Mystique du Carême

Publié le 11 Avril 2017

De Dom Guéranger

 

"On ne doit pas s’étonner qu’un temps aussi sacré que l’est celui du Carême soit un temps rempli de mystères. L’Église , qui en a fait la préparation à la plus sublime de ses fêtes , a voulu que cette période de recueillement et de pénitence fut marquée par les circonstances les plus propres à réveiller la foi des fidèles, et à soutenir leur constance dans l’œuvre de I’expiation annuelle.

Au Temps de la Septuagésime, nous avons rencontré le nombre septuagénaire qui nous rappelait les soixante-dix ans de la captivité à Babylone , après les— quels le peuple de Dieu, purifié de son idolâtrie, devait revoir Jérusalem , et y célébrer la Pâque. Maintenant c’est le nombre sévère de quarante que la sainte Église propose à notre attention religieuse, ce nombre qui, comme nous dit saint Jérôme, est toujours celui de la peine et de l’affliction. 

Rappelons-nous cette pluie de quarante jours et de quarante nuits , sortie des trésors de la colère de Dieu, au jour où il se repentit d’avoir créé l’homme, ‘et submergea la race humaine sous les flots , à l’exception d’une famille. Considérons le peuple hébreu errant pendant quarante années dans le désert, en punition de son ingratitude, avant d’avoir accès dans la terre promise ’. Écoutons le Seigneur qui ordonne à son prophète Ezéchiel de demeurer couché quarante jours sur son côté droit, pour figurer la durée d’un siège qui devait être suivi de la ruine de Jérusalem.

Deux hommes, dans l’Ancien Testament, ont la mission de figurer en leur personne les deux mani festations de Dieu : Moïse qui représente la Loi, et Élie en qui est symbolisée la Prophétie. L’un et l’autre approchent de Dieu; le premier sur le Sinaï ’, le second sur Horeb ; mais l’un et l’autre n’obtiennent accès auprès de la divinité, qu’après s’être purifiés par l’expiation dans un jeûne de quarante jours.

En nous reportant à ces grands faits , nous arrivons à comprendre pourquoi le Fils de Dieu incarné pour le salut des hommes, ayant résolu de soumettre sa chair divine aux rigueurs du jeûne, dut choisir le nombre de quarante jours pour cet acte solennel. L’institution du Carême nous apparaît alors dans toute sa majestueuse sévérité , et comme un moyen efficace d’apaiser la colère de Dieu et de purifier nos âmes. Élevons donc nos pensées au—dessus de l’étroit horizon qui nous entoure; voyons tout l’ensemble des passions chrétiennes, dans ces jours où nous sommes, offrant au Seigneur irrité, ce vaste 'quadragénaire' de l’expiation, et espérons que , comme au temps de Jonas, il daignera faire miséricorde à son peuple."

Rédigé par Cdl Balthasar

Repost 0