LÉGENDE DE SAINTE THÈCLE

Publié le 24 Septembre 2014

LÉGENDE DE SAINTE THÈCLE. (Jacques de Voragine)

L'apôtre saint Paul, s'étant rendu d'Antioche à Icone, avait avec lui deux compagnons, Damas et Alexandre; mais ce n'étaient pas de vrais disciples, ainsi qu'il le dit dans une de ses épîtres. Un homme de bien, nommé Onésiphère, apprenant son arrivée, alla au-devant de lui avec sa famille, et il le reconnut à la description que Tite lui en avait faite. Voyant donc parmi les autres un homme de petite taille, le nez aquilin, le visage angélique, il le salua avec humilité. Damas et Alexandre se fâchèrent de ce qu'il ne les saluait pas aussi, et Onésiphère leur répondit que c'était parce qu'il ne voyait pas en eux le fruit de la justice. Paul se rendit chez lui, et il y prêcha souvent. Une vierge, nommée Thècle , qui était déjà liancée et qui habitait dans une maison tout proche de celle d'Onésiphère, entendait, étant assise à sa croisée, les exhortations de Paul, et elle fut tellement touchée des discours de l'apôtre, qu'elle n'avait pas vu, que, durant trois jours entiers, elle ne quitta pas sa fenêtre, afin de ne rien perdre des paroles de l'homme de Dieu. Sa mère Théodora, voyant cela, en prévint le fiancé de Thècle, Thamire, qui en fut fort affligé et qui accusa Thècle de s'être laissé séduire par saint Paul. Et, comme ils ne purent la faire renoncer à la foi de Jésus-Christ qu'elle avait embrassée, Paul fut saisi et mené en prison , et Thècle l'y suivit. L'apôtre et la vierge furent ensuite amenés devant le juge, qui condamna Paul à être battu de verges et expulsé de la ville, et Thècle à être brûlée vive. Elle s'élança avec joie sur le bûcher; mais aussitôt il tomba du ciel une forte pluie qui éteignit le feu, et il survint un grand tremblement de terre qui fit pérrî beaucoup d'infidèles, et Thècle put se sauver, et elle se réfugia dans la maison où demeurait Paul, saisie de joie de le revoir. Elle voulut se couper les cheveux et l'accompagner, déguisée en homme; mais l'apôtre ne le permit pas, car elle était d'une grande beauté. Dans la suite, Thècle fut condamnée, comme chrétienne, à être exposée aux bêtes de l'amphithéâtre, et on lâcha contre elle une lionne; mais cette bête féroce perdit aussitôt toute sa soifde carnage, et, se couchant aux pieds de la sainte, elle les lui léchait en présence de tout le peuple, qui étaitremplid'étonnement. On lâcha alors un lion, mais la lionne se jeta sur lui pour l'empêcher d'approcher de la sainte, et ces deux animaux, se battant longtemps entr'eux, restèrent tous deux morts sur l'arène. Après avoir converti beaucoup d'infidèles par ses exhortations, Thècle se retira dans la solitude et elle y mourut dans le Seigneur.

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Salve

Repost 0