En direct du bivouac !!!

Publié le 30 Mai 2009

Coucou ! Sommes en contact via un pc équipé 3G branché sur un allume cigare dans la voiture de l'abbé X (Ben non, je veux pas qu'il ait des ennuis, je dis pas qui c'est !)

Pendant ce temps, Balthaz se relaxe comme il peut dans la tente d'Adso !

Suite du récit de la journée :



La sortie de Chartres est toujours magnifique, par ces petites rues médiévales ces escaliers, le petit pont avec cette grosse église … Les habitants semblent blasés, on ne les voit même pas aux fenêtres pour nous saluer ! Qu’importe on les prends avec nous dans nos prières !

 

Les Christus Vincit font presque vibrer la pierre! foulée est plutôt longue pour le moment mais bien qu’il soit un peu plus de 10 heures du matin le soleil frappe fort!

Nous avons la grâce d’avoir un abbé très sympathique qui nous accompagne ce matin!

Nous alternons entre le rosaire et quelques chants péchus pour nous mettre en jambe

Les chapitres prennent petit à petit leurs place dans la fille laissant 10 à 20 mètres entre eux .

Je pourrais parler de la marche elle même mais cela n’a pas grand intérêt. De temps en temps les chapitres ralentissent par ce que la colonne elle même est stoppée en tête!

Il en sera ainsi pendant les trois jours et je ne vais pas raconter le pélé heure par heures...

Nous croisons les gilets jaunes du service de régulation souvent des scouts marins qui nous guident vers la terre promise! Pas facile de faire comprendre à des automobilistes parfois énervés ou hostiles qu’ils ne passeront pas!

Bravo à ces braves soldats belges qui se feraient fusiller, comme celui qui l’an passé préféra se faire traîner sur plusieurs mètres par une voiture que de la laisser passer pour couper le flot des pèlerins. « Si vous passez craignez ma baïonnette !!»

Régulièrement des ambulances de la Croix Rouge et des voitures de l’organisation servent de relais aux carrefours!

Des charmantes jeunes femmes se laissent volontiers piller des boites entières de sucre par les petites fourmis que nous sommes! Il s’agit de ne pas tomber d‘hypoglycémie!
L’eau aussi même s’il peut être pénible de trimballer des bouteilles, nous est indispensable et part par packs entiers!

Vers 12 h00 nous faisons une courte pause le long d’un champ! Les équipes de nettoyage, comme à chaque fois ont balisé le chemin avec des bandes plastiques rouges et blanches (ne serait ce que pour garantir l’intégrité du champs de blé à senestre.)
Les pèlerins pourraient avoir la mauvaise idée de s’affaler dans les épis caressés par une douce petite brise divine.

Les abricots secs sont les bienvenus; le chocolat qui n’a pas eu le temps de fondre partira bien dans les kilos perdus sur la route.

De grands sacs poubelles nous évitent de laisser des détritus dans la nature (Les organisateurs se félicitent de notre discipline en la matière mais je crois surtout que les gens du nettoyage sont plus attentifs et ne restent plus statiques avec les sacs, les faisant circuler entre les pèlerins)

L’après midi c’est plutôt dans un sous bois que nous nous arrêterons, à l’ombre !

Hélas déjà arrivé, qu’il faut repartir! Le souci est que, si nous ne sommes pas en tête de colonne nous ne profitons pas de tout le temps de pause!
Les derniers arrivées en raison de l’étalement des chapitres ont moins la possibilité de se reposer.

Le système est heureusement contrebalancé par la modification de l’ordre de la colonne après le déjeuner du midi.

Le premier jour c’est dans un grand terrain à l’abris de quelques arbres à cause du soleil (sauf pour les demoiselles en short qui craignent les petites créatures à 7 pattes.( Faucheux, ça vous dit quelque chose M l’abbé ?)

La croix rouge est à l’œuvre pour soigner les petons des marcheurs! Les ampoules sont déjà là bien avant la lumière du Seigneur au bout du chemin

Une table présente les publications du MJCF tandis que les pèlerins peuvent regarder une grande carte avec le trajet parcouru (ou à parcourir, c’est le verre à ½ plein et ½ vide sauf qu’on est au 1er quart du 1er tiers (ça va Sicambre, vous suivez ?! )


Cette halte du midi est l’occasion de récupérer des pèlerins arrivés en voitures. Des jeunes mamans sont venues avec la petite Tyfaine ou le petit Amaury… encourager leurs maris.
Des grands parents félicitent la petite Anne qui a vaillamment marché avec sa bannière taille super Small!

Nous récupérons aussi les éclopés du matin revigorés par le vin du pèlerinage (ma foi un honnête bordeaux quoi que pas à bonne température) et confions ceux qui ont trop mal aux pieds et qui ont évités la voiture balais jusqu’à présent.

«! première région à partir sera ….suivie de ….!» A peine le temps de passer dans les W-C Saunas (car en plein soleil une cabine en plastic... (mais j’y reviens plus loin) que déjà il faut mettre un pied devant l’autre car c’est la bonne façon de marcher

 Nous stationnons sous une ligne à haute tension quelques longues minutes histoire que le courant passe entre le bon Dieu et nous!


La forêt n’offre pas cette année une couche de boue-glue pour coller aux chaussures. Il fait frais et les esprits sylvestres agitent les branches sur notre passage!
Les Gloria succèdent aux Ave eux même suivis de quelques slogans revigorants et virils ou de chants à boire!
A ce sujet je dois vous parler d’un certain chapitre braillard qui gueule des slogans dans les hameaux, qui s’apparente plus à un défilé de francistes attardés, qu’à des disciples de Jésus prêchant le royaume des cieux.

Je suppose qu’il faut de tout pour faire un monde mais je ne suis pas sur du résultat des braillards …(leur royaume semble bien plus matériel)

J’ai l’impression soudainement que nous regagnons quelque peu la civilisation! J’aperçois d’affreux HLM dans le lointain. Je ne peux que prier pour ces gens la qui n’ont pas la grâce, peut être, de connaître la douce brise qui agite mes cheveux (longs et poisseux style hippies, comme vous les aimez, Méderic! ), serrés qu’ils sont dans leurs clapiers non climatisés…

Nous voilà passant sur un pont d’autoroute! Pouah c’est laid! Et ça pouirre drôlement ! Messire Dieu! Quelle folie que d’avoir permis ça !

Nous approchons du Bivouac et doublons quelques pèlerins claudicants! Quel chant prendre pour l’entrée dans le bivouac . L’hymne de Saint Zano “ 51 je t’aime”?

Que Neni un beau et intelligible Christus Vincit devrait émouvoir la haie d’honneur qui applaudit à notre entrée! Je n’aime pas beaucoup ça, par ce que j’ai toujours l’impression que l’on considère que nous faisons un exploit sportif ! Après tout Christ marchait bien plus longuement sur les routes de Palestine et avec des chausses sans doute moins confortables !

Il est vrai que nous avons nos samaritaines en gilets jaunes pour nous donner à boire de l’eau minérale en bouteille plastique et qu’elle valent bien Celle de l’Evangile avec sa cruche en terre cuite!

Mais enfin, aller puiser à LA source qui étanche toute soif et qui est au bout du sentier n’est pas un exploit!

On montre patte blanche ou plutôt le macaron vert que nous avons qui autour du cou, qui sur la jupe, qui épinglé sur le cœur et qui prouve notre inscription au pèlerinage de tradition.

Une forêt de sacs hurle à la mort comme des gosses abandonnés afin que leurs propriétaires viennent les chercher et ne les laissent pas parqués en plein soleil !

Bien sur j’ai oublié la lettre que le monstre-camion m’a octroyé ce matin de sorte que je cherche mon sac un petit moment …

Un petit scout à quelques mètres s’escrime avec la faîtière de la tente de patrouille! Elle est cassée et la tente n’est pas utilisable!
Resterait bien le double toit! Mais un autre l’a emporté chez lui pour le faire sécher après la dernière sortie et … l’a oublié dans le grenier avoue t’il tout penaud au CT !

Du coup, magnanime, celui ci se serrera avec son ACT dans celle de l’autre patrouille pour laisser sa tente aux naufragés!

(Un certain Adso opta pour une démarche plus pédagogique quelques années auparavant face à pareille situation et ses scouts dormirent à la belle, malgré le froid !

Le scout oublieux prit quelques coups de la part de ses condisciples mais fut après ce jour le meilleur intendant que je vis!)
Je monte mon igloo avec arceaux intégrés (elle est comme neuve depuis 2 ans, tellement je suis soigneux, regardez petits scouts!) Balthaz qui a l'habitude de se faire transporter en litière, a mal aux patuches, et se relaxe dans mon chapeau, dans ma tente !

Je passe un coup de bigophone à Tite Rose pour la rassurer, tout va bien ! Hélas elle travaille Dimanche matin (Dans le monde médical, pas toujours le choix !) et me rejoindra que lundi matin ! Tout va bien !

C’est toute une citée catholique qui s’installe comme le disait l’abbé Radier ! Il y a une tour échafaudage qui supporte des cloches (avec des cordes s’il vous plaît , pas le truc électrique avec un pupitre de commande! une gigantesque tente chapelle dans laquelle une messe est dite pour les pèlerins qui n’ont pas eu cette grâce le matin!

Une infirmerie est là aussi ! Je vois les sœurs à pied d’œuvre pour soigner les pieds, les podologues pour couper les orteils en trop (à la hache bien sur ) Balthaz a eu un peu peur pour ses orteils, mais comme il est cardinal on lui épargnera cela !!!
Les médecins veillent au grain et notre cardinal aura droit à un massage spécial des ses petons palmés !

De grands ballons (genre ballons sonde) gonflés à l'hélium servent de repères et sont bien pratiques!
Si l'un se détache, j’imagine déjà une équipe à bord d’une tradi-mobile, remplie de gilets jaunes, walkies talkies en main à la poursuite du ballon! «! Tango-Romeo de Charlie-India le ballon va à l’est, je répète, prenez la départementale n°… on le tient ! Les autorités ne doivent pas le prendre vivant !!»

Tristement il n’en fut rien! (les tradis ne sont pas joueurs!)

Il a fallu repérer sa zone de campement et il faut aussi avoir en tête la localisation des infrastructures! Ici les W-C! un camion de vidange stationne a côté!
Je dois tirer un particulier coup de chapeau à l’équipe qui s’en occupe! J’ai dit tout à l’heure l’horreur de ces structures quand elle sont au soleil et je vous fait pas de dessin! il faut passer de temps en temps le tout au karcher ou du moins puissant jet d’eau! C’est parfois assez immonde à utiliser... plus encore à nettoyer!

Une année il paraît qu’un des camions de transport a perdu quelques cabines sur la route! J’imagine la scène!

Je repère aussi les lavabos, sortes de grandes cuves en fer blanc surmontées d’un tuyau avec de petits trous d’où coule un mince jet d’eau!

Elle est chaude! A quelques mètres de moi, un ado se fait verser une pleine bouteille d’eau sur la tête et s’est improvisé une douche avec une bassine sous l’œil amusé d’un vieux pèlerin barbu
«Toujours aussi ingénieux ces jeunes !!»
Sans aller jusque là je reprends figure humaine!
Seigneur que ça fait du bien !

Le GADP (Gentil Animateur du Pélé) invite un abbé à prendre le Regina Caeli! Les cloches sonnent, tirées par des sonneurs qui connaissent leurs métiers! Puis le bénédicité!

Une bonne soupe chaude attend les pèlerins fourbus aux cuisines! C’est vrai qu’elle est bonne et revigorante! Cela me permet de repérer le camion vin où paraît il des pingouins et autres blogueurs se sont donnés rendez vous! Il est 21 h00 et je ne suis pas sur d’attendre jusqu’à 21 h30 !
Bison F a décliné l’invitation semble t’il!
Tel sœur Anne ne voyant que le bleu de mon duvet qui bleuoit je file me coucher et étrenner mon oreiller gonflable! (ben oui quand même c’est plus confortable! )
Je regrette de louper la veillée , mais n’ayant pu sacrifier à la sieste romaine l'après midi …

A quelques mètres de moi un jeune gratouille fort adroitement de la guitare et oscille entre un répertoire coloniesque et un plus d’esprit scout. Parfait pour la berceuse!

La Ste Vierge me prend dans son grand manteau de velours et je sombre vite dans un sommeil doré!

Rédigé par Balthasar

Publié dans #Ecclésial

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :