Publié le 16 Mai 2015

Saint Honoré
Évêque d'Amiens
(† v. 600)

Honoré naquit au village de Port-le-Grand, en Ponthieu, au début du VIe siècle.
Quand ce jeune homme dissipé annonça à sa nourrice qu'il voulait devenir prêtre, elle était en train de faire cuire son pain. "Et quand ma pelle aura des feuilles, tu seras évêque !" se moqua la brave femme. Sous ses yeux ébahis, la pelle se mit à reverdir.
Évêque d'Amiens très populaire, il le fut encore plus après sa mort. Par exemple, une procession avec la châsse contenant ses reliques fit venir la pluie en temps de sécheresse. On dit qu'un jour, en pleine Messe, il vit le Christ venir consacrer lui-même le pain eucharistique.
Depuis que des boulangers et pâtissiers de Paris décidèrent de créer une confrérie qui se retrouverait dans une chapelle lui étant dédiée, il est leur saint patron.

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 15 Mai 2015

A cette époque, on pouvait encore laisser ses enfants regarder sans crainte la télévision ! Mes parents me laissaient donc, les jours de pluie, regarder :

Lire la suite

Rédigé par Adso

Publié dans #Culture

Repost 0

Publié le 15 Mai 2015

« Le royaume des cieux est semblable à un trésor caché dans un champs

M'unir aux Apôtres qui, du mont des Oliviers, regardent le ciel où Jésus vient de s'élever par sa propre vertu. —

Ce trésor, d'après saint Hilaire et saint Jérôme, est la divinité qui est cachée dans la terre, c'est-à-dire l'humanité de Jésus-Christ: car « en Lui sont cachés tous les trésors de la « science et de la sagesse de Dieu "

Que la divinité soit un trésor et la réunion de tous les biens, nul n'en saurait douter: trésor si ancien, qu'il n'a pas d'origine et subsiste avant tous les siècles; il n'a pas de maître non plus, puisque Dieu est le Maitre et le Seigneur universel.

Pourtant ce trésor infini appartient à celui qui le trouve, s'il remplit les conditions nécessaires pour le retenir en ses mains. Il faut le cacher, de peur que la vaine gloire ne dérobe ce qui est confié à la garde de l'humilité; il faut l'aimer, et y mettre toute sa joie; il faut l'estimer au dessus de tout le reste. C'est pourquoi Jésus dit: « Le royaume des « cieux est semblable à un trésor caché dans un « champ. Celui qui l'a trouvé le cache, et, dans la « joie qu'il éprouve, il s'en va, vend tout ce qu'il « possède, et achète le champ . »

— « Caché dans un champ ? ( petite note sur ce point)

»
Quoique présente partout à cause de son immensité, la divinité n'est pourtant présente nulle part aussi intimement que dans l'humanité du Sauveur, à laquelle elle est unie de telle sorte que les deux natures subsistent en une seule personne. C'est pourquoi saint Paul dit : « Dieu était dans « le Christ, réconciliant le monde avec Lui« même. » Présence intime, et pourtant cachée à nos yeux: il faut une lumière pour qu'ils la puissent reconnaître. « J'ai préparé une lumière à mon « Christ " Jean-Baptiste a été « la lampe ardente et luisante » qui faisait voir aux Juifs la divinité cachée dans l'humanité de Jésus: «Voici, dit-il, l'Agneau de Dieu, voici celui qui ôte le « péché du monde »

L'Esprit-Saint me donne la lumière de la foi, qui m'aide à pénétrer jusque dans l'abîme où la divinité réside, en même temps que les Anges qui le contemplent et « désirent y plonger de plus en plus leurs regards » Si les ennemis de Jésus « l'avaient connu, jamais ils n'eussent crucifié « le Seigneur glorieux, » dit saint Paul .

N'est-il pas encore inconnu pour moi qui le sers avec tant de négligence? Mon trésor demeurera enfoui et je ne le posséderai jamais, si je ne donne, pour l'acquérir, ce que je suis et ce que je possède: « Celui qui l'a trouvé s'en va, vend tout ce qu'il « possède, et achète le champ "

IIIe Point. —Celui qui a trouvé le trésor évangélique , ne regrette pas l'échange de tous ses biens pour l'obtenir. Combien d'âmes pusillanimes trouvent excessif le prix auquel Dieu met le royaume des cieux! Elles comptent et recomptent en avares les joies qu'il faut quitter, elles pèsent les croix qu'il faut porter, elles disputent misérablement à Dieu la possession de leur cœur; après quoi elles gémissent encore de vivre dans les ténèbres, et de n'être jamais consolées par un avant-goût du ciel.

Ah ! c'est qu'il faut tout donner pour tout posséder, et donner avec joie : car Dieu se donne joyeusement à nous, il entre dans nos cœurs comme en un lieu de délices; et moi je crains de tout perdre si je donne, sans compter, à Dieu de qui j'ai tout reçu!
Je sais où se trouve le trésor de la vie éternelle; mais je n'ai pas fait encore le premier pas ni rempli une seule des conditions sans lesquelles il sera toujours pour moi un trésor caché et inaccessible. Ma vie s'écoule au milieu de ces délibérations pleines de tristesse et d'ennui. Il est temps qu'enfin je me lève pour acheter le trésor qui m'est offert par Dieu; si je mourais dans l'état ou je suis, je mourrais pauvre et les mains vides comme mon cœur? « Tu dis: Je suis riche, je suis dans IV « bondance, je ne manque de rien : et tu ne sais « point que tu es malheureux, misérable, pauvre, « aveugle et nu »

Comparé au trésor de la vie éternelle, quelle valeur a le prix que j'en peux donner? Mon cœur pour le cœur de Jésus, mon temps pour l'éternité, mon amour pour l'amour de Dieu : fallût-il donner ma vie, qu'est-ce que ma vie, fragile, courte, obscure, auprès de la vie éternelle?

Il n'y a pas de peine qui semble excessive quand il s'agit d'acquérir un trésor terrestre : pourquoi donc refuserais-je à Dieu ce que le monde obtient de ses esclaves?

On se dévoue pour le monde, on sacrifie tout pour lui plaire; il n'a pas de trésors à donner, et on le sert fidèlement: Dieu m'offre un trésor, el je le laisse enfoui dans la terre.

"Méditations à l'usage des communautés religieuses pour tous les jours de l'année"

Par François Chesnel

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 15 Mai 2015

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu XVIII versets 1 à 5 :

En ce temps-là, les disciples s'approchèrent de Jésus, et lui dirent : Qui donc est le plus grand dans le royaume des cieux ?
Alors ayant fait venir un enfant, il le plaça au milieu d'eux
et dit : Je vous le dis, en vérité, si vous ne changez et ne devenez comme les enfants, vous n'entrerez point dans le royaume des cieux.
Celui donc qui se fera humble comme ce petit enfant est le plus grand dans le royaume des cieux.
Et celui qui reçoit en mon nom un enfant comme celui-ci, c'est moi qu'il reçoit.

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 14 Mai 2015

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc Chap XVI versets 14 à 20

En ce temps-là, Jésus apparut aux onze apôtres pendant qu'ils étaient à table, et il leur reprocha leur incrédulité et la dureté de leur cœur, parce qu'ils n'avaient pas cru ceux qui avaient vu qu'il était ressuscité.
Puis il leur dit : " Allez par tout le monde et prêchez l'Evangile à toute la création.
Celui qui croira et sera baptisé, sera sauvé ; celui qui ne croira pas, sera condamné.
Et voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : en mon nom ils chasseront les démons ; ils parleront de nouvelles langues ;
ils prendront des serpents, et s'ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal ; ils imposeront les mains aux malades et les malades seront guéris. "
Après leur avoir ainsi parlé, le Seigneur Jésus fut enlevé au ciel et s'assit à la droite de Dieu.
Et eux s'en allèrent prêcher partout, le Seigneur travaillant avec eux et confirmant leur parole par les miracles qui l'accompagnaient de Jésus Christ selon saint Marc XVI. Versets 14 à 20 :

En ce temps-là, Jésus apparut aux onze apôtres pendant qu'ils étaient à table, et il leur reprocha leur incrédulité et la dureté de leur cœur, parce qu'ils n'avaient pas cru ceux qui avaient vu qu'il était ressuscité.
Puis il leur dit : " Allez par tout le monde et prêchez l'Evangile à toute la création.
Celui qui croira et sera baptisé, sera sauvé ; celui qui ne croira pas, sera condamné.
Et voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : en mon nom ils chasseront les démons ; ils parleront de nouvelles langues ;
ils prendront des serpents, et s'ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal ; ils imposeront les mains aux malades et les malades seront guéris. "
Après leur avoir ainsi parlé, le Seigneur Jésus fut enlevé au ciel et s'assit à la droite de Dieu.
Et eux s'en allèrent prêcher partout, le Seigneur travaillant avec eux et confirmant leur parole par les miracles qui l'accompagnaient

Ascension de Notre Seigneur

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 14 Mai 2015

Voici le fameux motet, pris par les chantres lors de la chapelle papale du jour !

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Ecclésial, #Culture

Repost 0

Publié le 14 Mai 2015

Par Gaetano Moroni

"Premières vêpres et Chapelle papale de l'Ascension.

C'est dans la chapelle du palais apostolique qu'on chante ces premières vêpres. Benoît XIII les fit chanter, en 1725, dans la basilique de Latran.

On observe le cérémonial que nous avons fait connaître pour la célébration des premières vêpres de l'Épiphanie; la seule particularité que l'on remarque, c'est que le tableau de l'autel représente l' Ascension du Sauveur, et que les Cardinaux quittent ce jour-là leur camail fourré d'hermine.

La Chapelle papale du lendemain, fête de l'Ascension, se tient quelquefois dans les chapelles des palais apostoliques où réside le Pontife. Sixte-Quint avait ordonné qu'elle se tiendrait dans l'église Vaticane; mais l'usage semble avoir prévalu de célébrer la cérémonie dans la basilique de Latran , où le Pape se rend en cortége de ville, et les Cardinaux avec leur carrosse de suite et leur livrée de gala. Le Pontife , en chape blanche et mitre d'or, porté sur la sedia, précédé du cortége tel que nous l'avons décrit pour fête de la Chaire de Saint-Pierre, sort de la sacristie de la basilique, et, après avoir adoré le Saint-Sacrement à l'autel du Crucifix, il se rend à son trône.

Un Cardinal-Évèque célèbre la messe, et le bref qui lui en donne la permission est fixé à une colonne du baldaquin. Jusqu'à ces derniers temps, c'était un Prêtre séculier qui prêchait eu Chapelle; mais Pie VII, en 1807, accorda aux élèves du collége Capranica le privilége de prononcer ce jour-là le discours en Chapelle papale.

Après que le Diacre a chanté l'évangile, on éteint le cierge pascal, pour indiquer la séparation de Jésus avec ses Apôtres et son Ascension glorieuse; on enlève aussi les deux palmes bénites qui décoraient la salle des Parements depuis le dimanche des Rameaux. A l'offertoire les Chantres pontificaux exécutent le motet de Palestrina, Viri Galileœ.

Après la messe, le Pape et le Sacré-Collége vénèrent les précieuses têtes des Apôtres Pierre et Paul, exposées sur le grand tabernacle du baldaquin.

Ensuite, précédé de toute la prélature et des Cardinaux, portant la tiare et assis sur la sedia, le Pontife se rend dans la galerie du portique de la basilique, où, du haut du balcon, il donne au peuple, réuni sur la place, la solennelle bénédiction , en observant les rites que nous avons déjà fait connaître en décrivant la même cérémonie pour la fête du couronnement du nouveau Pape et pour le jour de Pâques.

On annonce, après la cérémonie, l'ouverture de l'année sainte, sous le portique du Vatican, si l'année suivante concourt avec le grand jubilé : la Chapelle papale a lieu, dans ce cas, dans la basilique Saint-Pierre. "

Lire la suite

Rédigé par Baglialto

Publié dans #Histoire

Repost 0

Publié le 13 Mai 2015

C'est aussi l'anniversaire de la première apparition de Notre Dame aux trois petits pâtres !

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 13 Mai 2015

De Dom Gueranger:

"Pour la troisième fois la sainte Église reprend sa marche, et sort du saint temple, afin de faire un dernier appel à la divine miséricorde. Rangeons-nous sous sa bannière, et unissant nos voix à la sienne, invoquons avec elle le secours des Saints. Elle est glorieuse, mais aussi elle est puissante, la Litanie dans laquelle sont invoqués tour à tour les chœurs de la Jérusalem céleste. C’est l’Église triomphante s’unissant à l’Église militante pour obtenir le salut de la terre.

Marie, Mère de Dieu, Vierge des vierges, miracle de la puissance divine, employez en notre faveur votre maternelle médiation auprès de celui qui étant Dieu est aussi votre fils.

Michel l’invincible, Gabriel, heureux messager du salut, Raphaël, médecin compatissant de nos misères ; Anges et Archanges qui veillez à notre défense et coopérez à notre salut ; hiérarchies célestes qui attendez les élus de la terre pour renforcer vos rangs, intercédez pour vos frères et vos clients.

Jean-Baptiste, précurseur de l’Agneau de Dieu ; Joseph, époux de Marie immaculée, père nourricier du Fils de Dieu ; Patriarches, ancêtres majestueux de la race humaine, aïeux du divin Messie ; Prophètes qui avez annoncé sa venue et décrit tous ses traits, afin que la terre reconnût en lui son Sauveur : souvenez-vous des habitants de cette terre lointaine sur laquelle vous avez été voyageurs.

Pierre, Pasteur universel, porte-clefs du royaume des cieux ; Paul, apôtre des Gentils, armé du glaive de la parole et consommé par le glaive du martyre ; André, crucifié comme votre Maître ; Jacques le Majeur, enfant du tonnerre, fondateur du royaume Catholique ; Jean le Bien-Aimé, fils et gardien de Marie, Évangéliste et le dernier des Prophètes ; Thomas, apôtre des Indes, immolé par la lance ; Jacques le Mineur, appelé frère du Seigneur ; Philippe, qui avez évangélisé les Scythes et rencontré la croix à Hiérapolis ; Barthélemy, docteur de l’Arménie, arrosée de votre sang ; Évangéliste Matthieu, qui êtes allé porter la foi jusque dans les régions brûlantes de l’Éthiopie ; Simon, dont la Mésopotamie a entendu la voix ; Thaddée, qui avez affronté l’Égypte et ses idoles ; Mathias, appelé à prendre la place du traître Judas, et digne d’un tel honneur ; Barnabé, compagnon de Paul, et plus tard la lumière de l’île de Chypre ; Luc, disciple de l’Apôtre des Gentils, historien du Verbe incarné ; Marc, disciple de Pierre, qui avez écrit sous sa dictée l’Évangile du salut : nous vous saluons tous avec amour comme nos pères dans la foi ; priez en ces jours avec nous et pour nous."

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 12 Mai 2015

Quelques photos

De la cathédrale d'Orleans pavoisée pour les fêtes de Jeanne d'Arc

Quelques photos
Quelques photos
Quelques photos
Quelques photos
Quelques photos
Quelques photos
Quelques photos
Quelques photos
Quelques photos

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0