Chez saint François

Publié le 21 Mai 2015

Il y a quelques mois, je suis passée dans la patrie de Saint François de sales à Annecy... Jusqu'à ces derniers jours, mes photos etant sur mon appareil je ne pouvais les transférer, la prise sur mon petit Sonny etant cassée..mais grâce au câble bidouillé par Octavien ça fonctionne ... Et je vais donc vous mettre en ligne les photos !

C'est aujourd'hui La St Crispin

(1668-1750)

Crispin de Viterbe eut pour parents de pauvres ouvriers. Sa mère lui inspira, dès ses premières années, une grande dévotion à Marie : " Voilà ta vraie Mère, " lui avait-elle dit, en le conduisant à son autel. Le pieux enfant fut placé chez un de ses oncles qui était cordonnier ; le samedi soir, avec le petit salaire de la semaine, Crispin allait acheter un bouquet pour la Sainte Vierge.

La vue de plusieurs Capucins décida sa vocation : il avait vingt-cinq ans. Quoique faible de santé, Crispin, dans le couvent où il fut admis, suffisait à tout : il bêchait le jardin, allait à la quête, soignait les malades. Un religieux infirme, plein d'admiration pour lui, disait : " Frère Crispin n'est pas un novice, mais un ange. "

Dans tous les couvents où il passait, Crispin dressait à son usage un petit autel à Marie. Un jour qu'il y avait placé deux belles fleurs, elles furent volées par deux petits espiègles. Peu après, un religieux lui donna deux cierges ; le bienheureux les alluma et sortit pour cueillir des légumes dans le jardin ; le religieux qui les avait donnés les ôta, et se cacha pour voir ce qui arriverait. À son retour, Crispin, attristé, se plaignit à Marie : " Comment ! Hier les fleurs et aujourd'hui les cierges ! Ô ma Mère, vous êtes trop bonne ; bientôt on vous prendra votre Fils dans les bras et vous n'oserez rien dire ! "

Quand on le plaignait de son excès de travail, il disait en riant le mot de saint Philippe de Néri : " Le Paradis n'est point fait pour les lâches ! " Un jour, la maladie sévit dans un couvent : " Voulez-vous risquer votre vie et aller soigner vos frères ? lui dit son supérieur. Voulez-vous ? reprit Crispin ; j'ai laissé ma volonté à Viterbe, en entrant chez les Capucins. " Il guérit tous les malades du couvent et revint lui-même en parfaite santé.

Il aimait beaucoup les fonctions de frère quêteur et se plaisait à s'appeler l'âne des Capucins. Si, pour l'éprouver, on l'accablait d'injures : " Dieu soit loué! s'écriait-il ; on me traite ici comme je le mérite." Sa charmante humeur l'a fait appeler le Saint joyeux.



Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0