Propos sur la Neuvaine à l'Imaculée Conception

Publié le 1 Décembre 2015

Comment on doit faire une neuvaine ?

Les obligations qu'imposent cette sainte pratique, doivent être analogues à l'état, à la profession, à l'âge , au rang et à l'avancement spirituel des personnes qui veulent s'y livrer.

Celles qui se trouvent dans un état de dépendance, et à qui leur profession ne permet pas les loisirs et toutes les saintes pratiques de la piété, ne peuvent se prescrire les mêmes règles que celles dont le rang, la fortune et les ressources se concilient avec tout l'abandon d'une piété méditative, avec les largesses de la charité, avec l'assistance aux saints exercices qui «ont un des bienfaits d'une neuvaine.

Mais toutes les professions, toutes les fortunes sont également assujetties à la nécessité de remplir les conditions communément imposées aux âmes véritablement chrétiennes, empressées de mettre à profit les circonstances ou l'Eglise accorde des grâces particulières. Ces conditions et ces devoirs sont;

De purifier son âme par le sacrement de pénitence, avec l'intention d'un renouvellement de vie, à dater du commencement de la neuvaine.

Approcher au moins une fois de la divine Eucharistie , pendant la neuvaine

Concevoir une dévotion particulière pour l'élue du Seigneur dont on célèbre la neuvaine, prendre la résolution de l'invoquer souvent, principalement dans les circonstances où déjà son crédit auprès de Dieu a été manifesté par des grâces spéciales, par des guérisons miraculeuses, par la cessation de quelque fléau, par la délivrance de dangers et de maux publics ou particuliers, et par conséquent, par la victoire sur ses passions, sur celle surtout qui peut être les plus dangereuses.

Ainsi, la Bienheureuse Marie de peut être invoquée pour la délivrance des femmes enceintes , pour la conversion des pêcheurs endurcis , des hérétiques opiniâtres, des personnes qui vivent dans le désordre et l'impureté; pour la consolation des malades et des affligés; pour l'union des membres d'une même famille, dans la même foi, la même piété, les mêmes espérances pour la victoire sur ses passions.

Enfin, prendre la résolution de célébrer, aux époques indiquées par l'autorité ecclésiastique, les neuvaines instituées en l'honneur du serviteur de Dieu, et de ne jamais se présenter, pour célébrer ces neuvaines, qu'avec de nouvelles vertus, des progrès dans la voie des commandements de Dieu, quelques triomphes sur soi-même, une foi plus vive, une obéissance plus entière à la volonté de Dieu.

C'est ainsi que les neuvaines sont salutaires, et qu'en célébrant, par ces saintes pratiques, Ja gloire des bienheureux, nous travaillons pour notre consolation dans cette vie, et pour notre gloire dans l'autre.

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Ecclesia

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :