Églises, Indulgences et Stations

Publié le 23 Février 2015

A Rome, quand Rome était dans Rome ! Par Barbier de Montault

On désigne sous le nom d'église stationnais celle où a lieu la station. Or l'on nomme station la visite que les fidèles doivent faire à une église déterminée, au jour fixé par la rubrique du missel, pour vénérer les corps saints qui y sont conservés et les reliques que l'on y expose et aussi pour gagner les indulgences spéciales attachées par les Souverains Pontifes à cet acte pieux. L'église stationnale se reconnaît au buis et au laurier répandus au seuil de la porte, ainsi qu'aux pauvres qui l'entourent. Elle reste ouverte toute la journée et ne se ferme pas, comme les autres églises de Rome, de midi à trois heures. Des cierges allumés aux différents autels indiquent que des corps saints y sont renfermés ou que partie des reliques, sinon toutes les reliques de l'église, sont solennellement exposées. Cette exposition se fait surtout au grand autel.

Dans presque toutes les églises stationnates, on chante, le matin, la messe de la férie et souvent, le soir, les prières prescrites pour la station. Un écriteau, placé à la porte d'entrée, avertit les fidèles de l'indulgence qu'ils peuvent gagner.

Cette indulgence est ordinairement de dix ans et de dix quarantaines. Cependant, à certains jours plus solennels, comme le Mercredi des Cendres et le dimanche Laetare, l'indulgence est de quinze ans et quinze quarantaines. Pour gagner les indulgences partielles, il suffit d'être en état de grâce et il n'est nullement nécessaire de s'être confessé et d'avoir communié. Quelquefois l'écriteau porte indulgence plénière, en vertu d'un privilége spécial. Pour gagner cette indulgence, il faut s'être confessé dans les huit jours et avoir communié, le matin même, dans n'importe quelle église ou chapelle publique. » Quoique la station ait lieu simultanément dans plusieurs églises, à certains jours, comme le Mercredi des Cendres, on ne peut gagner l'indulgence qu'une seule fois, en visitant à son gré une des églises désignées. Un privilége particulier permet de gagner l'indulgence stationnale, en visitant une des églises suivantes : Ste. Marie in Trastevere, S. Jean des Florentins, le S. Nom de Marie au Forum de Trajan et le Caravita, comme si l'on visitait l'église de la station.

Les confrères et consœurs de l'archiconfrérie de Ste. Marie du Suffrage peuvent également gagner l'indulgence stationnale en visitant leur église propre, située dans la via Giulia. Nous empruntons au livret publié en 1828, par les soins de Léon XII, à l'Imprimerie de la Révérende Chambre Apostolique, les prières usitées à Rome pour les stations du Carême. S. S. Léon XII, par rescrit du 28 février 1828, a accordé à ceux qui suivront exactement les stations quadragésimales et y réciteront les prières prescrites, quarante ans et autant de quarantaines d'indulgence, chaque fois, et l'indulgence plénière à ceux qui auront fait trois stations à trois jours différents, se seront confessés, auront communié et visiteront quelqu'église ou oratoire public.

Rédigé par Baglialto

Publié dans #Histoire

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :