Méditations (I)

Publié le 22 Août 2014

Méditations (I)

Voici le début des méditations prises pendant nos randonnées et que l'abbé F a bien voulu nous transmettre !

Nous avons médité sur la vigne, reprenant en cela l'analogie ecclésiale prise par le Christ et celle de notre pape Benoit XVI sur les ouvriers dans la vigne du seigneur ! Et puis la Navarre produit un très bon vin !

I) Je suis la vraie vigne et vous êtes les branches

La vigne, vous l'avez contemplée Seigneur, bien des fois avec ses grappes dorées et juteuses sortant des larges feuilles;vigne aux gros ceps noueux, rameaux grimpants sur les murailles sèches des maisons blanches...

Nous pouvons penser qu'en cette soirée du Jeudi Saint, vous l'avez contemplée Seigneur, avec ces yeux qui venaient regarder vers le Père à la fin de la Scène, alors que peut être l'azyme tremblait dans vos mains, avec ces yeux qui allaient verser tant de larmes pendant Votre Passion.

Vous venez de donner mystiquement- Votre Corps en nourriture; Vous allez le donner sur la Croix en versant Votre Sang jusqu'à la dernière goutte.

C'est en songeant à cette heure qui approche que vous dites aux apôtres, vos apôtres (sachant qu'ils vous abandonnerons) "Je suis la vraie vigne"

Dépassons cette image élégante pour rechercher la vérité cachée, pour nous en nourrir, car c'est sur cette route que Vous nous voulez.

Vous êtes la racine d'où monte la vraie vie et nous sommes les humbles rameaux destinés à la recevoir.

Entre vous et nous, Seigneur mon Dieu, il y a depuis l'instant de notre baptême un échanfge incessant de sève, de vie...

Tout ce que nous avons de vie surnaturelle a son origine, son point de départ, en votre Unique personne, car en vous est la plénitude.

Nous recevons comme le trop-plein le jaillissement de cette plénitude.

Quelle union parfaite, en vérité, que celle du Cep et des sarments.

même vie donnée et reçue, même vie partagée

Union qui doit devenir le modèle de nos vies d'union avec Vous.

Union qui est non seuleme,t le fondement de la doctrine de Saint Jean et de Saint paul, mais encore celui de toute vie Spirituelle

"In Christo Jesu" dira Saint Paul.

Vivre en vous, c'est à dire travailler, souffrir, mourrir ressuciter en Vous, car vous avez fait de chacun de nous, quelque chose de Vous !

Joie invraissemblable d'ici bas quand on essaie de la réaliser, même dans les orages de la foi, dans le coeur à coeur de la prière de l'action de grâce, du recueillement volontaire en pleine action.

Nous vous demandons de nous aider à comprendre, à admirer et à nous réjouir, et de faire de nous des vecteurs de cette doctrine de Vie !

Envahissez nous, totalement, comme vous l'avez fait pour votre mère !

permettez que nous augmentions chaque jour notre dépendance à vous, en vivant les graces que vous nous donnez.

Si nous étions en effet ces rameaux greffés sur Vous, Ô Jésus, rameaux recevant la sève nouricière aucun mal ne pourait nous atteindre (entendons par là, le seul vrai mal, le péché)

Nous ne sommes pas impécables, mais donnez nous le souci profond et constant de demeurer ce petit rameau uni à Vous, le Cep divin !

ma mère Ô Glorieuse Vierge Marie, qui avez vécu de la même sève divine, prennez entre vos mains le petit rameau que je suis pour qu'il ne se sépare jamais du Cep et que la grèle ne le fauche pas

Ainsi Soit Il "

---- A suivre (en fonction des corrections que je dois faire suite à la conversion désastreuse du fichier en Word)

Nous avons enchainé après un moment de reflexion sur le cantique de Saint François (sur l'arrangement de Branduardi, n'en déplaise à certains lecteurs) puis sur le Chapelet, tandisque que l'abbé assurait les confessions à l'arrière de la colonne de 10 que nous formions, nous étions alors du côté de Txarama...

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Ecclésial

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :