Le jardin de Bobo c’est l’Hallali !

Publié le 29 Décembre 2009

 

Il ya à Florence, un peu sur les hauteurs, des jardins, que les guides vous présentent comme magnifiques ! Les jardins de Boboli !

En septembre dernier, nous avons  voulu profiter d’un peu de fraicheur et d’une vue agréable sur la ville, et me suis aventuré avec Tite Rose et Adso, dans ce coin de verdure en pleine citée florentine avec le repas dans le sac.

Première malheureuse surprise, il a fallu qu' Adso paye dix heureux par personne (Moi je rentre en cachette dans le sac), enfin non, dix euros.

Nous faisons donc la queue pour obtenir des billets, encadrés par un groupe de teutons braillards, les filles laissant apparaitre impudiquement leurs tétons, et un groupe de nippons ‘courbetisants’ entre eux pour savoir qui passera le premier !

Nous voila donc enfin à la caisse, pour prendre deux billets. La caissière fait semblant de ne pas comprendre l' italien, « dantesquement » prononcé, par Adso  et plaque contre la vitre une pancarte expliquant qu’elle ne prend pas les cartes bancaires !

 Nous sommes obligés de quitter la file et de partir à l’aventure autour du palais Pitti, la faim se faisant sentir (le pic nique est dans le sac à dos et la Pitti ne venant qu’en mangeant…) à la recherche d’un distributeur automatique de florins papier

 Munis d’un assignat européen, nous refaisons la queue, entre un groupe de français (qui critique tout) et d’anglais, effaré par les resquilleuses grenouilles !

 Le prix du billet comprend obligatoirement la visite d’une exposition de céramiques, et du musée de la mode et du costume à travers le temps, soit ! En effet, la toscane est bien connue pour ses céramiques et  le bon gout italien se mesure de la pointe des orteils, jusqu’au couvre chef.

 Un peu surpris de ne pas avoir de plan des jardins, nous voila entrés dans le palais, passage obligé.

Un grand escalier en pierre lézardée, nous conduit à un premier niveau, où nous sommes accueillis par un désagréable vent de poussière !

Une sculpture géante nous fait face, sans que l’on sache vraiment ce qu’elle peut bien représenter !

http://media.canada.com/b17a5268-e809-4db2-a84b-06fc4c00d03e/m2x00236_garden11132009.jpg

Tous le jardin, en fait en est rempli, de ces sculptures ! L’art moderne dans tout son non sens, et dans son entière laideur !

Les allées sont envahies de mauvaises herbes, les sculptures classiques en marbre cassées, de sorte que le visiteur comprend vite que la splendeur florentine du temps des Médicis n’existe plus !

Ce n’est pas bien grave ! Ce que l’on désire vous faire voir, c’est l’excellent gout du sculpteur, sans doute issu d’une branche largement dégénérée de quelque artiste renaissance !

Ses créations sont parfaitement entretenues, elles, bien que pour les observer, vous deviez précautionneusement rester debout !

En effet, les bancs sont cassés ou maculés par le passage des colombes trouvant sans doute ce lieu peu paisible !

Une sorte de centaure menaçant vous fait face, mais le plus grand danger, n’est pas Thanatos (un peu plus loin proclame une pancarte), mais tétanos, si vous ne prenez garde au clou rouillé qui pointe sur le banc au vernis écaillé !

 Vous cherchez, sans plan, le lieu de l’exposition des céramiques… et vous grimpez un majestueux escalier, très abimé, sous un soleil de plomb, troublé par le vent de poussière et de feuilles mortes !

Epuisé par le kilométrage (cela fait un moment que vous marchez, toujours en montée), nous dégustons sans appétit nos panini froid, avant de nous apercevoir, qu’il n’y a pas de poubelle, et que le papier gras, va séjourner dans le sac !

Nous ne voulons quand même pas ajouter celui-ci aux canettes de bière et autres sacs, qui voltigent autour !

 Enfin, au tournant d’un sentier, nous apercevons une jolie bâtisse, quoique défraichie !

Un touriste asiatique interrogé nous explique que l’exposition de céramiques est bien la, un sourire béa sur sa figure de bouddha content !

 Nous nous disons que nous n’avons pas fait ce chemin pour rien ! En effet, la vue est superbe sur la ville, bien que les arbres nous empêchent de l’admirer plus que dans un petit rectangle visuel.

De l’autre côté, une lande parsemée d’oliviers sied bien à cette région !

Un petit jardinet de fleurs, roses, bougainvilliers, épisodiquement entretenus autour d’une fontaine à l’eau croupie, achèverait de nous décourager, si nous n’apercevions enfin par les fenêtres de la bâtisse, des vitrines de plats et autres porcelaines !

 Las ! Une première pièce de porcelaine Française XVIIIème et empire, une anglaise et l’autre allemande de la même époque, voila ce que l’on nous sert dans des vitrines pleines de poussière, sans mise en valeur ! Pas d’art florentin ! Il n’est présent que dans les boutiques de souvenirs !

Non, c’en est trop ! Il est grand temps de quitter ces jardins défraichis, pour nous aventurer au milieu de l’exposition du costume à travers les âges, qui devrait au moins rattraper le prix du billet !

 Toujours sans plan, nous cheminons sur une pelouse grillée par le soleil ! La fontaine sollicitée pour un filet d’eau ne fonctionne pas !

 Un joli bassin se profile, mais il ne contient qu’un peu de vase craquelée par l’astre du jour et un nénuphar carbonisé par icelui sous le regard de quelques herbes folles !

 Enfin, un gentil gardien nous indique, embarrassé, que le musée se situe à l’opposé du jardin…mais nous conseille un raccourci vers le palais Pitti ! (Soit dit en passant, nous aurions, en le sachant, pu visiter le musée dès le départ)

 Nous entrons dans de belles salles XVIII ème, complètement défraichis, mais qui laisse encore voir un peu de splendeur ancienne ! Allons, courage, tout n’est pas perdu !

 Hélas, encore, le musée ne mérite pas plus le prix du billet que le reste ! Quelques beaux costumes (encore qu’il n’y en ait que très peu de la belle et faste période florentine) vont ravir vos yeux, avant que ceux-ci se portent sur des créations françaises contemporaines, dont on se demande ce qu’elles viennent faire ici !

 C’est très déçu, donc que nous quittons cet ensemble des jardins de Boboli, qui ne valent pas le détour !


Force est de se poser cette question : « Où passent nos vingt euros, puisque le jardin n’est pas entretenu, et que l’on n’a pas ou peu la possibilité de rentrer dans la culture florentine !

Passerait il, ce prix du billet dans la joie de dire comme un Bobo, « Nous avons vu les sculptures du grand artiste bidule, dans les jardins de Boboli », sans avouez que le calice de mauvais vinaigre (au pays du Chianti, c’est dommage), vous l’avez bu jusqu’à la lie !

NB: Un ami, m'indique que l'exposition de sculptures modernes est temporaire ! Cela n'excuse, ni le jardin défraichi, ni le prix du billet d'entrée, qui ne sert manifestement pas à entretenir

 

Rédigé par Balthasar

Publié dans #Voyages

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :