Chapelle papale du deuxième, troisième et quatrième dimanche de l'Avent.

Publié le 7 Décembre 2014

Histoire des chapelles papales Par Gaetano Moroni,Manavit

C'est un Archevêque ou un Évêque assistant au trône, qui chante la messe le second dimanche de l'Avent. Le motet de l'offertoire, Jerusalem cito veniel, est de Palestrina. C'est le Procureur-Général des Mineurs conventuels, qui prononce le sermon et publie l'indulgence de dix ans.

La Chapelle du troisième dimanche, appelé Gaudete, se tenait autrefois, comme celle du quatrième dimanche du Carême, dans la basilique Sainte-Croix de Jérusalem. Les tentures de l'autel et du trône étaient de velours rose, et l'autel était orné de petites statues d'argent, représentant les Apôtres. Les Cardinaux conservent leur manteau violet, mais ils portent ce jour-là la soutane, la mosette et la mantelletta de couleur rose. Le Pape revêt la chape de même couleur, et porte la mitre d'or, comme il le fait le dimanche Lœtare du Carême; les ornements du Célébrant, du Diacre et du Sous-Diacre, de même que le devant d'autel, sont également roses. Ce dimanche, appelé Gaudete du premier mot de l'introït de la messe, et qui semble réveiller ainsi la pieuse allégresse de l'Église, était autrefois célébré d'une manière plus solennelle par les Pontifes romains, qui avaient l'habitude de chanter eux-mêmes la messe en Chapelle.

Aujourd'hui la fonction se tient au Vatican; elle n'offre de rites particuliers que ceux que nous venons d'indiquer. Le motet de l'offertoire, Veni, Domine, est de Palestrina. C'est le Procureur-Général des Ermites de Saint-Augustin qui prononce le discours et promulgue l'iudulgence de vingt-cinq ans.

La chapelle du quatrième dimanche se tenait autrefois à SaintPaul hors-des-murs; mais l'éloignement des lieux et la saison de l'hiver firent renoncer à cet ancien usage. C'est un Évêque assistant qui chante la messe ; le motet, Canite tubâ inSion, est encore de Palestrina. Le discours est prononcé par le Procureur-Général des Carmélitains chaussés de l'ancienne observance, qui publie l'indulgence de dix ans. Si le quatrième dimanche de l'Avent se trouve être la veille de Noël, la Chapelle pontificale n'a pas lieu. Il est arrivé que les Papes se sont bornés à faire annoncer pour la seconde fois l'ouverture du jubilé d'une année sainte, déjà proclamée le jour de l'Ascension de la même année.

Rédigé par Baglialto

Publié dans #Histoire, #Ecclésial, #Culture

Repost 0