Saint Martin Ier, pape !

Publié le 12 Novembre 2014

Saint Martin Ier, pape !

Nous restons avec St martin aujourd'hui, mais pas le même ! Après cette excellente journée d'hier marquée aussi par l'anniversaire de Tite Rose, le retour au travail est un peu dur, mais la vie est ainsi faite !

Donc, notre saint du jour,

Fils de Fabrice, pieux et riche patricien de Toddi (Toscane), Martin « reçut du ciel la beauté et un esprit si vif et si pénétrant, qu’il surpassa bientôt, soit dans les humanités, soit dans la rhétorique et la philosophie, les maîtres qu’on lui donnait pour l’instruire. » Diacre de l'Eglise romaine, Martin fut aprocrisiaire de la cour romaine à Constantinople.

Cinquante-deux jours après la mort du pape Théodore, Martin fut élu à sa succession (15 juillet 649). Elu par les romains, il fut le premier pape consacré (5 août 649) sans la confirmation de l’Empereur ou de l’exarque de Ravenne qui le représentait. Martin I° ne fut donc pas reconnu comme pape par la cour de Constantinople.

A peine élu, Martin I° dénonça le typos de l’Empereur qui mettait sur le même plan l’erreur et la vérité. Du 5 au 31 octobre 649, il réunit un concile au Latran pour défendre la foi catholique sur les deux volontés divines et humaines du Christ, vrai Dieu et vrai homme. Fort des condamnation du concile, Martin I° entreprit de rallier contre le monothélisme les églises d’Orient et d’Occident. Le 17 juin 653, l’exarque de Ravenne, Calliope, fit arrêter le Pape par la police impériale dans la basilique du Latran. Il fut amené par voie d’eau à Ostie où il fut embarqué pour Constantinople. Au terme d’un voyage au cours duquel, atteint de goutte, il fut laissé sans soin, avec l’interdiction de sa laver et fort peu nourri, Martin I° fut débarqué sur un grabat, insulté par la populace rassemblée et payée à cet effet (17 septembre 653).

Condamné à mort, Martin I° fut enfermé à la prison Diomède ; il écorcha ses pauvres jambes aux degrès du sinistre logis. Malgré la sollicitude de deux femmes qui avaient les clefs de la prison, Martin I°, transi de froid, perdit l’usage de la parole mais put écrire un mémoire à ses fidèles. Le partriarche de Constantinople obtint que l’Empereur commuât sa peine en déportation à vie. En avril 654, Martin I° fut envoyé clandestinement à Cherson (Sébastopol), en Crimée, où il mourut de faim le 13 avril 656.

Le Liber Pontificalis mentionne sa déposition au 17 septembre, d’autres témoins le 16, mais la fête de St Martin de Tours devait sans doute toujours exercer une curieuse influence sur celle de son homonyme [1] puisqu’il fut fêté le 10 ou le 12 novembre selon les endroits.

Rédigé par Adso

Publié dans #Salve

Repost 0