Karol ! Dors tu ! Prends donc un coup de marteau !

Publié le 18 Mai 2009

Paf Paf Paf ! Trois coups de marteau ! "Carole, dormisne ? " (Karol, dors-tu ?) Pas de réponse ? Hélas Eminences, Vere Papa mortuus est , le pape est vraiment mort !

On ne sait trop d'où vient  cette étrange coutume qui remonte au XVII siècle.

 Le camerlingue de la sainte Eglise Romaine, et en effet chargé de constater la mort d'un pape. Il lui frappe sur la tête (un petit coup, on suppose, bien que ...comme nous le verrons plus loin...) avec un petit marteau d’argent, et l'appelle trois fois par son prénom en latin.

 Pas de réponse, pas de signe de vie ? Le pape est bien mort.

De nos jours bien sur, un certificat médical est obligatoire pour constater la mort du pontife (Constitutions Vaticanes), mais rien n'interdit au camerlingue d'user du marteau.
Le camerlingue semble pourtant ravalé au rang de secrétaire puisque qu'il rédige l'acte de décès.

Stendhal, dans "Promenade dans Rome" rapporte les paroles du
président de Brosses qui séjourna à Rome en 1740 au moment du de la mort de clément XII:
« Je viens de voir, au palais de Monte-Cavallo, une triste image des grandeurs humaines; tous les appartements étaient ouverts et désertés; je les ai traversés sans y trouver un chat, jusqu'à la chambre du pape, dont j'ai trouvé le corps couché à l'ordinaire dans son lit et gardé par, quatre jésuites qui récitaient des prières ou en faisaient semblant. Le cardinal-camerlingue (Annibale Albani) était venu sur les neuf heures faire sa fonction : il a frappé, à diverses reprises, d'un petit marteau sur le front du défunt, l'appelant par son nom : Lorenzo Corsini ! Et, voyant qu'il ne répondait pas, et, lui ayant ôté du doigt l'anneau du pêcheur, il l'a brisé selon l'usage."

J'ai recherché dans divers cérémoniaux, je n'ai pas trouvé trace de cette coutume étrange. Certes un marteau intervient parfois dans la liturgie. (Ouverture de la porte sainte les années jubilaires, ou même dans le cas présent pour briser l'anneau du pêcheur (encore qu'il s'agisse d'un marteau en or et non en argent comme le rapporte la coutume !))
Si quelqu'un me trouve trace de ce cérémonial, je suis preneur ! De même je recherche la photo du marteau en question !

En parcourant le réseau internet pour illustrer cet article, j'ai découvert une étrange photo d'un petit marteau, qui illustre un livre en italien: "Eutanasia ante litteram in Sardegna. Sa femmina accabadòra. Usi, costumi e tradizioni attorno alla morte in Sardegna

di Bucarelli Alessandro, Lubrano Carlo"

Ayant pu prendre connaissance de quelques pages, ce livre fait référence à une étrange coutume sarde. Pour aider l'agonisant à mourir les familles avaient visiblement recours à un petit marteau, de façon à fracasser le crane du mourant pour abréger ses souffrances...La chose semble attestée !

Dès lors, il est permis de s'interroger sur l'usage du marteau du camerlingue: Vérifier le passage du pape de vie à Trépas, ou aide au trépas ? C'est que la place du pape, quand vient sa fin, est  très convoitée !


Remerciements à Jacques Poucet Professeur émérite de l'Université de Louvain et des Facultés universitaires Saint-Louis (Bruxelles) Membre de l'Académie royale de Belgique, dont un article m'a donné la trame de cette chronique.

 

Rédigé par Balthasar

Publié dans #Culture

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :