Publié le 26 Septembre 2013

Douce nuit

Une fois n'est pas coutume je vous souhaite une bonne soirée et une douce nuit !

Lire la suite

Repost 0

Publié le 26 Septembre 2013

Une rencontre insolite  !

Comme nous dejeunions  à l'ombre des oliviers ce midi, en face de la cathédrale de Perpignan sous le vocable de St Jean, j'ai décidé d'aller

y prier mon chapelet,  ce qui me change du RER ou des bus. A la sortie , admirant la façade j'avais gardé mon chapelet en main.

Un grand gaillard aux cheveux bruns avec une barbe de 3 jours s'approche,  sac sur le dos et tente sous le bras  ! " Excusez moi, euh ... ! " 

Je me dis qu'il veut une pièce, mais hélas lui explique que ( ce qui est vrai car j'ai rarement du liquide) je n'ai pas grand chose ! 

Aie ! Le voilà tout rouge ! "Non non ! Euh voilà,  votre symbole là dans votre main  ? c'est une croix je crois ? C'est comme ça que ça s'appelle ? "?

Oui, en effet c'est un chapelet dis je un peu surpris . Et ça sert à quoi ? Je lui explique comment on le dit et succinctement , le Je crois en Dieu, le Notre Père et le Je vous salue Marie ainsi que le Gloria Patri !

Ah mais vous êtes prêtre alors ? ( Pour un peu si ce n'était pas sérieux je me demanderais s il ne cherche pas le fameux père Pignan ! Et je pourrais sentir Balthasar s'agiter dans mon sac !)

Non dis je , je suis un simple croyant mais le chapelet m'apporte sérénité et Dieu est, du moins j'essaye, au centre de ma vie !

Ah, poursuit le bonhomme, mais je ne comprends pas  !

"J'ai entendu qu'il y a Dieu, le fils de Dieu et Marie !  Si je voulais croire (sic !) , Lequel serait le plus important ? "

Je lui explique que c'est Dieu et lui explique la trinité en termes les plus simples possibles ( Pas facile du tout mais incroyable jai trouvé les mots !)

Sur ma lancée jai expliqué que ND, Marie donc , avait sa part et qu'elle nous conduisait vers Jésus en ce que , en lui donnant la vie,  en le donnant au monde elle est coredemptrice c'est a dire qu'elle participe au salut des hommes ( racheter les hommes pêcheurs ) qui croient en son fils !

Le bonhomme me remercie et je m'excuse  car peut être ai je été obscur,  mais il me dit qu'il a saisi l'essentiel et qu'il  y voit plus clair ! Je lui propose d'entrer dans la cathédrale et de laisser aller ses réflexions et d'ouvrir son coeur positivement si possible,  en lui disant que, si Dieu le veut,  Il l'éclairera !

Je suis parti car j'avais un autre rendez vous, mais il m'a remercié visiblement touché !

Je vous invite à prier pour lui et à remercier NSJC pour le don de cette rencontre !

Ps: Descendu de mon avion, je prends quelques instants pour relire cet article composé dans l'aérogare de départ et je me rends compte que je ne vous ai pas donné son prénom ! Mais est ce important ?  Si vous voulez savoir, peut etre que son saint patron dans la cathédrale l' a guidé vers moi ?  Seigneur  je suis bien peu de chose mais j'aime en tout cas ces rencontres improptues voulues par la providence !

Lire la suite

Repost 0

Publié le 26 Septembre 2013

des mesures de rectification ?

François nomme un spécialiste de la liturgie à l'office des cérémonies pontificales ! Un professeur de Liturgie ! Gardons espoir !

Lire la suite

Repost 0

Publié le 26 Septembre 2013

nous sommes bien arrivés à Perpignan ! Maintenant que le travail est en partie fait,  c'est à l'ombre des oliviers que nous déjeunons très agréablement !

Sous un couvercle de plomb

Lire la suite

Repost 0

Publié le 26 Septembre 2013

Quelques images au passage

des splendeurs de la cathédrale de Tours ! Nous y reviendrons !

Quelques images au passage
Quelques images au passage
Quelques images au passage

Lire la suite

Repost 0

Publié le 26 Septembre 2013

Loué soit Notre Seigneur Jésus Christ à travers ses Saints !

Pendant que Balthasar et Adso sont dans le ciel de France, en route vers le Languedoc, je prends mon petit déjeuner en relisant ce que le brhx Jacques de Voragine dit de Saint Côme et de St Damien

"Côme et Damien étaient jumeaux ils naquirent dans la ville d'Egée, d'une sainte. mère nommée Théodote. Instruits dans l’art de la médecine, ils reçurent une telle abondance de grâces du Saint-Esprit qu'ils guérissaient toutes les maladies non seulement des hommes, mais encore des animaux ; et ils donnaient leurs soins sans exiger de salaire. Une dame appelée Palladie, qui avait dépensé tout son bien en frais de médecins, s'adressa à eux et ils lui rendirent une parfaite santé. Alors elle offrit un petit présent à saint Damien, et comme celui-ci ne voulait pas l’accepter, elle le conjura, avec les serments les plus terribles, de le recevoir. Ce à quoi il acquiesça, non que la cupidité le poussât à se procurer cette récompense, mais bien par complaisance pour cette dame qui lui offrait ce témoignage de sa reconnaissance, et pour ne paraître pas mépriser le nom du Seigneur par lequel elle l’avait conjuré. Dès que saint Côme sut cela, il commanda de ne pas mettre son corps avec celui de son frère. Mais la nuit suivante, le Seigneur apparut à Côme et disculpa Damien au sujet du don qu'il avait accepté.

Le proconsul Lysias, instruit de leur renommée; les fit appeler devant lui et commença par demander leur nom, leur patrie et quelle fortune ils possédaient. Les saints martyrs répondirent : « Nos noms sont Côme et Damien, nous avons trois autres frères qui s'appellent Antime, Léonce et Euprépius notre patrie, c'est l’Arabie : quant à la fortune, les chrétiens n'en connaissent point. » Le proconsul leur ordonna d'amener leurs frères pour immoler ensemble aux idoles : mais comme ils refusaient absolument d'immoler, il donna l’ordre qu'ils fussent, tourmentés aux mains et aux pieds. Et comme ils tournaient ces tourments en dérision, Lysias les fit lier avec des chaînes et précipiter dans la mer, mais aussitôt un ange les sauva des flots et il les amena devant le président. Ayant vu cela : « Par la grandeur des dieux! dit-il, c'est à l’aide des maléfices que vous l’emportez, puisque vous méprisez les tourments et que vous calmez la mer. Enseignez-moi donc ces maléfices dont vous faites usage, et au nom du dieu d'Adrien, je vous suivrai. » A peine eut-il parlé ainsi que parurent deux démons qui le frappèrent très rudement au visage. Alors, il se mit à crier : « Je vous en conjure, ô hommes de bien, priez pour moi votre Seigneur. » Les saints se mirent en prières et de suite les démons se retirèrent. Alors le président leur dit : « Vous voyez comme les dieux sont indignés contre moi pour avoir pensé à les abandonner, aussi, ne souffrirai-je plus que vous blasphémiez mes divinités. »

Aussitôt il les fit jeter dans un grand feu, ont ils n'eurent toutefois rien à souffrir. Bien au contraire, la flamme jaillit au loin et fit mourir une foule de ceux qui se trouvaient là. On les suspendit ensuite à un chevalet, mais ils furent protégés par un ange qui les amena devant le juge, sans qu'ils eussent été blessés, bien que les bourreaux se fussent épuisés à les battre. Alors Lysias fit emprisonner les trois frères et ordonna que Côme et Damien fussent crucifiés et lapidés par le peuple : mais les pierres retournaient sur ceux qui les lançaient et en blessaient un grand nombre. Le président rempli de fureur, après avoir fait venir les trois frères et les avoir fait placer vis-à-vis de la croix, ordonna de crucifier Côme et Damien, ensuite de les faire percer à coups de flèches par quatre soldats : mais les flèches revenant en arrière, blessaient beaucoup de personnes, sans faire aucun mal aux saints martyrs. Or, le président se voyant confus de toutes manières, en fut troublé comme s'il souffrait la mort, et le matin il fit décapiter les cinq frères ensemble. Alors les chrétiens, se rappelant ce qu'avait dit saint Côme qu'il ne voulait pas être enseveli dans le même lieu, pensaient à la manière dont les martyrs voulaient être ensevelis, quand tout à coup arriva un chameau qui, avec une voix humaine, commanda que les saints fussent ensevelis en un même endroit. Ils souffrirent sous Dioclétien qui commença à régner vers l’an du Seigneur 287.

— Un paysan, après avoir travaillé à la moisson, dormait la bouche ouverte et un serpent pénétra jusque dans ses entrailles. En se réveillant il ne sentit rien, et revint chez lui, mais le soir il éprouva d'atroces souffrances : il poussait des cris lamentables et invoquait à son secours les saints de Dieu Côme et Damien La douleur s'aggravant toujours, il se réfugia dans l’église des saints martyrs, et s'y endormit subitement ; alors le serpent sortit par sa bouche comme il y était entré.

— Un homme qui devait faire un voyage lointain, recommanda sa femme aux saints martyrs Côme et Damien, et lui donna un signe au moyen duquel elle connaîtrait qu'elle devait aussitôt se rendre auprès de lui, s'il lui arrivait de la mander. Après quoi le diable, qui sut quel signe le mari lui avait donné, prit la figure d'un homme et lui dit eu lui présentant le signe convenu : « Ton mari m’a envoyé de telle ville pour te conduire vers lui. » Et comme cette femme craignait encore de partir, elle dit : « Je reconnais bien le signe, mais parce que j'ai été mise sous la protection des saints martyrs Côme et Damien, jure-moi, sur leur autel, que tu me mèneras en toute sécurité, et aussitôt je partirai. » Le diable fit le serment qu'elle demandait. Elle le suivit donc, et quand ils furent arrivés dans un lieu écarté, le diable voulut la jeter en bas de son cheval pour la tuer. La femme s'en aperçut et cria : « Dieu des saints Côme et Damien, aidez-moi. Je me suis fiée à vous et je l’ai suivi. » Aussitôt apparurent là, accompagnés d'une multitude de personnages revêtus de robes blanches, les saints qui la délivrèrent. Or, le diable avait disparu ; et ils dirent à la femme : « Nous sommes Côme et Damien au serment desquels tu t'es confiée ; et c'est pour cela que nous nous sommes hâtés de venir à ton secours. »

— Le pape Félix, aïeul de saint Grégoire, fit construire à Rome une magnifique église en l’honneur des saints Côme et Damien. En cette église se trouvait un serviteur des saints martyrs auquel un chancre avait dévoré toute une jambe. Or, voilà que, pendant son sommeil, lui apparurent les saints Côme et Damien qui portaient avec eux des onguents et des instruments. L'un dit à l’autre : « Où aurons-nous de quoi remplir la place où nous couperons la chair gâtée ? » Alors l’autre répondit : « Dans le cimetière de saint Pierre-aux-Liens, se trouve un Ethiopien nouvellement enseveli; apporte de sa chair pour remplacer celle-ci. » Il s'en alla donc en toute hâte au cimetière et apporta la jambe du maure. Ils coupèrent ensuite celle du malade, lui mirent à la place la jambe du maure, oignirent la plaie avec soin; après quoi ils portèrent la jambe du malade au corps du maure. Comme cet homme en s'éveillant ne ressentait plus de douleur, il porta la main à sa jambe, et n'y trouva rien d'endommagé. Il prit donc une chandelle, et ne voyant aucune plaie sur la jambe, il pensait que ce n'était plus lui, mais que c'était un autre qui était à sa place. Enfin revenu à soi, il sauta tout joyeux hors du lit, et raconta à tout le monde ce qu'il avait vu en dormant et comment il avait été guéri. On envoya de suite au cimetière, et on trouva la jambe du maure coupée et celle de l’autre mise dans le tombeau."

Bonne journée

Lire la suite

Rédigé par Amandine

Publié dans #Salve

Repost 0

Publié le 25 Septembre 2013

Ubi solitudinem faciunt, pacem appelant

Autrefois, on apprenait les adages latins ! Cela permettait, en quelques phrases de savoir où l'on allait et ce que l'on risquait... de qualifier tel ou tel (et là j'ai le choix pour moi, mais aujourd'hui, je serai gentil et je n'ai plus le talent de Zosime)

Le Latin, tout le monde s'en fiche, jusqu'à François Tout Court, visiblement... la signification de cet adage en titre reste cependant très actuelle !

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Divers

Repost 0

Publié le 25 Septembre 2013

Belle journée

Merci Seigneur pour le don de Votre Divine Personne !

Saint Nicolas de Flüe, patron de la Suisse est le saint que j'ai décidée de prendre en modèle aujourd'hui ! Certes, c'est l'anniversaire de sa naissance, aujourd'hui 25 septembre et non comme il convient à une fête de saint, celle de sa mort !

"Mon Seigneur et mon Dieu Prends-moi à moi Et donne-moi tout entier à Toi
Mon Seigneur et mon Dieu Prends-moi tout Ce qui me sépare de Toi
Mon Seigneur et mon Dieu Donne moi tout Ce qui m'attire à toi"

Ce fut un mystique politique et un artisan de paix !

Nous fêtons aujourd'hui le 500ème anniversaire de la découverte de l'Océan Pacifique (qui porte son nom car il est relativement calme à la navigation) par Vasco Núñez de Balboa.

C'est donc sur une belle photo, que je vous laisse, en vous souhaitant une bonne journée !

Lire la suite

Rédigé par Amandine

Publié dans #Salve

Repost 0

Publié le 24 Septembre 2013

Pour les amateurs, j'ai décidé, de vous parler de la Légation de Bologne !

De son nom complet Légation Apostolique de Bologne, il s'agit d'une subdivision administrative datant des Etats Pontifiacaux de l'Eglise !

En 1540, le pape Paul III nomme un Légat à Ravenne, en réorganisant l'administration et en séparant la Romagne de la 'Romandiolae'.

La nouvelle province comprend l'archidiocèse de Bologne et la citée du même nom !

Avant sa disparition en 1850, la légation touchait celle de Ferrare, le duché de Modène, et la légation de Ravenne ainsi que le grand Duché de Toscane !

La Légation de Bologne prend une importance énorme en 1816 suite aux réformes de Pie VII ! La Légation est dirrigée par un cardinal Légat

Elle disparait en novembre 1850 quand Pie IX décide de l'inclure dans la Légation des Romagnes !

L'Héraldique pontificale, fait placer l'ombrelle pour timbrer le blason de la légation !

Carte géographique

Un peu de géographie Pontificale

Lire la suite

Rédigé par Baglialto

Publié dans #Histoire

Repost 0

Publié le 24 Septembre 2013

Pour un baptême, ou une communion, pourquoi ne pas faire de petits panier, garnis de dragées ?

C'est en suivant ce compliqué dessin d'Origami (Ah les Japonais !) que vous y parviendrez ! N'oubliez pas de prendre du papier un peu rigide (cartonné ?) mais pas trop !

Pour le baptême de mon aînée, j'avais imprimé du papier avec un dessin de son saint Patron, Saint Louis !

On peut terminer avec un ruban bleu ou rose (ou les deux, car mon petit doigt me dit... !)

Et les dragées ?

Lire la suite

Rédigé par Octavien

Publié dans #Séquence des bambins

Repost 0