Le Saint Nom de Marie

Publié le 12 Septembre 2014

Le Saint Nom de Marie

Qu'il est doux, le nom de Notre Dame, de notre maman du ciel !

Si vous voulez tout savoir sur cette fête, cliquez sur cette wikipage

Saint Alphonse de Liguori nous dit

"Le grand nom de Marie, donné à la Mère de Dieu, n'a pas été trouvé sur la terre, ni inventé par l'esprit ou le caprice des hommes comme les autres noms; mais il est descendu du ciel et a été imposé par un décret divin, ainsi que l'attestent Saint Jérôme, Saint Epiphane, Saint Antonin, et d'autres auteurs. C'est un nom tiré du trésor de la Divinité, dit Saint Pierre Damien : De thesauro Divinitatis , Mariœ nomen evolvitnr. Oui, ô Marie ! ajoute Richard de Saint-Laurent,Votre nom sublime et admirable est sorti du trésor de la Divinité; car c'est la Sainte Trinité tout entière qui vous a donné ce nom au-dessus de tous les noms après celui de votre divin Fils, et qui l'a enrichi de tant de majesté et de puissance, qu'il faut que, par respect pour ce saint nom, dès qu'il est prononcé, tout genou fléchisse dans le ciel, sur la terre, et aux enfers : Dedittibi, Maria, iota Trinitas nomen quoi est super omne nomen, post nomen Filii tui, til in nomine tuo omne genuflectalurcœlestium, terrestrium, et infcrmrum.

Mais, entre les autres prérogatives que le Seigneur a voulu attacher au nom de Marie, considérons ici avant tout combien il l'a rendu doux aux serviteurs de cette céleste Reine, soit pendant la vie, soit à l'heure de la mort.

Et d'abord, pour parler du temps de la vie, le saint anachorète Honorius disait que le nom de Marie est plein de tout ce qu'il y a de douceur et de suavité en Dieu:

Hoc nomen Mariœ plenum est omni dulcedine ac suavitate divina. Aussi, le glorieux Saint Antoine de Padoue reconnaissait dans le nom de Marie les mêmes charmes que Saint Bernard trouvait dans celui de Jésus. Le nom de cette ViergeMère, comme celui de son divin Fils, est pour ses serviteurs, disait-il, une joie au cœuç, un miel à la bouche, une mélodie à l'oreille :Jubilus in corde, mel in ore, melos in aure.

Le vénérable Juvénal Ancina, évêque de Saluées, ainsi qu'on le rapporte dans sa Vie, goûtait, en prononçant le nom de Marie, une douceur sensible telle qu'il s'en léchait les lèvres. On lit également qu'une dame de Cologne dit à l'évêque Massilius que, toutes les fois qu'elle prononçait le nom de Marie, elle sentait dans sa bouche une saveur plus douce que celle du miel. Et Massilius, ayant adopté sa pratique, éprouva la même douceur."

Bonne journée

Rédigé par Cdl Balthasar

Publié dans #Ecclésial, #Salve

Repost 0