Derrière la petite porte du fond ...

Publié le 17 Novembre 2010

Il existe des endroits interdits aux visiteurs !

J'ai mes entrées, en tant que cardinal, et pour le reste, comme je suis petit, je me faufile dans les lieux privés !

Le hic est qu'Adso est plus grand, et ne peut se glisser sous les pieds du gardien, ce qui explique la photo ratée qui suit ! Bon, passons, je ne sais pas prendre des photos, ce n’est pas de mon époque, ce truc !

Les deux photos suivantes sont prises dans  la basilique du Latran ! Sur la première un peu floue (Adso a bougé !) on voit le gardien ranger un trousseau dans la boite à clef géante de la basilique ! )

envers-du-decor-suite.JPG

Il peut tout à loisir se prendre pour Saint Pierre avec ses clefs, mais je ne suis pas sûr qu’elles ouvrent les portes du Ciel !

Le Latran, c’est plein de portes, et le maître des clefs a intérêt à retrouver le bon trousseau au bon moment, car pas question de jouer les passepartout comme à fort Boyard !

Obliger les cardinaux à grimper à la corde ou se battre dans la boue sous l’œil des tigres (comme aux premiers temps de la Chrétienté diront certains) pour une clef, vous imaginez ?

La seconde montre l'armoire électrique ! C'est vrai qu'il y a des projecteurs partout pour mettre en valeur les chefs d'œuvre de la basilique ! 

envers-du-decor.JPG

 Là encore, si on se trompe de bouton et qu’on plonge le chœur dans le noir au moment ou le prêtre dit « Et la lumière fut… » ce n’est pas très bon !

On imagine donc rarement l'autre côté du décor....  Souvent, c’est décevant ! Prenez par exemple, l’intérieur de la statue de la liberté…

ICI, c’est drôle et mystérieux ! Je plongerais bien tous les touristes bruyants et sans gène dans le noir, je les cadenasserais bien pour qu’ils trouvent un peu de temps pour méditer, dans la pénombre, à la recherche de LA lumière !

 

Pour en finir avec ces photos, j'attire  votre attention sur la boite à lettre bleue, des postes du Vatican (j'y reviendrai bientôt) 

Je connais bien cette boite, puisqu'une année, coursé par un paparazzi, (A moins que ce ne fût un papa rassis qui escomptait me donner comme peluche à son gamin dans la poussette), je me suis refugié dans la boite !

J'ai dû attendre la levée de la semaine suivante, au milieu des cartes, souvent niaiseuses, envoyées par les touristes du monde entier dans les langues les plus diverses !  

Comme quoi, la visite d'une basilique ne (se) passe pas toujours comme une lettre à la poste, vaticane soit elle , mais il faut regarder derrière le timbre !

Rédigé par Balthasar, cerbère des trois portes

Publié dans #Humour

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :