Le pied de Léon XIII !

Publié le 20 Juillet 2009

Les vacances ont du bon !
L'autre jour, il pleuvait, ventait et faisait froid ! Nous étions bloqués pour la nuit dans une Venta du pays basque, à la frontière du Guipuzcoa !
Balthasar, toujours de bonne humeur, ma conté quelques anecdotes qu'il tient de ses ancêtres, sur les couloirs du Vatican, et les petits moments drôles ou les secrets des papes !
C'est que chez Balthasar, on est au service du pape depuis le XVIème siècle !

Voici l'une de ces histoires, qui, la liqueur d'Izarra aidant, fit de cette soirée devant la cheminée un moment unique !
Une bonne omelette au jabugo (Jambon délicieux qui fond dans la bouche) et un fromage de brebis calaient bien nos estomacs

"Léon XIII a eu un pontificat très long-commença Balthasar- Déjà nonagénaire, il souffrait de terribles insomnies, et sa santé était fragile ! Il n'était pas à l'abrit d'une blessure seul dans sa chambre ! Les serviteurs qui ne dormaient eux aussi que d'un œil étaient épuisés et dans la journée se forçaient à rester vigilant, aux petits soins pour le pape !
Un monsignore, logeant dans la chambre voisine fit une nuit les frais de cette insomnie !

A cet instant Balthasar se verse une goute d'un liquide ambré vert pomme qu'on dénomme Izarra, et poursuit !

"Donc, ce monsignore dont j'ai oublié le nom, est réveillé vers 3 heures du matin, par les cris du saint père
"Vite aidez moi donc, je n'arrive pas à trouver le pied ! "
Epuisé par une longue journée de travail, le monsignore (qui était quelqu'un de fort docte et très affairé à la rédaction d'un document important) devint tout pale et se mit à crier lui aussi !
"Oh mon Dieu, le pape a perdu son pied" Les serviteurs se mirent à courir partout épouvantés, cherchant le pied de Léon XIII !
Le pape éberlué eut grands mal à se faire enfin comprendre et à faire réaliser à tout ce monde qu'il se tenait là debout...sur ses deux pieds !
"Mais enfin Monseigneur qu'avez vous compris !  Je cherche le pied...d'un vers ! "

En effet, le pape Léon aimait beaucoup la poésie, et versifiait souvent ! Il le faisait aussi la nuit ne pouvant pas dormir (Peut être aussi la lune amie des poètes l'inspirait elle !)
Tout ceci se termina à l'époque dans un fou rire général, et il en fut, le repas et la boisson aidant de même pour nous dans cette ferme de montagne, si éloignée des palais du Vatican !
Côté amitié et complicité, côté gastronomie, je n'ai pas honte de dire qu'avec un joyeux compère comme Balthaz, j'ai pris mon pied !

 

Adso

Rédigé par Balthasar

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :