Faut qu' ça brille !

Publié le 14 Mai 2009

On dira ce qu'on veut, mais ça brille !
Si de nos jours, le personnel d'entretient reçoit l'aide de cireuses électriques et autres polisseuses mécaniques, il n'en a pas toujours été ainsi !
Le cardinal Balthasar préfère recourir à la bonne vieille méthode, et frotter avec ses petites patuches, le sol en marbre de son église, pour que la lumière du Seigneur puisse s'y refléter de manière plus éclatante !
C'est aussi sorte de pénitence que de s'abimer les doigts ainsi !

Le marbre est une pierre poreuse. Les nombreux visiteurs qui passent chaque jour dans la nef, rayent avec leurs talons, font toute sorte de taches (Involontairement) sur  les dalles !
Les cérémonies laissent aussi leurs traces sur le sol patiné par plusieurs générations de saints prêtres, évêques, cardinaux... L'encens fait des taches, la cire aussi.
Si pour votre carrelage domestique, vous utilisez des produits modernes, Lustror, Supercarelus & Cie, Balthasar fait la sourde oreille !


Pour faire briller et juste entretenir, notre cardinal qui ne recule jamais devant des travaux titanesques (Z'avez vu la surface à frotter ?) utilise un linge propre  et  doux, imprégné d'huile de lin (C'est naturel, et donc à la mode, Balthaz toujours en avance sur son temps !), puis utilise un chiffon de flanelle oublié par Tite Rose lors de son passage il y a quelques années, pour lustrer.


Quand le sol est plus encrassé, Balthasar utilise de l'huile de coude et sort une brosse à poils très durs et à manche d'ivoire (On ne se refuse rien!) et invoque le saint Patron des lessive, Saint Marc !
Pour les taches incrustées sur les marches de l'église qui sont en marbre blanc, Balthasar prépare un petit jus de ses citronniers, dilué dans de l'eau de la fontaine toute proche ( A Rome les fontaines ne manquent pas et l'eau est merveilleuse pour toutes occasions) 
Sa vielle brosse à cheveux en poils de licorne fait l'affaire car il ne faut point trop frotter (Comme Balthasar termine par les marches il n'a plus beaucoup d'énergie de toutes manières) 

Lors de la dernière veillée pascale, un enfant de chœur ayant laissé choir l'encensoir, une dalle s'en est trouvée fissurée ! On l'a habillement réparée, en laissant couler un peu de cire additionnée d'un peu de terre cuite rouge, la dalle étant de cette couleur.
Le surplus fut enlevé grâce à un coup de fer à repasser, que la vieille gouvernante Rosario avait fait chauffer sur le poêle à bois de l'office du presbytère, (Que voulez vous, le fer électronique, elle connait pas, et repasse toutes les chasubles de notre cardinal) avant de l'envelopper dans un vieux torchon ! (un bout d'une sorte de robe de grossesse décorée au feutre, par des enfants patronnés par une vieille syndicaliste, du temps de l'ancien curé)

En ces temps de crise de l'Eglise, on fait comme on peut !
Autant utiliser les vieux oripeaux moderne pour restaurer l'ancien

Vous n'en avez rien à cirer ? Balthasar si ! Il a encore 200 mètres carrés à faire ! ZZZZZIP

Rédigé par Balthasar

Publié dans #Humour

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :