C'est l'Avent !

Publié le 30 Novembre 2014

Je sais, Bis repetita...et même Ter !

Voici ce qu'en dit Dom Guéranger

"On donne, chez les Latins, le nom d’Avent , au temps destiné par l’Eglise à préparer les fidèles à la célébration de la fête de Noël, anniversaire_de la Naissance de Jésus-Christ. Le mystère de ce grand jour méritait bien sans doute l’honneur d’un prélude de prières et de pénitence; aussi , serait-il impossible d’assigner d’une manière certaine l’institution première de ce temps de préparation qui n’a reçu que plus tard le nom d’Avent. Il paraît toutefois que cette observance aurait commencé d’abord en Occident; car il est indubitable que l’Acent n’a pu être affecté comme préparation à la fête de Noël, que depuis que cette fête a été définitivement fixée au 25 décembre : ce qui n’a eu lieu pour

l’Orient que vers la fin du quatrième siècle, tandis qu’il est certain que l’Eglise de Rame la célébrait en ce jour long-temps auparavant.

L’Avent doit être considéré sous deux points de vue différents: comme un temps de préparation proprement dite à la Naissance du Sauveur, par les exercices de la pénitence, ou comme un corps d’0flices Ecclésiastiques organisé dans le même but. Nous trouvons, dès le cinquième siècle, l’usage de faire des exhortations au peuple pour le disposer à la fête de Noël; il nous reste même sur ce sujet deux sermons de saint Maxime de Turin , sans parler de plusieurs autres, attribués autrefois à saint Ambroise et à saint Augustin , et qui paraissent être de saint Césaire d’Arles. Toutefois , ces monuments ne nous apprennent point encore la durée et les exercices de cette sainte carrière; mais nous y voyons du moins l’ancienneté de l’usage qui marque par des prédications particulières le temps de l’Avent.

Yves de Chartres, saint Bernard , etc., ont laissé des sermons spéciaux de Adventu Domini, totalement distincts des Homélies Dominicales sur les Evaugiles de ce temps, et que nous ne faisons point entrer ici en ligne de compte. Dans les Capitulaires de Charles le Chanve, de l’an 846 , les Evêques représentent à ce Prince qu’il ne doit pas les retirer de leurs Eglises pendant le Carême, ni pendant l’Avent, sous prétexte des affaires de l’Etat, ou de quelque expédition militaire, parce qu’ils ont des devoirs particuliers à remplir, et principalement celui de la prédication durant ces saints temps."

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Ecclésial

Repost 0