Suite de la méditation pour l'Epiphanie

Publié le 6 Janvier 2015

Il est évident que ce magnifique discours prophétique, dans lequel on ne sait qu'admirer le plus, ou l'élévation des pensées, ou la douceur des sentiments, ou l'éclat poétique du style, est une pompeuse prédiction de la vocation des Mages. Ainsi l'ont compris tous les saints Pères, tous les interprètes catholiques; ainsi le comprend l'Eglise elle-même, puisqu'elle le fait lire au lieu d'Épître à la messe, qu'elle l'applique à cette solennité, et se plaît à le rappeler sans cesse dans tous les offices de cette octave.

D'ailleurs, peut-il y avoir une prophétie plus précise , plus claire , plus littérale? Les saints personnages dont elle fait mention sont clairement indiqués par la majesté de leur rang, reges; par le miracle de l'astre brillant qui les a appelés, ; par la lumière qui les a guidés, par le lieu d'où ils sont venus, ; par les dons qu'ils ont offerts, par leur conversion, ; enfin, par les hommages et les louanges qu'ils ont rendus au Sauveur du monde,

De sorte qu'en confrontant ce passage du prophète Isaïe avec celui de l'Evangile selon saint Matthieu, dans lequel il décrit la vocation des Mages, il est impossible de distinguer lequel des deux écrits est la prophétie ou l'histoire du mystère.

Quoiqu'une tradition presque universelle ait toujours reconnu les Mages pour des rois et des personnages illustres , il fallait autre chose que leur conversion pou r inspirer de si sublimes expressions d'allégresse à un prophète qui n'était continuellement occupé que des grands mystères du Messie, et des immenses et universels résultats de sa rédemption. Ainsi, ce n'est pas seulement de rois, de quelques individus qu'il parle, mais de nations entières: il n'est pas seulement question d'habitants voisins, mais encore de voyageurs lointains, qui viendraient de toutes les parties de la terre, de toutes les côtes de la mer, pour chercher un asile à Jérusalem; qui l'enrichiraient d'enfants et la combleraient de joie et de gloire. Cette prédiction ne regarde donc les Mages qu'en tant qu'ils étaient la figure, les précurseurs de cette multitude de peuples qui sont venus de toutes les parties de l'univers peupler la vraie Jérusalem, l'Eglise, et former la grande famille des vrais adorateurs de Jésus-Christ.

La fête de l'Epiphanie de Notre-Seigneur est donc la fête de tous les peuples qui ont passé des ténèbres de l'erreur à labienfaisante lumière du christianisme ; elle est la fête de nous tous, fils chrétiens de pères gentils, car c'est de ce jour que date notre participation aux bienfaits de la naissance du Sauveur, et à l'héritage de son amour.

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Ecclésial

Repost 0