A Rome, quand Rome était dans Rome

Publié le 18 Février 2015

~~ MERCREDI DES CENDRES

La fonction commence par l’obédience. Les Cardinaux s’y rendent, la queue de leur cappa traînant à terre. Pendant toute la durée de cette cérémonie, le chœur chante un motet à l’unisson, sans harmonie. Les valets de pied entrent dans le chœur, & chaque Cardinal revêt alors l’habit de son ordre, qui est le pluvial pour les évêques, la chasuble pour les prêtres, & la chasuble coupée en avant pour les diacres. Tous ces ornements sont de couleur violette & brodés d’or. Un auditeur de Rote, Sous—Diacre apostolique, monte à l’autel où il prend les cendres déposées dans un plateau en vermeil & faites avec les rameaux bénits de l’année’ précédente, monte au trône & les présente au Pape, devant qui il se tient agenouillé. Le Pape récite sur les cendres les prières prescrites, puis les asperge & les encense. Le Missel manuscrit dont il se sert date du pontificat de Pie VI & de l’an 1790.

Le Cardinal grand pénitencier, qui se tient au fauteuil, au côté de l’épître, quitte la mitre, l’anneau & les gants, monte au trône &, après une salutation profonde, prend une pincée de cendres, qu’il laisse tomber sur la tête du Pape, sans rien dire & en forme de croix. Le Pape prend la mitre blanche galonnée d’or, s’assied, reçoit sur ses genoux un grémial de toile fine & commence à distribuer les cendres. Le Pape impose les cendres sur la tête de chacun

~~ Les Cardinaux reçoivent les cendres debout & baisent le genou du Pape. Les Patriarches, les Archevêques & les Evêques assistants au trône agenouillés baisent également le genou. Les Pénitenciers, les Évêques non assistants & tous les autres baisent le pied & sont agenouillés. Pendant la distribution, le chœur chante plusieurs motets à l’unisson. La distribution terminée, le Pape se lave les mains avec l’eau qui lui est présentée par le Prince assistant, quitte la mitre, se lève, dit ‘Dominus Vobiscum & récite l’oraison finale. Les Cardinaux quittent les ornements sacrés & reprennent la cappa violette. Alors la messe commence, célébrée par le Cardinal grand pénitencier. Le Pape descend de son trône & récite, au bas de l’autel, alternativement avec l’officiant, les prières ordinaires. Le chœur exécute, en chant grégorien & à l’unisson, l’Introït, le Graduel, le Trait, l’Offertoire & la Communion. Le Kyrie est chanté sur le ton férial. Il n’y a pas de Credo. Le Sanctus, le Benedictus & l’Agnus Dei sont seuls exécutés en musique alla Palestrina. Au dernier Kyrie, le Pape descend de son trône, s’agenouille sur le prie-Dieu violet placé vis-à-vis de l’autel & y écoute les oraisons; après quoi il remonte au trône. A la dernière phrase du Trait, Adjuva nos, il s’agenouille de nouveau, mais ’a son trône, sur un escabeau. Après l’Évangile, le sermon latin est prononcé par un religieux théatin qui porte, par-dessus l’habit de son ordre, une cappa violette retroussée à chaperon d’hermine. Il est suivi de l’absolution & de la promulgation de l’indulgence de quinze ans & de quinze quarantaines. Le motet de l’Offertoire est de Palestrina, Derelinquat impius viam suam. Vers la fin de la messe, les Maîtres des Cérémonies distribuent aux Cardinaux & à la prélature un livret contenant l’antienne Sancta Maria, les litanies des Saints, le psaume 45 'Deus noster refugium', les versets & les six Oraisons a réciter pendant le Carême pour gagner les indulgences des Stations dans leurs oratoires privés.

La Station a lieu à la fois dans les trois églises de Sainte-Marie in Cosmedin, de Sainte-Sabine & de Saint-Alexis sur le mont Aventin. On gagne à la visite de l’une d’elles une indulgence de quinze ans & quinze quarantaines. Quelques jours avant le mercredi des Cendres, le Pape réunit dans son palais les prédicateurs du Carême, leur adresse la parole, leur fait faire la profession de foi selon la formule de Pie IV, les admet au baisement du pied et donne la bénédiction apostolique.

Rédigé par Baglialto / Actes et histoire du concile oecuménique de Rome

Publié dans #Histoire

Repost 0