bien que du XIX e) ... Mais hélas de curieuses œuvres qui tranchent avec la beauté des lieux ! Encore une fois je ne suis pas contre l'art et la foi de l'artiste ( qui suis je pour en juger comme dit Franciscus), mais l'église n'est pas un hall d'exposition figurative !

Notre Dame du port
Notre Dame du port
Notre Dame du port
Notre Dame du port

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 30 Janvier 2015

On ne peut pas dire que la visite pastorale du territoire soit de tout repos !

60 kms à 25 km/h derrière un chasse neige sur une seule voie, sans pneu neige, et de nuit, qui plus est suivant un poids lourd qui freine tout le temps, c'est un peu stressant !!!

Sous la neige !

Résultat 4 h pour faire Limoges Clermont !

Et après les zekholos nous parlent de réchauffement climatique !

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 30 Janvier 2015

La Vita Bathildis ne précise pas la raison pour laquelle la reine quitta le pouvoir. La situation autour d'elle devenait de plus en plus violente. Vers 665, l'évêques de Paris Sigebrand (Sigobrandus), l'un de ses conseillers, fut assassiné

Aussi se retira-t-elle dans le monastère de Chelles fondé par elle auparavant, en dépit de sa volonté.

La sœur Bathilde y passa ses dernières années, en tant qu'humble religieuse servant l'abbesse Bertille, d'autres sœurs, les hôtes et notamment les pauvres.

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 29 Janvier 2015

SAINT FRANÇOIS de SALES



Saint François de Sales naquit au château de Sales, en Savoie, de parents plus recommandables encore par leur piété que par la noblesse de leur sang. Nommer ce saint, c'est personnifier la vertu de douceur; il fut le saint aimable par excellence et, sous ce rapport particulièrement, le parfait imitateur de Celui qui a dit: "Apprenez de Moi que Je suis doux et humble de coeur." Ce sera là toujours le cachet et la gloire de François de Sales.

Toutes les vertus, du reste, lui étaient chères, et sa vie, depuis son enfance, nous en montre le développement progressif, constant et complet. Jeune enfant, au collège, il était le modèle de ses condisciples, et dès qu'ils le voyaient arriver, ils disaient: "Soyons sages, voilà le saint!"

Jeune homme, il mena la vie des anges. Prêtre, il se montra digne émule des plus grands apôtres, par ses travaux et par les innombrables conversions qu'il opéra parmi les protestants. Évêque, il fut le rempart de la foi, le père de son peuple, le docteur de la piété chrétienne, un Pontife incomparable.

Revenons à sa douceur; elle était si étonnante que saint Vincent de Paul pouvait dire: "Que Dieu doit être bon, puisque l'évêque de Genève, Son ministre est si bon!" Un jour ses familiers s'indignaient des injures qu'un misérable lui adressait, et se plaignaient de le voir garder le silence: "Eh quoi! dit-il, voulez-vous que je perde en un instant le peu de douceur que j'ai pu acquérir par vingt ans d'efforts?"

"On disait communément, écrit sainte Jeanne de Chantal, qu'il n'y avait pas de meilleur moyen de gagner sa faveur que de lui faire du mal, et que c'était la seule vengeance qu'il sût exercer." -- "Il avait un coeur tout à fait innocent, dit la même sainte; jamais il ne fit aucun acte par malice ou amertume de coeur. Jamais on n'a vu un coeur si doux, si humble, si débonnaire, si gracieux et si affable qu'était le sien."
Citons quelques paroles de François lui-même: "Soyez, disait-il, le plus doux que vous pourrez, et souvenez-vous que l'on prend plus de mouches avec une cuillerée de miel qu'avec cent barils de vinaigre. S'il faut donner en quelque excès, que ce soit du côté de la douceur." -- "Je le veux tant aimer, ce cher prochain, je le veux tant aimer! Il a plu à Dieu de faire ainsi mon coeur! Oh! Quand est-ce que nous serons tout détrempés en douceur et en charité!"

Saint François de Sales mourut à Lyon, le jour des saints Innocents.
Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.

Lire la suite

Rédigé par JPP

Publié dans #Salve

Repost 0