Mercredi de la troisième semaine

Publié le 11 Mars 2015

La station se fait à St. Sixte-le-Vieux, où les Dominicains de S. Clément, à qui appartient cette église, chantent la messe à onze heures et les complies à quatre heures et demie. On vénère au maître-autel le corps du pape S. Sixte. Une inscription, gravée au XIVe siècle et encastrée dans le mur près la porte d'entrée le rappelle.

Sont exposées les reliques de S. Placide m., de S. Félix m., de Ste. Blandine m., de Ste. Claire m., partie de la mâchoire et deux dents de S. Fortunat m. La salle capitulaire, qui est ouverte au public, fut témoin de la résurrection de trois morts opérée par S. Dominique: d'un ouvrier tué pendant la construction de cette même salle, d'un cavalier renversé de cheval et du fils unique d'une noble dame. Ces trois miracles ont été peints sur les murs par le R. P. Besson, Dominicain français . La vie de S. Dominique a été peinte à fresque dans le cloître du Prieuré par André Casale, qui a ainsi signé et daté son œuvre remarquable, à la trente-huitième travée: A . c .pit 1728.

Une légende, de deux distiques pour chaque fait historique, accompagne chacun des tableaux.

1. La pieuse et noble épouse de Guzman va prier à l'autel où reposent les reliques de S. Dominique de Silos, qui comble ses vœux en lui promettant la fécondité. En retour, elle donne à son fils le nom de Dominique.

2. La mère de S. Dominique voit en songe le fils qui doit naître d'elle, sous l'emblème d'un chien et d'un flambeau allumé; car l'humble religieux avait pour mission de garder inviolablement la foi et d'éclairer l'univers.

3. Un jour que Dominique dormait, étendu sur la terre nue, un essaim d'abeilles voltigea sur sa bouche, présage du bien qu'il sut choisir à l'exclusion du mal.

5. Un prêtre, à la messe, proclame que Dominique sera le réformateur de l'Eglise , non par erreur, comme le croyait sa mère, mais par l'esprit de prophétie qui l'inspire

6. Dominique, dès ses jeunes années, sut se plier aux observances des chanoines réguliers de S. Norbert, dont il avait revêtu l'habit:

7. Dans un temps de famine, il vend meubles et livres pour en distribuer le prix aux pauvres. 8. En compagnie de l'évêque d'Osma et de douze autres prélats, Dominique arrive en France, où il se voue à la défense de la religion attaquée par les hérétiques:

Les tableaux de 9 à 20 sont invisibles ou mutilés.

21. Deux livres sont jetés au feu, l'un hérétique, l'autre orthodoxe. Le premier est dévoré par les flammes, tandis que le second demeure intact:

22. La croisade est entreprise contre les Albigeois. La croix en main, S. Dominique marche à la tête des troupes. La Vierge, par sa présence, soutient son ardeur.

23. Il emploie avec succès contre l'hérésie le Rosaire, dont Marie lui révèle l'efficacité en le lui remettant:

24. Pendant une maladie, S. Dominique est consolé par la Ste. Vierge, qui adoucit ses souffrances au moyen du lait qui jaillit de son sein.

25. S. Dominique sauve du naufrage, par ses prières', des pélerins qui se rendent à S. Jacques de Compostelle et traversent la Garonne sur une barque

26. Une nuit que le pape Innocent III dormait dans son palais de Latran, il vit en songe la basilique voisine prête à tomber et S. Dominique qui en soutenait sur ses épaules les murailles chancelantes.

27. Le Christ apparaît à S. Dominique et lui montre ses plaies saignantes.

28. Dominique se présente devant le pape Innocent III, qui refuse de le recevoir.

29. S. Dominique priait dans la basilique Vaticane pour la dilatation de son Ordre, lorsque les apôtres S. Pierre et S. Paul, venant à lui, lui présentèrent, Pierre un bâton, et Paul un livre, et il entendit ces mots sortir de leur bouche: Va et prêche.

30. Renaud, lecteur en l'Université de Paris et doyen de l'église d'Orléans, se trouvant à Rome, y tomba malade. La Ste. Vierge le guérit et lui donna le scapulaire blanc, qu'adopta depuis l'Ordre des Frères-Prêcheurs.

31. Au couvent de S. Sixte, qu'il fait réparer, Dominique ressuscite un ouvrier écrasé par la chute d'une voûte: La chronique versifiée de la basilique de Latran ne cite pas S. Dominique, mais seulement S. François, de même qu'il n'est fait ici mention que de S. Dominique. Le fait cependant paraît hors de doute. Il s'agit peut-être de deux visions différentes. 32. Une femme avait quitté son enfant malade pour entendre S. Dominique qui prêchait à S. Marc . A son retour l'enfant était mort. Aussitôt elle le porte au saint, qui fait sur lui le signe de la croix et le relève vivant.

33. Napoléon de Fossanova, jeune homme plein d'espérances, est renversé de cheval et meurt des suites de ses blessures. S. Dominique, à qui on l'apporte, lui rend la vie:.

34. Le démon, sous la forme d'un singe, obsède S. Dominique pendant qu'il étudie et écrit. Pour le punir, il lui fait tenir la chandelle qui l'éclaire, jusqu'à ce qu'il se brûle, et le chasse ensuite à coups de fouet.

35. S. Dominique voit, dans un moment d'extase, la Vierge portée sur les nuages et couvrant de son manteau l'Ordre entier.

36. Sa modestie lui fait refuser les honneurs qui lui sont offerts; sa sainteté attire sur ses pas une foule empressée, heureuse des lambeaux qu'elle arrache à sa robe.

37. A sa voix, sur un signe de sa main, la nuée reste en suspens et la pluie n'atteint ni lui ni son compagnon.

39. Trait relatif au doge de Venise.

40. Un ange lui annonce sa mort, dont il fait part à ses religieux

41. Quand Dominique mourut, frère Guala, prieur du couvent de Brescia, aperçut en songe une ouverture qui se faisait au ciel et deux échelles qui descendaient jusqu'à terre par cette ouverture. Au sommet de l'une était Jésus-Christ; au sommet de l'autre, Marie. Au bas, entre les deux échelles, un siége était placé, et sur ce siége un frère, la tête voilée de son capuce. Le long des deux échelles, des anges montaient et descendaient, en chantant des cantiques. Et les échelles s'élevaient au ciel et avec elle le siége. Quand elles furent tout-à-fait en haut, le ciel se ferma.

42. Les funérailles de S. Dominique.

La station a lieu également aux SS. Nérée et Achillée, où l'on gagne l'indulgence plénière. La messe est chantée à dix heures par les Oratoriens. On vénère, dans la confession, les corps des SS. Nérée et Achillée et de Ste. Flavie Domitille. On expose le crâne de S. Félicien m., un ossement de S. Urbain m., deux dents et une partie de la mâchoire des compagnons de S. Zénon m., deux ossements de S. Ethériusm., une jambe de S. Anastase m., un ossement de S. Marc pape et plusieurs reliques de S. Philippe de Néri. S. Grégoire-le-Grand prononça dans cette église une homélie que le cardinal Baronius a fait graver sur le dos en marbre du siége pontifical. La peinture de l'abside reproduit ce fait !

Rédigé par Baglialto / Relecture:Amandine

Publié dans #Salve, #Culture

Repost 0