Publié le 15 Septembre 2015

Dans un article ancien, on trouvait l'explication de cette fête. Baglialto y parlait, des nombreuses vicissitudes de la vie de Pie VII (Il existe des saints à canoniser d'urgence, l'absence d'ambiguité de leurs pontificats ne nous laisseraient pas avec des "dubia")

Il se trouve aussi qu'il y a quelques années, je visitais à Toulouse, le lieu où fut fondée la Congrégation des religieuses de Notre-Dame de la Compassion, qui se refère à cette fête.

Prions donc la fondatrice, Mère Jeanne-Marie Desclaux, de porter nos petits sacrifices, nos peines, oh combien misérables à côté de celle de Notre Sainte Mère, à Marie, refuge et consolatrice des affligés.

Lire la suite

Rédigé par Amandine

Publié dans #Ecclésial

Repost 0

Publié le 14 Septembre 2015

Il semblerait que les articles postés par certains d'entre nous n'apparaissent pas en temps réel sur le blog... ou du moins pas pour tout le monde...

Il est vrai que nous avons faite une demande à Overblog pour bloquer certaines adresses IP... suite à des attaques malveillantes (Spam...)

Je vous tiens informés sur ces problèmes

Lire la suite

Rédigé par Octavien

Publié dans #Avis et mises à jour

Repost 0

Publié le 14 Septembre 2015

De la sainte Croix

Salve !

C'est aujourd'hui, l'Exaltation de la Sainte Croix ! Fête que l'on peut relier à celle du trois mai, voici ce que je trouve dans mon bréviaire

Rex exaltátur in ǽthera, cum nóbile trophǽum Crucis ab univérsis christícolis adorátur per sǽcula.

Le Roi est élevé dans les airs, quand le noble trophée de la Croix est adoré par tous les chrétiens au long des siècles.

Adorámus te, Christe, et benedícimus tibi, quia per Crucem tuam redemísti mundum.

Nous t’adorons, ô Christ, et nous te bénissons, parce que par ta Croix tu as racheté le monde.

Per lignum servi facti sumus, et per sanctam Crucem liberáti sumus: fructus árboris sedúxit nos, Fílius Dei redémit nos, allelúia.

Par un arbre nous sommes devenus esclaves, et par la Sainte Croix nous avons été libérés : le fruit d’un arbre nous a séduits, le Fils de Dieu nous a rachetés, alléluia.

Lire la suite

Rédigé par Amandine

Publié dans #Ecclésial

Repost 0

Publié le 13 Septembre 2015

"Pensées Spirituelles pour tous les jours", est ouverte !

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Avis et mises à jour

Repost 0

Publié le 13 Septembre 2015

Oui, car le dimanche n'est jamais ordinaire, n'en déplaise aux modernistes

Aujourd'hui, Jésus fustige ceux qui sont collés à la Loi, et en oublient les distinctions nécessaires comme ceux qui se mettent en avant (On rejoint ce dont Jésus parle quant au Pharisien qui critiquait l'humble Publicain, que ne voyons nous pas très souvent ce travers dans nos communautés !)

C'est l'Esprit de la Loi, qu'il faut aussi et surtout prendre en compte, quant au repos dominical. Bonne journée pas ordinaire, et ne vous croyez pas autorisés à faire ce que vous pouviez faire hier ou pourrez faire demain ...

De la mesure aussi dans la correction fraternelle ou Charité et Vérité doivent aller de paire !

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc XIV, versets 1 à 11:

En ce temps-là, Jésus étant entré, un jour de sabbat, dans la maison d'un des principaux Pharisiens, pour y prendre son repas, ceux-ci l'observaient. Et voici qu'un homme hydropique se trouvait devant lui. Et Jésus, prenant la parole, dit aux docteurs de la Loi et aux Pharisiens : " Est-il permis de guérir le jour du sabbat, ou non ? " Mais ils gardaient le silence. L'ayant pris, il le guérit et le congédia. Puis, il leur dit : " Qui d'entre vous, si son fils ou son bœuf tombe dans un puits, ne l'en retire pas aussitôt, un jour du sabbat ?" Et à cela ils ne purent répliquer. Et il dit une parabole aux invités, ayant remarqué comment ils choisissaient les premières places. Il leur dit : " Quand tu seras invité par quelqu'un à un repas de noces, ne te mets pas à la première place : un homme plus considérable que toi pourrait avoir été invité par lui, et celui qui vous aurait invités l'un et l'autre viendrait te dire : " Cède-lui la place, " et alors tu n'aurais, avec confusion, qu'à occuper la dernière place. Mais, quand tu es invité, va te mettre à la dernière place ; de cette façon, quand viendra celui qui t'a invité, il te dira : " Mon ami, avance plus haut. " Alors ce sera pour toi un honneur devant tous les convives. Car quiconque s'élève sera abaissé, et quiconque s'abaisse sera élevé. "

Lire la suite

Rédigé par Baldolino

Publié dans #Ecclésial

Repost 0

Publié le 11 Septembre 2015

Salve !

En ce jour, c'est la fête du nom très Saint de Marie ! Fête très ancienne !

Le Pontife Romain Innocent XI a prescrit de célébrer chaque année dans l’Eglise universelle ce nom vénérable, qui faisait déjà l’objet d’un culte spécial dans certaines parties du monde chrétien, en raison de l’insigne victoire remportée sous le patronage de la même Vierge Marie, à Vienne en Autriche, sur le monstrueux tyran des Turcs qui menaçait avec insolence le peuple chrétien, et en signe de reconnaissance éternelle d’un tel bienfait.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc I versets 26 à 38:

En ce temps-là, l'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, vers une vierge qui était fiancée à un homme de la maison de David, nommé Joseph ; et le nom de la vierge était Marie. Etant entré où elle était, il lui dit : " Salut, pleine de grâce ! Le Seigneur est avec vous ; vous êtes bénie entre les femmes. " Mais à cette parole elle fut fort troublée, et elle se demandait ce que pouvait être cette salutation. L'ange lui dit : " Ne craignez point, Marie, car vous avez trouvé grâce devant Dieu. Voici que vous concevrez, et vous enfanterez un fils, et vous lui donnerez le nom de Jésus." Il sera grand et sera appelé fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il règnera éternellement sur la maison de Jacob, et son règne n'aura point de fin. " Marie dit à l'ange : " Comment cela sera-t-il, puisque je ne connais point l'homme ? " L'ange lui répondit : " L'Esprit-Saint viendra sur vous, et la vertu du Très-Haut vous couvrira de son ombre. C'est pourquoi l'être saint qui naîtra sera appelé Fils de Dieu. Et voici qu'Elisabeth, votre parente, a conçu, elle aussi, un fils dans sa vieillesse, et ce mois-ci est le sixième pour elle que l'on appelait stérile, car rien ne sera impossible pour Dieu. " Marie dit alors : " Voici la servante du Seigneur : qu'il me soit fait selon votre parole ! " Et l'ange la quitta.

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Ecclésial

Repost 0

Publié le 8 Septembre 2015

Nativité de la Sainte Vierge

O Marie, Vierge immaculée, choisie et destinée de toute éternité par la Très-Sainte-Trinité pour être l'auguste mère du Fils unique de Dieu le Père; annoncée par les Prophètes, désirée des nations; sanctuaire et temple rivant du Saint-Esprit, astre de pureté, sans tache originelle;

Reine du ciel et de la terre, des anges et des hommes, nous vous saluons humblement prosternés à vos pieds; nous nous réjouissons dans la douce pensée de la solemnité de votre heureuse Naissance, et nous vous supplions de daigner naître dans nos cœurs, afin qu'épris de votre aimable douceur, ils soient sans cesse unis à votre cœur divin. Ainsi soit-il. Dans les neuf salutations qui suivent, il sera bon de s'unir aux neuf Cliœurs des singes, qui se sont empresses de venir saluer de leurs hommages la naissance de leur Souveraine. Je vous salue, illustre Rejeton de la race de David, qui enfermé pendant neuf mois dans le sein d'Anne votre mère, avez enfin réjoui le monde par votre naissance. Ave Maria, Je Vous salue, céleste Enfant, colombe éclatante de pureté, qui en dépit du dragon infernal, avez été conçue sans péché. Ave Maria. Je Vous salue, brillante Aurore, qui, en annonçant le Soleil de Justice, avez apporté la première lumière au monde. Ave Maria. Je vous salue, Élue de Dieu, qui, comme le divin Soleil, êtes née au milieu de la nuit la plus obscure du péché. Ave Maria. Je Vous salue, Astre rayonnant qui avez éclairé le monde encore enveloppé des noires ténèbres du paganisme. Ave Maria. Je vous salue, puissante Souvëraine, qui, comme une armée terrible, avez seule mis en fuite tout l'enfer. Ave Maria. Je Vous salue, belle ame de Marie, heureux objet des com* plaisances éternelles et de la prédilection du Très - Haut. Ave Maria. Je Vous salue, lendre et aimable Enfant, je me prosterne aux pieds de votre berceau, et je baise avec respect les langes sacrés qui couvrent votre corps si pur; béni soit à jamais le moment qui vous a vue naître. Ave Maria. Je Vous salue, Vierge ornée de toutes les vertus des Saints, et dans un degré plus éminent encore; vous étiez digne de devenir par la vertu du Saint-Esprit, la Mère du Verbe incarné. Ave Maria. O Enfant pleine de grâce et de beauté, qui par votre naissance avez consolé le inonde, réjoui le ciel, épouvanté l'enfer; ô vous, l'appui des faibles, la consolation des affligés, le soulagement des infirmes, la joie de l'univers, nous vous en supplions dans toute la ferveur de nos désirs, daignez renaître aujourd'hui au milieu de nous; renouvelez notre esprit dans votre service, embrâsez nos cœurs de votre amour, et bientôt on verra fleurir en nous les vertus qui seules peuvent nous rendre agréables à vos yeux. O Marie, faites-nous éprouver les effets de ce nom si doux : qu'il soit notre ressource dans nos peines, notre espérance dans les périls, notre bouclier dans les tentations, notre consolation au moment de la mort: le miel enfin le plus doux à notre bouche, à nos oreilles le concert le plus agréable, et le motif de la plus pure alégrèsse pour nos cœurs!

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Ecclésial

Repost 0

Publié le 6 Septembre 2015

Préfiguration de la grâce rédemptrice de nos pêchés (qui nous ramène à la vie), aujourd'hui, l'Evangile nous parle d'une veuve éplorée et de la résurrection de son fils

En ce temps-là, Jésus se rendait à une ville, appelée Naïm ; et ses disciples faisaient route avec lui, ainsi qu'une foule nombreuse. Comme il approchait de la porte de la ville, voilà qu'on emportait un mort, fils unique de sa mère, laquelle était veuve, et une foule considérable de gens de la ville étaient avec elle. Le Seigneur l'ayant vue, fut touché de compassion pour elle, et il lui dit : " Ne pleurez pas. " Et s'approchant, il toucha le cercueil, et les porteurs s'arrêtèrent ; et il dit : " Jeune homme, je te le dis, lève-toi ! " Et le mort se dressa sur son séant et se mit à parler ; et il le rendit à sa mère. Tous furent saisis de crainte, et ils glorifiaient Dieu en disant : " Un grand prophète s'est levé parmi nous, " et : " Dieu a visité son peuple. "

Nous ouhaitons aussi un bon anniversaire de mariage à Adso et Tite Rose, 7 ans déjà !

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Ecclésial

Repost 0

Publié le 3 Septembre 2015

Un collègue me dit l'autre jour : "Tu n'as pas de fortune de côté, s'il t'arrivais un gros "pépin", de santé ou de travail, tu serais sans ressource, ta femme, ton fils et toi"

Il n'avait pas tort, et je me sentis quelque peu inquiet, le reste de la journée...

Le soir, à l'heure de la prière, mes réflexions se firent plus sages "Voilà presque 40 ans que je suis sur terre, sans fortune, et pourtant je vis.

Chaque jour, j'ai eu ce qu'il me fallait, et je me suis peu ou prou reposé quand il le fallait...

En fait de peine, Dieu ne m'a jamais envoyé plus que ma mesure, et en fait de secours, qui m'a donné ce dont j'avais besoin ? Dieu !

Je me suis dis "Ne sois pas ingrat, bannis l'inquiétude, car qui peut t'induire à penser que quand tu seras plus vieux, quand tu auras plus de besoin, tu verras se fermer la main de qui tu as tant reçu ?

Je concluais par un Ave, en pensant que décidément, en songeant à l'Evangile de dimanche dernier, la providence faisait bien les choses...

D'après des pensées spirituelles: recueil de 1870

Lire la suite

Rédigé par Adso

Publié dans #Pensées spirituelles pour tous les jours

Repost 0

Publié le 3 Septembre 2015

Saint Pie X

C'est aujourd'hui la fête de ce grand pape, qui fermement tint le gouvernail de l'Eglise, sans compromission avec le monde, sans flaterie du peuple... Voici ce qu'un contemporain du pape écrit:

"La physionomie elle-même du Pape semble traduire dans la puissance des traits et la douceur du regard cette vie intérieure faite de foi ardente et de bonté infinie. Pie X nous est apparu, au jour où nous le vîmes pour lapre- mière fois dans sa petite cellule, sous les vê- tements blancs de pontife, comme une résur- rection de l'immortel Pie IX. Le lion issant (Heraldique comparée des deux papes) de Jean-Marie Mastaï, au rable agrandi, est devenu le lion passant de J. Sarto, aux ailes éployées, portant au monde l'Évangile de la bonne nouvelle.

L'histoire du passé est le garant de l'avenir. Le feu ardent, — Ignis ardens, — de l'étoile sera, dans la nuit du monde, non point le brasier qui dévore, mais la flamme qui conduit ! "

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Ecclésial

Repost 0