C'est bien sur aujourd'hui, l'Annonciation !

Publié le 25 Mars 2015

C'est bien sur aujourd'hui, l'Annonciation !

Si l'Annonciation de la Ste. Vierge, qui est fixée au 25 mars, tombe soit pendant la Semaine Sainte, soit pendant l'Octave de Pâques, la fête est renvoyée au dimanche de Quasimodo, mais pour la chapelle papale seulement, en vertu d'un privilège spécial, car, pour la ville de Rome, comme pour le monde entier, la fête est transférée au lundi suivant. Au point du jour, on tire quatorze coups de canon (56 livres de poudre) au fort S. Ange, où sont arborées en même temps les bannières pontificales.

Le Pape se rend à dix heures à l'église de Ste. Marie sur Minerve en treno nobile dans un carrosse, peint et doré, que traînent six chevaux richement caparaçonnés et conduits à la main par des valets de pied, vêtus de damas rouge aux armoiries de Sa Sainteté, coiffés de perruques à queues et poudrés.

Le Pape porte la soutane blanche, le rochet garni de dentelles, la mozette de velours rouge bordée d'hermine et l'étole de soie rouge brodée d'or. Il est accompagné, sur le devant du carrosse, de deux Cardinaux en soutane rouge, rochet, mantelet et mozette rouges. La voiture pontificale est précédée du Camérier porte-croix, vêtu de la soutane et de la soprana violettes, qui tient la croix papale de la main droite et de la gauche la bride de la mule blanche, caparaçonnée de noir, sur laquelle il est monté. Viennent à la suite les voitures de Mgr le Majordome, de Mgr le Maître de la Chambre, des Camériers et des deux Cardinaux qui assistent le Saint-Père.

La garde-noble est en tenue de demi-gala. Le Pape descend à la porte du couvent, où il est reçu par le Cardinal-Protecteur de l'Ordre et le Général des Dominicains. Il passe à la sacristie, où il reçoit successivement la falda de soie blanche, le rochet garni de dentelles, l'aube, le cordon, l'étole blanche brodée d'or et le pluvial ou manteau de soie blanche brodée d'or. Il prend la tiare et s'assied sur la sedia que soulèvent douze palefreniers" du Palais. Le Pape fait son entrée dans l'église, entre les deux éventails, bénit l'assistance, adore le S. Sacrement à la chapelle de l'Annonciation, prie un instant au grand autel et commence les prières de la messe avec le Cardinal titulaire, qui officie pontiflcalement, suivant le cérémonial usité pour les chapelles ordinaires. Après la bénédiction solennelle, qui termine la messe, le Pape accorde aux assistants une indulgence de trente ans et' trente quarantaines.

Les députés de la confrérie de la Ste. Annonciation se présentent au pied du trône pontifical, puis successivement à chaque Cardinal pour recevoir l'offrande qui doit grossir la dot des jeunes filles patronées par la confrérie. L'offrande est fixée pour le Pape à cent écus d'or et pour chaque Cardinal à un écu d'or. Les mêmes députés amènent au Saint-Père, qui leur donne son pied à baiser, une députation de ces jeunes filles, vêtues en costume d'amantate.

Ce costume se compose d'une robe blanche, d'un corsage de même couleur, d'une guimpe montante couvrant toute la partie inférieure de la figure et d'un long voile blanc qui tombe par derrière. La guimpe et le voile sont ornés d'épingles, symétriquement disposées de manière à former les dessins les plus ingénieux. Celles qui se destinent à la vie religieuse ont une couronne sur la tête. Les dots, distribuées aux filles pauvres de Rome, sont prélevées sur un fonds laissé, au XVe siècle, par le cardinal Turrecremata et augmenté par une bonne administration et des dons nouveaux. En 1862, la confrérie a distribué 784 dots, représentant une valeur de 131,633 francs.

Quatre inscriptions, placées à la Minerve dans les bas-côtés, rappellent des donations analogues

Au couvent delie Turchine, près Ste. Marie Majeure, les religieuses Annonciades célèbrent la fête patronale de leur église, à laquelle le Sénat fait une offrande de quatre torches. Il y a indulgence plénière, ainsi qu'à l'Annonciation, à Tor de' Conti et à la Trinité des Pèlerins. Le Sénat fait aussi, le matin, une offrande d'un calice et de quatre torches, mais seulement tous les quatre ans, aux religieuses Basiliennes qui habitent près Ste. Marie Majeure.

Rédigé par Baglialto / Relecture:Amandine

Publié dans #Salve

Repost 0