Sainte Jeanne de Chantal

Publié le 21 Août 2015

Salve !

Aujourd'hui au calendrier romain (npr)? Sainte Jeanne de Chantal (Sainte Jeanne Françoise de Chantal). Orpheline dès le berceau, cette Sainte choisit la Sainte Vierge pour sa mère. Elle la consultait comme nous consultons nos mères. Ce fut par elle qu'elle conserva son innocence au milieu des dangers du monde et qu'elle obtint ce courage surhumain pour obéir à sa vocation.

Mariée, elle eut de nombreux enfants (6) dont le seul garçon survivant fut le grand père de la marquise de Sévigné), mais elle est surtout connu pour la fondation de l'Ordre de la Visitation de Sainte-Marie avec saint François de Sales. Décedée à Moulins en 1641 le 13 décembre

Elle a été canonisée par l’Église catholique romaine le 16 juillet 1767. On la fête traditionnellement en ce jour, selon le bref de canonisation, bien que les modernes la place dans la première quinzaine du mois, ce qui au regard de sa vénération de la Sainte Vierge, manque de logique (Question d'Octave de l'Assomption) Quand bien même on la fêterait en décembre comme cela se fait, nous sommes aussi dans l'Octave de l'immaculée Conception.

Livre des proverbes:

Qui peut trouver une femme forte ? Elle a bien plus de valeur que les perles. Le cœur de son mari a confiance en elle, et les profits ne lui feront pas défaut. Elle lui fait du bien, et non du mal, tous les jours de sa vie. Elle recherche de la laine et du lin, et travaille de sa main joyeuse. Elle est comme le vaisseau du marchand, elle apporte son pain de loin. Elle se lève lorsqu'il est encore nuit, et elle donne la nourriture à sa maison, et la tâche à ses servantes. Elle pense à un champ, et elle l'acquiert ; du fruit de ses mains, elle plante une vigne. Elle ceint de force ses reins, et elle affermit ses bras. Elle sent que son gain est bon ; sa lampe ne s'éteint pas pendant la nuit. Elle met la main à la quenouille, et ses doigts prennent le fuseau. Elle tend la main au malheureux, elle ouvre la main à l'indigent. Elle ne craint pas la neige pour sa maison, car toute sa maison est vêtue de cramoisi. Elle se fait des couvertures, le byssus et la pourpre sont ses vêtements. Son époux est bien connu aux portes de la ville, lorsqu'il siège avec les anciens du pays. Elle fait des chemises et les vend, et elle livre des ceintures au marchand. La force et la grâce sont sa parure, et elle se rit de l'avenir. Elle ouvre la bouche avec sagesse, et les bonnes paroles sont sur sa langue. Elle surveille les sentiers de sa maison, et elle ne mange pas le pain d'oisiveté. Ses fils se lèvent et la proclament heureuse ; son époux se lève et lui donne des éloges : « Beaucoup de filles se sont montrées vertueuses ; mais toi, tu les surpasses toutes. » Trompeuse est la grâce, et vaine est la beauté ; la femme qui craint Yahweh est celle qui sera louée. Donnez-lui du fruit de ses mains, et que ses œuvres disent sa louange aux portes de la ville.

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Salve

Repost 0