Méditations

Publié le 19 Décembre 2016

Ernest Hello, Physionomie de saints

Pas de place à l'hôtellerie !
L'histoire du monde est dans ces trois mots ; et cette histoire si abrégée, si substantielle, cette histoire, on ne la lit pas ; car lire c'est comprendre. Et l'éternité ne sera pas trop longue pour prendre et donner la mesure de ce qui est écrit dans ces mots : Pas de place à l'hôtellerie. Il y en avait pour les autres voyageurs. Il n'y en avait pas pour ceux-ci. La chose qui se doit à tous se refusait à Marie et à Joseph ; et dans quelques minutes Jésus-Christ allait naître ! L'Attendu des nations frappe à la porte du monde, et il n'y avait pas de place pour lui dans l'hôtellerie ! Le Panthéon romain, cette hôtellerie des idoles, donnait place à trente mille démons, prenant des noms qu'on croyait divins. Mais Rome ne donna pas place à Jésus-Christ dans son Panthéon. On eût dit qu'elle devinait que Jésus-Christ ne voulait pas de cette place et de ce partage. Plus on est insignifiant, plus on se case facilement. Celui qui porte une valeur humaine a plus de peine à se placer. Celui qui porte une chose étonnante et voisine de Dieu, plus de peine encore. Celui qui porte Dieu ne trouve pas de place. Il semble qu'on devine qu'il lui en faudrait une trop grande, et si petit qu'il se fasse, il ne désarme pas l'instinct de ceux qui le repoussent. Il ne réussit pas à leur persuader qu'il ressemble aux autres hommes. Il a beau cacher sa grandeur, elle éclate malgré lui, et les portes se ferment, à son approche, instinctivement.
Ce petit mot tout court : parce qu'il n'y avait pas de place pour eux dans l’hôtellerie,est d'autant plus terrible qu'il est plus simple. Ce n'est pas l'accent de la plainte, du reproche, de la récrimination : c'est le ton du récit. Les réflexions sont supprimées. L’Évangile nous les laisse à faire. Quia non erat eis locus in diversorio. Et ce mot diversorio : ce mot qui indique la multiplicité ? Les voyageurs ordinaires, les hommes qui font nombre, avaient trouvé place dans l'hôtellerie. Mais Celui que portait Marie allait naître dans une étable, car c'était lui qui devait dire un jour : "Une seule chose est nécessaire, Unum est necessarium."
Le diversorium lui avait été fermé.
Il faudrait qu'un éclair fendît notre nuit et montrât tous les siècles à la fois sur un point et en un instant pour que ce mot si petit, si court, si, simple, apparût comme il est, pour que cette hôtellerie dans laquelle Marie et Joseph ne trouvent pas de place apparût comme elle est. Il faudrait un éclair montrant un abîme. Qu'arriverait-il, si nos yeux s'ouvraient ?

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0