Le café et les croissants de Balthasar !

Publié le 22 Mai 2009

Ce matin, Adso faisant le pont (Comprenez qu'il ne travaille pas et donc peut se permettre de flemmarder un peu), le cardinal Balthasar l'a invité, au sortir de la messe à déguster un petit déjeuner traditionnel à l'office.
La gouvernante, Rosario (alias le capitaine) a bien voulu faire chauffer le café sur le poêle à bois, avant d'y ajouter la crème et le miel de lavande (de Provence) histoire de faire un cappuccino !
Puis elle a sorti des croissants du four, fabriqués avec ses petites mimines selon une recette de famille importée de Vienne !

Nous devons la création des croissants aux boulangers viennois afin de commémorer la victoire de Charles V de Lorraine, à la tête des coalisés du Saint-Empire (renforcés par les polonais de Jean III Sobieski) , sur les Turcs du Grand Vizir Kara Mustapha, lors du siège de Vienne à la bataille du Kahlenberg.

C’est pourquoi, le matin , en souvenir du 12 septembre 1683, pour accompagner le petit café d’après messe, notre cardinal déguste des croissants viennois !


Ce café est un cappuccino, en mémoire du moine capucin Dan Marco d'Aviano, (béatifié par le pape Jean-Paul II dimanche 27 avril 2003 ! )

En plus d'être charitable et pieux, d'Aviano était un homme courageux et ingénieux. Avec l'accord du Pape Innocent XI, il parvint à rassembler  les chrétiens divisés face aux Ottomans. Il intervint durant le conseil de
guerre de Tulln, le 5 septembre 1683. Usant de son charisme de persuasion,
il convainquit l'empereur Léopold Ier d'Autriche de participer à la guerre
contre les musulmans sous le commandement de Jean III Sobieski, roi de
Pologne.
Guide spirituel de l'expédition militaire, San Marco d'Aviano célébra la sainte messe de grand matin le 12 septembre 1683. Sobieski la servit. "Au nom du Saint-Père, dit-il aux chefs militaires, je vous déclare que la
victoire est à vous, si vous vous confiez en Dieu". Puis il leur fit  répéter plusieurs fois les invocations : Jésus, Marie ! Sobieski donna  alors l'ordre de combattre en s'écriant "Dieu est notre secours". Sur la  suggestion de San Marco, les étendards portaient l'image de la vierge Marie.
Dans leur fuite, les Turcs abandonnèrent des sacs de café. Les chrétiens trouvant le breuvage trop amer, y ajoutèrent du miel et du lait, et en souvenir du moine capucin ils l'appelèrent…. Cappuccino !


Rédigé par Balthasar

Publié dans #Culture

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :