Publié le 27 Janvier 2016

La loi est dure, mais ... C'est la Loi, dit l'adage latin !

Il est vrai que la condamnation de Jacqueline Sauvage, violée, martyrisée par son mari ainsi que ses filles et qui a fini par le tuer paraît ignoble ! Dix ans de prison pour avoir soustrait de la société ce qu'on doit bien qualifier de monstre ...

Oui mais c'est la loi, nul ne peut se faire justice soit même, où nous retomberons dans la barbarie ( nous y sommes un peu plus tous les jours, c'est vrai).

Dans la mesure du possible on ne répond pas à la barbarie, par la barbarie ...

Oh oui, bien sûr on pourrait dire "Pourquoi elle n'a pas, elle n'avait qu'à ..."

Même si le système de protection est mal conçu, si pour tout un tas de raisons y compris psychologiques qu'il ne m'appartient pas de juger, on ne peut y recourir, il existe ! Il existe une alternative contrepartie de la loi qui défend ...

Sanctionner par la loi est la garantie de la paix civile, MAIS ...

Nos ancêtres avaient bien compris qu'il existe des situations révoltantes, des injustices non pas au sens matériel de la loi, mais au sens moral, au sens presque psychologique du terme.

Ils ont donc créé un recours équilibré, qui ménage la chèvre et le chou si je puis m'exprimer ainsi !

Le droit de grâce !

Princeps legibus solutus dit un autre adage, le prince est au dessus de la loi, surtout pour en tempérer les ardeurs, pour consoler pourrait on dire !

Survivance intelligente du privilège du roi, le préside de la république peut gracier Jacqueline Sauvage ! La loi avec toute sa rigueur s'est appliquée il faut disons le que la nation console, faute d'y voir une miséricorde divine par ministre interposé, le lieutenant du Christ sur la Feance ne régnant plus, hélas !

"Oui, c'est très mal, mais ..."

Nous attendons maintenant que Mollasson Dernier rende justice, au moins moralement parlant, et tempère ainsi les ardeurs de la loi, d'autant que celle ci est incomprise en l'espèce alors que tant de criminels sont indulgenciés à tort et à travers !

Mais le fera t' il, celui qui méprise tant les femmes et jette sa concubine d'un jour comme une vieille chaussette et en proclamant la nouvelle sur la place publique ...

Lire la suite

Rédigé par Zossime

Publié dans #Le billet de Zosime

Repost 0

Publié le 24 Janvier 2016

~~Nous y voilà, nous allons entrer dans le cycle qui nous mènera à Pâques ! Remarquons, comme aujourd'hui, la parabole des ouvriers de la dernière heure, a à voir avec la miséricorde ! En effet, le Seigneur donne à chacun la même somme: ceux qui ont portés le poids du jour, et les derniers arrivés. La miséricorde est gratuite, et si l'on vient au Seigneur, il faut l'accepter toute entière, elle n'est pas négociable, et le Seigneur ne retire pas sa parole ! Il donne ce qu'il a promis, pourvu qu'on vienne à lui avec sincérité, sans maugréer, (le fait qu'ils regrettent de ne pas avoir été embauché, n'est-il pas signe qu'ils le souhaitaient, qu'ils voulaient eux aussi leurs parts) sans regarder les défauts du voisin, venu se mettre au service du Seigneur, car lui seul juge ceux qui viennent à lui avec l'envie de se mettre sous son joug et de marcher droit ! Oui, le Seigneur est bon pour nous !

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples cette parabole : " Le royaume des Cieux est comparable au maître d'un domaine qui sortit au point du jour afin d'embaucher des ouvriers pour sa vigne. Etant convenu avec les ouvriers d'un denier par jour, il les envoya à sa vigne. Il sortit vers la troisième heure, en vit d'autres qui se tenaient sur la place sans rien faire, et leur dit : " Allez, vous aussi, à ma vigne, et je vous donnerai ce qui sera juste. " Et ils y allèrent. Il sortit encore vers la sixième et la neuvième heure, et fit la même chose. Etant sorti vers la onzième heure, il en trouva d'autres qui stationnaient, et il leur dit : " Pourquoi stationnez-vous ici toute la journée sans rien faire ? " Ils lui disent : " C'est que personne ne nous a embauchés. " Il leur dit : " Allez, vous aussi, à la vigne. " Le soir venu, le maître de la vigne dit à son intendant : " Appelle les ouvriers et paie-leur le salaire, en commençant par les derniers jusqu'aux premiers. " Ceux de la onzième heure vinrent et reçurent chacun un denier. Quand vinrent les premiers, ils pensèrent qu'ils recevraient davantage ; mais ils reçurent, eux aussi, chacun un denier. En le recevant, ils murmuraient contre le maître de maison, disant : " Ces derniers n'ont travaillé qu'une heure, et tu les as traités comme nous, qui avons porté le poids du jour et la chaleur. " Mais lui, s'adressant à l'un d'eux, répondit : " Ami, je ne te fais point d'injustice : n'es-tu pas convenu avec moi d'un denier ? Prends ce qui te revient, et va-t'en. Je veux donner à ce dernier autant qu'à toi. Ne m'est-il pas permis de faire en mes affaires ce que je veux ? Ou ton œil sera-t-il mauvais parce que, moi, je suis bon ? Ainsi les derniers seront premiers, et les premiers derniers. "

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Ecclésial

Repost 0

Publié le 21 Janvier 2016

Pro Rege Meo, Sanguis Meus

En ce triste anniversaire, souhaitons que les messes de requiem, plus nombreuses cette année, soient agréables à Dieu pour le vif et efficace retour de son légitime lieutenant !

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 19 Janvier 2016

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 18 Janvier 2016

dont nous parlions hier ! Ne vous laissez pas effrayer par le titre ! Je l'ai commandée, et suis impatiente de le recevoir !

Lire la suite

Rédigé par Amandine

Publié dans #Le moleskine d'Amandine

Repost 0

Publié le 17 Janvier 2016

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean II. Versets 1 à 11 :

En ce temps-là, il y eut des noces à Cana de Galilée, et la mère de Jésus était là.
Jésus fut aussi convié aux noces avec ses disciples.
Le vin étant venu à manquer, la mère de Jésus lui dit : "Ils n'ont plus de vin."
Jésus lui répondit : "Femme, qu'est-ce que cela pour moi et pour vous ? Mon heure n'est pas encore venue."
Sa mère dit aux serviteurs : "Faites tout ce qu'il vous dira."
Or, il y avait là six urnes de pierre destinées aux ablutions des Juifs et contenant chacune deux ou trois mesures.
Jésus leur dit : "Remplissez d'eau ces urnes." Et ils les remplirent jusqu'au haut.
Et il leur dit : "Puisez maintenant, et portez-en au maître du festin". Et ils en portèrent.
Dès que le maître du festin eut goûté l'eau changée en vin (il ne savait pas d'où venait ce vin, mais les serviteurs qui avaient puisé l'eau le savaient), il interpella l'époux et lui dit :
"Tout homme sert d'abord le bon vin, et après qu'on a bu abondamment, le moins bon ; mais toi, tu as gardé le bon jusqu'à ce moment."
Tel fut, à Cana de Galilée, le premier des miracles que fit Jésus, et il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui.

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0

Publié le 15 Janvier 2016

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Le moleskine d'Amandine

Repost 0

Publié le 10 Janvier 2016

Jésus étant né à Bethléem de Judée aux jours du roi Hérode, voici que des mages venus d'Orient arrivèrent à Jérusalem, disant : " Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Car nous avons vu son étoile à l'orient et nous sommes venus l'adorer. " Ce que le roi Hérode ayant appris, il fut troublé, et tout Jérusalem avec lui. Il assembla tous les grands prêtres et les scribes du peuple, et il s'enquit auprès d'eux où devait naître le Christ. Ils lui dirent : " A Bethléem de Judée, car ainsi a-t-il été écrit par le prophète : Et toi, Bethléem, terre de Juda, tu n'es pas la moindre parmi les principales villes de Juda, car de toi sortira un chef qui paîtra Israël, mon peuple. " Alors Hérode, ayant fait venir secrètement les mages, s'enquit avec soin auprès d'eux du temps où l'étoile était apparue. Et il les envoya à Bethléem en disant : " Allez, informez-vous exactement au sujet de l'enfant, et lorsque vous l'aurez trouvé, faites-le-moi savoir, afin que moi aussi j'aille l'adorer. " Ayant entendu les paroles du roi, ils partirent. Et voilà que l'étoile qu'ils avaient vue à l'orient allait devant eux, jusqu'à ce que, venant au-dessus du lieu où était l'enfant, elle s'arrêtât. A la vue de l'étoile, ils eurent une très grande joie. Ils entrèrent dans la maison, trouvèrent l'enfant avec Marie, sa mère, et, se prosternant, ils l'adorèrent ; puis, ouvrant leurs trésors, ils lui offrirent des présents : de l'or, de l'encens et de la myrrhe. Et ayant été avertis en songe de ne point retourner vers Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Ecclesia

Repost 0

Publié le 4 Janvier 2016

Connaissez vous

François Ruyer ??? C'est un illustrateur sympathique... parfois un poil provocateur et décalé, mais sympa !

Lire la suite

Rédigé par Amandine

Publié dans #Humour

Repost 0

Publié le 4 Janvier 2016

Chers amis, du blog et d’ailleurs !

Bonne et Sainte Année 2016 ! Que la Grace de Notre Seigneur Jésus Christ vous accompagne, et que tout, sous son regard, vous soit favorable … Vous l’avez constaté sur la fin de l’année précédente, notre rythme de publication a changé… Nous l’avions dit, ce blog n’est pas une fin en soit, et dans la mesure où il a atteint son but, il devient moins indispensable !

Rassurez-vous, nous ne fermons pas, nous nous transformons ! D’abord parce que le « réseau » transversal que nous avons créé prend de l’’ampleur.

Cela a nécessité beaucoup de boulot, de contacts tissés, de mystère (un peu) et de silence, beaucoup… Je vous rappelle que pour nous rejoindre, vous devez être cooptés par un membre. (Ecrire au blog)

Si nous communiquons beaucoup via mail et téléphone, rien de visible à proprement parler sur le net ! Pourquoi ? Parce que notre objectif est de fédérer les initiatives, sans sortir les gens de leurs propres réseaux et cercles …

C’est l’adjonction de petits carreaux de divers mosaïques qui nous permet ainsi de tisser une nouvelle toile !

Forte de divers savoirs, de diverses énergies, celle-ci s’articule tout de même autour de valeurs communes, qui tendent au grand mouvement de restauration, ou plus exactement de restitution auquel nous participons !

Rendre à Dieu ce qui lui est dû, et à César aussi !

Si la paroisse est le cercle de départ (et c'est à cela que nous nous sommes attachés depuis l'été dernier, dans nos paroisses, ici en Orléans, à Tours ou à Albi, à Carpentras, Bordeaux, Paris, Poitiers (en zone rouge qui plus est) Nantes, Bayonne...) car tout se fait sous le regard de Dieu, si le chapelet est notre lien spirituel, car la Sainte Vierge est une armée prête pour la bataille à elle seule, le périmètre ecclésial n’est plus une frontière désormais et nous sommes en ordre de marche !

Notre but est d’être toujours prêt pour rendre service à partir du moment où les « demandeurs » respectent les points communs de notre charte, que ce soit la manif pour tous, les veilleurs, tel ou tel parti politique… Nous n’en oublions pas l’un des aspects de ce travail, soigner l’humain grâce à Dieu , que ce soit dans l’aide aux plus pauvres, physiquement ou psychologiquement que dans la force de conviction, couronnée par la Charité, vecteur de la Vérité du Christ…

Et le blog dans tout ça ? Il ne ferme pas, mais va rester en arrière plan comme lieu de réflexion et de communication s'il y a lieu... comme il l'est depuis toujours...

Dans nos boulots divers, nous avons à être des porteurs de flambeaux, ceux allumés au brasier unique, qu'est le cœur de Notre Seigneur !

Moines soldats, silencieux, actifs et vigilants, car le bien ne fait pas de bruit et le bruit s’il ne vient des trompettes de Notre Seigneur, ou s’il n’est pas un glas, d’alerte (Montjoie Saint Denis, contre les ennemis du dehors et du dedans), ne sert à rien !

Bonne année donc, et Sainte Année surtout… Balthasar, CDL

Lire la suite

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Ecclesia

Repost 0