Publié le 18 Mai 2009

Paf Paf Paf ! Trois coups de marteau ! "Carole, dormisne ? " (Karol, dors-tu ?) Pas de réponse ? Hélas Eminences, Vere Papa mortuus est , le pape est vraiment mort !

On ne sait trop d'où vient  cette étrange coutume qui remonte au XVII siècle.

 Le camerlingue de la sainte Eglise Romaine, et en effet chargé de constater la mort d'un pape. Il lui frappe sur la tête (un petit coup, on suppose, bien que ...comme nous le verrons plus loin...) avec un petit marteau d’argent, et l'appelle trois fois par son prénom en latin.

 Pas de réponse, pas de signe de vie ? Le pape est bien mort.

De nos jours bien sur, un certificat médical est obligatoire pour constater la mort du pontife (Constitutions Vaticanes), mais rien n'interdit au camerlingue d'user du marteau.
Le camerlingue semble pourtant ravalé au rang de secrétaire puisque qu'il rédige l'acte de décès.

Stendhal, dans "Promenade dans Rome" rapporte les paroles du
président de Brosses qui séjourna à Rome en 1740 au moment du de la mort de clément XII:
« Je viens de voir, au palais de Monte-Cavallo, une triste image des grandeurs humaines; tous les appartements étaient ouverts et désertés; je les ai traversés sans y trouver un chat, jusqu'à la chambre du pape, dont j'ai trouvé le corps couché à l'ordinaire dans son lit et gardé par, quatre jésuites qui récitaient des prières ou en faisaient semblant. Le cardinal-camerlingue (Annibale Albani) était venu sur les neuf heures faire sa fonction : il a frappé, à diverses reprises, d'un petit marteau sur le front du défunt, l'appelant par son nom : Lorenzo Corsini ! Et, voyant qu'il ne répondait pas, et, lui ayant ôté du doigt l'anneau du pêcheur, il l'a brisé selon l'usage."

J'ai recherché dans divers cérémoniaux, je n'ai pas trouvé trace de cette coutume étrange. Certes un marteau intervient parfois dans la liturgie. (Ouverture de la porte sainte les années jubilaires, ou même dans le cas présent pour briser l'anneau du pêcheur (encore qu'il s'agisse d'un marteau en or et non en argent comme le rapporte la coutume !))
Si quelqu'un me trouve trace de ce cérémonial, je suis preneur ! De même je recherche la photo du marteau en question !

En parcourant le réseau internet pour illustrer cet article, j'ai découvert une étrange photo d'un petit marteau, qui illustre un livre en italien: "Eutanasia ante litteram in Sardegna. Sa femmina accabadòra. Usi, costumi e tradizioni attorno alla morte in Sardegna

di Bucarelli Alessandro, Lubrano Carlo"

Ayant pu prendre connaissance de quelques pages, ce livre fait référence à une étrange coutume sarde. Pour aider l'agonisant à mourir les familles avaient visiblement recours à un petit marteau, de façon à fracasser le crane du mourant pour abréger ses souffrances...La chose semble attestée !

Dès lors, il est permis de s'interroger sur l'usage du marteau du camerlingue: Vérifier le passage du pape de vie à Trépas, ou aide au trépas ? C'est que la place du pape, quand vient sa fin, est  très convoitée !


Remerciements à Jacques Poucet Professeur émérite de l'Université de Louvain et des Facultés universitaires Saint-Louis (Bruxelles) Membre de l'Académie royale de Belgique, dont un article m'a donné la trame de cette chronique.

 

Lire la suite

Rédigé par Balthasar

Publié dans #Culture

Repost 0

Publié le 15 Mai 2009

Rédigé par Balthasar

Publié dans #Humour

Repost 0

Publié le 14 Mai 2009

Un fidèle pingouin touriste de passage au milieu des colines romaines, me signale que la sainte messe a été dite selon le missel du bienheureux Jean XXIII, (autrement dit, la messe dite tridentine) hier au Panthéon !
Il s'agissait, renseignements pris, de célebrer les 1400 ans de la consécration de ce temple romain, panthéon des dieux païens au culte du seul Vrai Dieu, Notre Seigneur Jésus Christ.
Le Panthéon erigé en basilique au VIIème siècle, est sous le vocable de Sainte  Marie des Martyrs
Une petite vidéo est visible ICI.

Lire la suite

Rédigé par Balthasar

Publié dans #Ecclésial

Repost 0

Publié le 14 Mai 2009

J'ai découvert ce blog sympa comme tout  grâce à un courriel reçu de son auteur ! Un ami du sieur Morti de la banquise, et du FC !
Si j'en juge par son blog, l'auteur est un cavalier accompli.
Pour ma part, j'ai souvenance d'une chute ...hum !
Modestement, moi, cardinal Balthasar, ne me promène plus guère qu'en litière, encore qu'en ces temps de crise, je sois obligé de songer à acquérir un cheval, ou une ânesse. (Les porteurs font grève et me ruinent !)

Je me demande si je suis bien digne de ce noble animal qui a porté le Christ...
Ma ! Je vais peut être investir...

Lire la suite

Rédigé par Balthasar

Publié dans #Divers

Repost 0

Publié le 14 Mai 2009

On dira ce qu'on veut, mais ça brille !
Si de nos jours, le personnel d'entretient reçoit l'aide de cireuses électriques et autres polisseuses mécaniques, il n'en a pas toujours été ainsi !
Le cardinal Balthasar préfère recourir à la bonne vieille méthode, et frotter avec ses petites patuches, le sol en marbre de son église, pour que la lumière du Seigneur puisse s'y refléter de manière plus éclatante !
C'est aussi sorte de pénitence que de s'abimer les doigts ainsi !

Le marbre est une pierre poreuse. Les nombreux visiteurs qui passent chaque jour dans la nef, rayent avec leurs talons, font toute sorte de taches (Involontairement) sur  les dalles !
Les cérémonies laissent aussi leurs traces sur le sol patiné par plusieurs générations de saints prêtres, évêques, cardinaux... L'encens fait des taches, la cire aussi.
Si pour votre carrelage domestique, vous utilisez des produits modernes, Lustror, Supercarelus & Cie, Balthasar fait la sourde oreille !


Pour faire briller et juste entretenir, notre cardinal qui ne recule jamais devant des travaux titanesques (Z'avez vu la surface à frotter ?) utilise un linge propre  et  doux, imprégné d'huile de lin (C'est naturel, et donc à la mode, Balthaz toujours en avance sur son temps !), puis utilise un chiffon de flanelle oublié par Tite Rose lors de son passage il y a quelques années, pour lustrer.


Quand le sol est plus encrassé, Balthasar utilise de l'huile de coude et sort une brosse à poils très durs et à manche d'ivoire (On ne se refuse rien!) et invoque le saint Patron des lessive, Saint Marc !
Pour les taches incrustées sur les marches de l'église qui sont en marbre blanc, Balthasar prépare un petit jus de ses citronniers, dilué dans de l'eau de la fontaine toute proche ( A Rome les fontaines ne manquent pas et l'eau est merveilleuse pour toutes occasions) 
Sa vielle brosse à cheveux en poils de licorne fait l'affaire car il ne faut point trop frotter (Comme Balthasar termine par les marches il n'a plus beaucoup d'énergie de toutes manières) 

Lors de la dernière veillée pascale, un enfant de chœur ayant laissé choir l'encensoir, une dalle s'en est trouvée fissurée ! On l'a habillement réparée, en laissant couler un peu de cire additionnée d'un peu de terre cuite rouge, la dalle étant de cette couleur.
Le surplus fut enlevé grâce à un coup de fer à repasser, que la vieille gouvernante Rosario avait fait chauffer sur le poêle à bois de l'office du presbytère, (Que voulez vous, le fer électronique, elle connait pas, et repasse toutes les chasubles de notre cardinal) avant de l'envelopper dans un vieux torchon ! (un bout d'une sorte de robe de grossesse décorée au feutre, par des enfants patronnés par une vieille syndicaliste, du temps de l'ancien curé)

En ces temps de crise de l'Eglise, on fait comme on peut !
Autant utiliser les vieux oripeaux moderne pour restaurer l'ancien

Vous n'en avez rien à cirer ? Balthasar si ! Il a encore 200 mètres carrés à faire ! ZZZZZIP

Lire la suite

Rédigé par Balthasar

Publié dans #Humour

Repost 0

Publié le 14 Mai 2009

Rédigé par Balthasar

Publié dans #Avis et mises à jour

Repost 0

Publié le 13 Mai 2009

Je vous reparlerai de ce cantique très bientôt car  il est très beau et porte particulièrement à la prière.

En Ombrien, cela donne cela:


Altissimu onnipotente bon signore. tue so le laude la gloria e l onore et onne benedictione. Ad te solo altissimo se konfano. et nullu homo ene dignu te mentouare.

Laudato sie mi signore cum tucte le tue creature spetialmente messor lo frate sole. lo quale iorno et allumini per loi. Et ellu e bellu e radiante cum grande splendore. de te altissimo porta significatione.

Laudato si mi signore per sora luna e le stelle. in celu l ai formate et pretiose et belle.

Laudato si mi signore per frate uento et per aere et nubilo et sereno et onne tempo. per lo quale a le tue creature dai sustentamento.

Laudato si mi signore per sor acqua. la quale e multo utile et humile et pretiosa. et casta.

Laudato si mi signore per per frate focu. per lo quale ennallumini la nocte. ed ello e bello et iucundo et robusto et forte.

Laudato si mi signore per sora nostra matre terra. la quale ne sustenta et gouerna. et produce diuersi fructi con coloriti fiore et herba.

Laudato si mi signore per quelli ke perdonano per lo tue amore. et sostengo infirmitate et tribulatione. beati quelli ke l sosterranno in pace. ka da te altissimo sirano incoronati.

Laudato si mi signore per sora nostra morte corporale. da la quale nulla homo uiuente po skappare. guai a cquelli ke morrano ne le peccata mortali. beati quelli ke trouara ne le tue sanctissime uoluntati ka la morte secunda nol farra male.

Laudate et benedicete mi signore et rengratiate et seruiteli cum grande humilitate.

En Français:

Très haut, tout puissant et bon Seigneur,
à toi louange, gloire, honneur,
et toute bénédiction ;
 à toi seul ils conviennent, O Très-Haut,
et nul homme n'est digne de te nommer.

Loué sois-tu, mon Seigneur, avec toutes tes créatures,
spécialement messire frère Soleil,
par qui tu nous donnes le jour, la lumière ;
il est beau, rayonnant d'une grande splendeur,
et de toi, le Très-Haut, il nous offre le symbole.

 
Loué sois-tu, mon Seigneur, pour soeur Lune et les étoiles :
dans le ciel tu les as formées,
claires, précieuses et belles.

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour frère Vent,
et pour l'air et pour les nuages,
pour l'azur calme et tous les temps :
grâce à eux tu maintiens en vie toutes les créatures.

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour notre soeur Eau,
qui est très utile et très humble,
précieuse et chaste.

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour frère Feu,
par qui tu éclaires la nuit :
il est beau et joyeux,
indomptable et fort.

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour soeur notre mère la Terre,
qui nous porte et nous nourrit,
qui produit la diversité des fruits,
avec les fleurs diaprées et les herbes.

 Loué sois-tu, mon Seigneur, pour ceux
qui pardonnent par amour pour toi ;
qui supportent épreuves et maladies :
 heureux s'ils conservent la paix,
car par toi, le Très-Haut, ils seront couronnés.

 Loué sois-tu, mon Seigneur,
pour notre soeur la Mort corporelle,
à qui nul homme vivant ne peut échapper.

Malheur à ceux qui meurent en péché mortel ;
Heureux ceux qu'elle surprendra faisant ta volonté,
car la seconde mort ne pourra leur nuire.

 Louez et bénissez mon Seigneur,
rendez-lui grâce et servez-le
en toute humilité !

Lire la suite

Rédigé par Balthasar

Publié dans #Ecclésial

Repost 0

Publié le 13 Mai 2009

Un petit malin avait ce jour là laissé ses sandalles aux pieds de St François, face à la basilique du Latran
Problème de taille, le poverello n'y rentre même pas son gros orteil !

Lire la suite

Rédigé par Balthasar

Publié dans #Humour

Repost 0

Publié le 13 Mai 2009

Aujourd'hui 13 mai, anniversaire de l'apparition de Notre Dame à Fatima au Portugal en 1917 !

Lire la suite

Rédigé par Balthasar

Publié dans #Ecclésial

Repost 0

Publié le 12 Mai 2009

à notre ami Archange ! (Photo en plus grand format dans Ze Balthaz'album)

Lire la suite

Rédigé par Balthasar

Repost 0