Récit de la RIB, suite et fin !

Publié le 20 Janvier 2010

Chanson de Balthasar: « Le matin, dans mon bain, je barbotte avec entrain ! J’fais des bulles de savon, que je sculpte comme des moutons ! »

Vé ! Deuxième jour à Marseille, il faut bien que je m’apprête pour la messe, dans la chapelle du Bon Jésus !

J’ai rendez vous vers la demie de 10 heures avec l’Archange, qui m’annoncera la route.

Le petit déjeuner est bon ! Il me faut mon Thé noir parfumé au hareng, mes fragolas à l’aceto balsamico, mon beurre de missel sur mes tartines de pain de froment, mon fromage gascon du mont d’Atos…

Le tout servi par un majordome en livrée ! 

Bref, après ce frugal petit déjeuner, je suis en forme (de quoi je ne sais pas)

Adso prend quelques photos du coin, habitué qu’il n’est pas, aux villes du sud !
 DSC06376

Archange est en avance, et nous partons pour la chapelle de l’Institut du Bon Pasteur !

En chemin nous passons devant l'église Saint-Ferréol, qui a une belle façade dans un style un peu Jésuite !

eglise


Elle a de curieux le fait d’avoir, encastrées dedans, de chaque côté, deux boutiques ! A droite quand on la regarde, un marchand de tabac, (pour les cigares des abbés peut être) et à gauche, un photographe (bien pratique pour les cérémonies)

 

Sur le chemin, Pierre et Quentin (Remis de sa maladie cubaine) nous rejoignent ! Nous prenons un passage vouté sous un immeuble en pleine réfection ! C’est un peu glauque, et manque de lumière !

Il faut faire attention à ses patuches, mais comme je suis porté par Adso, je ne me salie pas les coussinets !

Souvenir des grandes pestes, nous croisons un rat écrasé (bon appétit) puis un second, de belle facture !

La chapelle ne semble pas dans un quartier très accueillant ! Les ruelles sont sympathiques, mais le tout semble parfois, un peu à l’abandon…à moins que ses habitants ne se soucient pas du décor extérieur.

escal
Nous apercevons la cathédrale de la major, et je ne sais si nous allons avoir le temps d’aller la visiter.

Enfin, entre deux escaliers, nous voila arrivés à la chapelle ! Très vieille, elle est très humide hélas, mais par la bonne volonté des paroissiens, peu à peu et avec peu de moyens, remise en état.

Un petit autel en bois post baroque devant un rideau, quelques statues, une petite crèche… un grand Jésus désignant son Sacré Coeur...C’est simple et beau

chap

Nous filons à la sacristie, préparer la messe ! C’est l’affaire d’Archange ! Je l’aide en préparant l’encensoir !

encens

 Las,  c’est une messe basse, pas besoin de fumigation ! Du coup je boude et essaye de me réchauffer dans le sac d’Adso.

La vapeur qui s’échappera des paroissiens est aussi épaisse que les vapeurs d’encens d’une cathédrale orthodoxe (Vé on est à Marseille, j’exagère exprès !)

 

L’abbé Héry arrive, avec un grand manteau (Il doit avoir l'habitude du froid de la banquise !). Je l’avais déjà croisé à Saintes ! Gargantua a deux de ses enfants qui servent la messe ! Tout cela est simple est beau !

Je vais dire ma messe dans mon coin vu qu’on ne veut pas de mon aide, et vais explorer les placards de la sacristie voire ce qu’il manque à ces bonnes gens !

Brrr il en manque des choses, va falloir se cotiser…


Adso se place dans la nef, près d’une grosse chaudière ! Las, elle est cassée, il n’y a pas de chaleur ! Le coup psychologique de la vision du chauffage, c’est raté !

 

Nous prions pour l’abbé Berche, gravement accidenté !

C’est surtout la commémoraison des noces de Cana pendant lesquelles Jésus changea l’eau en vin, miracle que j’essaye de faire…en vain !


Nous avons un beau sermon, sur l'importance de ce premier miracle public de Notre Seigneur !
 

La Sainte hostie s‘élève, miracle renouvelé du sacrifice de la croix, pour nous tous !

 

A l’issue de la messe, nous nous retrouvons tous autour d’un vin (c’est le jour ou jamais) d’honneur, avec l’abbé qui va nous accompagner au restaurant !

Quelques bonnes charcutailles rescapées d'hier nous font saliver !

Dehors, il fait relativement chaud, comparé au réfrigérateur dans lequel nous sommes !

 

Suite du récit par Adso, Balthasar boudait toujours et est resté à la chapelle !

Marie L, ne se sentant pas très bien, est restée en compagnie d’Orianne, dans l’igloo Mortimerien, dommage !

 

Malgré tout l’ambiance pendant ce repas sera chaleureuse !

Nous partons dans un restaurant, une cave voutée du quartier du Panier !
rue 1

Une vierge, hélas très abimée sur l'angle d'une façade

rue 2

Le sympathique quartier du Panier
rue 3
Notre petit groupe, en route vers le restaurant

restau

Une petite idée du restaurant


L’abbé nous compte quelques anecdotes de ses débuts de ministère, auprès des jeunes, qui n’hésitaient pas la semaine suivante, à user des médailles de la rue du Bac, comme des boucles d’oreilles suscitant la jalousie de leurs copains (copines) !

Certains demandaient même à ce que le père bénisse leurs taudis ! La soutane, voila le pourquoi du comment !

D’ailleurs à sa sortie du restau, l’abbé aura une longue et sympathique discussion avec le cuisinier !

 

Notre tablée est divisée : d’un côté c’est entrecôte, les cotes serrées à cause du froid), de l’autre, plateau de poissons ! (C'est normal, l'abbé lance ses filets, duc in altum !)
Des deux bords de la table, nous ne pouvons que nous féliciter du choix du restaurant ! Le décor est agréable, et les nourritures excellentes !

Morti et d'autres dégustent des suppions, sortes de petits calamars, accommodés à la sauce locale !

Un bon pichet de vin réchauffe l’atmosphère car, la température est glaciale, (La climatisation est bloquée, tout en affichant, exagération marseillaise oblige, 31 ° C.)

 

Hélas, l’après midi s’étire, et il va falloir penser à regagner la gare !

Nous nous arrêtons à la chapelle, le temps de dire au revoir à l’abbé,cigare en main ("Dieu est un fumeur de Havane"?!)  et de reprendre nos valises et sacs !

 Balthasar est frigorifié, mais il n’avait qu’à pas faire la tête ! Du coup il se montre un gentil pingouin et fait risette sur la photo (Il me racontera son exploration de la chapelle pendant toute la nuit suivante) !

 Pierre reste quelques jours dans la citée phocéenne, et nous ne sommes donc plus que trois à regagner le Nord !


Une petite photo d’Adieu devant la chapelle, et nous voila en route !


Le dernier contact de Marseille, se fait avec la gare, avant que le TGV ne nous remporte vers Paris, loin du soleil qui vient de se lever !

Nous sommes transis par le mistral, arrivant pourtant à temps pour sécher nos larmes !


A bientôt Banquise Marseillaise, ton soleil brille toujours en nos cœurs !

 

Rédigé par Balthasar

Publié dans #Divers

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :