Fête Dieu

Publié le 15 Juin 2009

Hier, nous fêtions (solennité) la fête du Saint Sacrement, autrement dénommée, Fête Dieu !
Nous avons eu une belle procession dans les rues de Paris, jusqu'au pont neuf, où le reposoir était installé, devant Henri IV, not' bon roué, comme on dit dans le Béarn !
Tout s'est bien passé, si ce n'est quelques braillards laïcistes habituels, dont un a voulu s'en prendre à notre curé, mais comme il est costaud, les gros yeux suffisent !
Balthaz a pris des photos !
Mention spéciale au clergé et aux cérémoniaire, enfants de choeur... dont  Archange qui a transpiré plusieurs litres d'eau !
Tout s'est terminé au (cirque) Barnum (ben oui, pour les lanceurs de couteaux (Cf l'un des premiers articles du blog) ) où nous avons vidés plus de 4 litres d'eau minérale (Je promets, que de l'eau !) tellement nous étions assoiffés (pas que de Dieu, donc !)
Nous en avons profités pour introniser Archange, grand cérémoniaire de la Sainte Ligue des buveurs d'Eau Minérale ! (Et comme depuis le pont neuf, nous avions vue sur La Samaritaine, notre Ste patronne était avec nous !!!)



Bien sur nous avons chanté  la gloire de Dieu !
Pendant la procession, cela va sans dire !)


Chante, ô ma langue, le mystère
De ce corps très glorieux
Et de ce sang si précieux
Que le Roi de nations
Issu d'une noble lignée
Versa pour le prix de ce monde

Fils d'une mère toujours vierge
Né pour nous, à nous donné,
Et dans ce monde ayant vécu,
Verbe en semence semé,
Il conclut son temps d'ici-bas
Par une action incomparable :

La nuit de la dernière Cène,
A table avec ses amis,
Ayant pleinement observé
La Pâque selon la loi,
De ses propres mains il s'offrit
En nourriture aux douze Apôtres.

Le Verbe fait chair, par son verbe,
Fait de sa chair le vrai pain;
Le sang du Christ devient boisson;
Nos sens étant limités,
C'est la foi seule qui suffit
pour affermir les coeurs sincères.

Il est si grand, ce sacrement !
Adorons-le, prosternés.
Que s’effacent les anciens rites
Devant le culte nouveau !
Que la foi vienne suppléer
Aux faiblesses de nos sens !

Au Père et au Fils qu’il engendre
Louange et joie débordante,
Salut, honneur, toute-puissance
Et toujours bénédiction !
A l’Esprit qui des deux procède
soit rendue même louange.

Ainsi soit Il

Rédigé par Balthasar

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :