Chapelle papale du premier dimanche de l'Avent

Publié le 30 Novembre 2014

— Commencement de l'oraison de quarante heures.

Quoique Sixte-Quint eût ordonné, en 1586, par sa bulle Egregia, qu'on célébrât cette Chapelle dans l'église de SaintLaurent hors-des-murs, Clément VII ne tarda pas à permettre, vu la distance des lieux, de la tenir dans la chapelle du Vatican, afin, d'ailleurs, de pouvoir plus facilement transporter le Saint Sacrement à la chapelle Pauline pour l'ouverture des quarante heures.

Les ornements de la chapelle sont de couleur violette , et le tableau de l'autel représente Y Annonciation de la sainteVierge. Les Cardinaux sont revêtus de leurs habits violets, et portent la mosette doublée d'hermine, comme le sont aussi les capes et manteaux des fonctionnaires qui ont rang en Chapelle. Le Pape porte la chape rouge et la mitre d'argent ; les Cardinaux, comme les Patriarches et les Archevêques, ne font usage , en célébrant, pendant l'A vent, que de la mitre de toile blanche. C'est un Patriarche qui chante la messe , et le Procureur-Général des frères Prêcheurs prononce le discours et promulgue l'indulgence de dix ans. Avant de chanter l'épître, le Sous-Diacre quitte la chasuble pliée qu'il porte, et la remet après l'avoir chantée; le Diacre en fait autant avant de chanter l'évangile, et il met une large étole diaconale (stollone), qu'il garde jusqu'à la postcommunion, pour reprendre la chasuble pliée. A l'offertoire, on exécute le motet de Palestrfna,Salvatorem exspectamus. Le Maître des cérémonies qui accompagne le Diacre allant encenser le Sacré-Collége, donne aux Cardinaux l'heure du sermon, qui doit être prononcé en italien, tous les mercredis de l'Avent, dans une des salles du palais,» et auquel assiste le Pape, mais d'une manière privée. Au Sanctus,. douze Bussolanti, portant des flambeaux, entourent l'autel. Le Célébrant consacre deux hosties, l'une qu'il consomme, et l'autre qui doit être exposée à la vénération des fidèles pendant les quarante heures. Deux Maîtres des cérémonies distribuent aux Cardinaux et à toute l'assistance des cierges pour la procession. Les Chantres entonnent le dernier Agnus Dei quand le Célébrant a placé dans l'ostensoir l'hostie consacrée.

Après la messe, le Pape descend du trône, et vient se placer, à genoux, au pied de l'autel, où il encense le Saint-Sacrement, couvert d'un riche voile brodé; il reçoit l'ostensoir des mains du Célébrant, et le cortége, s'étant mis en marche, se dirige vers la chapelle Pauline : les bâtons du dais sont tenus par des Évêques, et le Pape, à pied et la tête découverte, porte la sainte Eucharistie. En entrant dans la chapelle Pauline, splendidement illuminée, on chante le Tantùm ergà, et le Pontife, au pied de l'autel, remet l'ostensoir au premier Cardinal-Diacre, ayant l'étole diaconale sur ses insignes cardinalices; celui-ci le porte derrière l'autel, où il trouve le prélat Sacristain, qui l'expose sur le tabernacle. Après avoir encensé trois fois la sainte Eucharistie, le Pape récite l'oraison, et se retire dans la sacristie contiguë, où il dépose ses ornements.

Comme dans la cérémonie du Jeudi saint au sépulcre, de même, pendant les quarante heures, les Prélats de la cour pontificale, les Camériers, les Chapelains, etc., font successivement, deux à deux, une heure d'adoration devant le Saint-Sacrement. Le souverain Pontife lui-même, accompagné du Majordome et du Maître de chambre, va faire sa station à la chapelle Pauline, et adorer aussi pendant les quarante heures le Saint des saints.

Clément VIII confirma, en 1592, par sa constitution Graves et diuturnas, la pieuse coutume où l'on était d'exposer à la vénération publique le Saint-Sacrement pendant une période de quarante heures, afin de réveiller dans l'esprit des fidèles le souvenir

des quarante jours de jeûne de Jésus-Christ dans le désert, ou celui des quarante heures qu'il passa dans le sépulcre. Ce Pontife voulut que cette institution fût établie dans toutes les églises , basiliques, oratoires publics et chapelles des communautés religieuses de toute la ville de Rome, et il fixa l'ouverture de ces quarante heures au premier dimanche de l'Avent, dans la chapelle Pauline du Vatican.

A l'expiration de ces quarante heures, le prélat Sacristain, après une messe basse célébrée dans la chapelle Pauline, prend la chape blanche, et deux soprani entonnent les litanies des saints. Après la récitation du Pater et des oraisons, le Prélat donne la bénédiction avec le Saint-Sacrement, et le replace ensuite avec respect dans le tabernacle de la chapelle.

Après avoir été célébrées au Vatican , les oraisons de quarante heures commencent dans la basilique de Saint-Jean-de-Latran, et successivement dans les autres basiliques, églises, oratoires, communautés religieuses, etc., et se renouvellent pendant toute l'année.

Rédigé par Baglialto

Publié dans #Ecclésial, #Histoire

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :