Eglises détruites de Rome: L'église des cheveaux secoués !

Publié le 30 Septembre 2014

Eglises détruites de Rome: L'église des cheveaux secoués !
A quelques pas du Vatican, sur une jolie petite place, se dessait autrefois fièrement une belle église sous le vocable de Saint Jacques de Scossa-Cavalli (en un ou deux mots, les deux orthographes existent), Saint Jacques de cheveaux secoués !
L'église semble avoir sa première référence documentaire sous le règne du pape Léon IX (1049-1054), sous le vocable de San Salvatore in Bordonia. Egalement appelée San Salvatore in Portico, parce que juste à l'est de la principale porte d'entrée de l'enceinte du Vieux-Saint-Pierre. Puis, à la fin du 12ème siècle, nous la retrouvons sous le vocable de Scossa Cavalo
Les premières références à la dédicace de Saint-Jacques datent en fait de 1275 et 1277, où le nom est donné comme Scossa Cavallo (ou Cavalli) apparait subitement !
L'impératrice Hélène, mère de Constantin , envoya de saintes reliques concernant Notre Seigneur Jésus Christ avec l'ordre de les placer dans Saint-Pierre; mais quand le char qui les portait passa devant Saint-Jacques, il fut arrêté par une main invisible, et les chevaux presque renversés du contre-coup. De là le nom de Scossacavalli donné à Saint-Jacques , qui eut les reliques
Cette église possédait donc la pierre sur laquelle Jésus-Christ fut circoncis, on voyait l'empreinte d'un des talons du jeune enfant; cette pierre était sur l'autel de la Présentation.
On conservait aussi, sur l'autel de sainte Anne de cette église , la table de marbre qui avait été préparée pour le sacrifice d’lsaac.
Notons que l’origine du nom peut aussi venir de fraquements de statues equestres découvertes dans cette zone à cette époque
C'était une petite église paroissiale dont la forme originale était rectangulaire avec façade sur le Borgo Vecchio.
Confiée à la garde du chapitre de Saint-Pierre au Moyen-Age, la responsabilité de sa reconstruction-rénovation a été transféré à la paroisse de la Confrérie del Saint Sacrement en 1520, laquelle est devenue une Archiconfrérie en 1568, ( initialement basée à Santa Maria della Purità à Borgo proximité)
L'église a été entièrement reconstruite, donc,au début du 17ème siècle, aux environs de 1601 !
La confrérie a fourni une sainte chapelle Sacrement séparé juste à l'est, avec une entrée au le long du Borgo Vecchio. Cette chapelle a été importante, aussi longtemps que l'église principale était large et avec comportait un dais. L'autel a été consacré à Saint-Sébastien, de sorte qu’on a pu croire à l’existence de deux églises en ce lieu ce qui n’était pas le cas !
L’architecte principal fut Giovanni Battista Cerasa.
Une visite de 1662 décrit tous les paroissiens comme étant «très pauvres». Il a également noté que la chapelle du Saint Sacrement n'avait pas été terminé, la façade incomplète, et que la confraternité avait du mal à entretenir le tout ! de fait l’église n'a jamais été terminée.
L'église et la chapelle ont été démolis en 1936 pour faire place à la Via della Conciliazione. Certaines des fresques qu'il contenait survivent au Museo di Roma.
Comment la trouver de nos jours ?
Cherchez le ‘Palazzo Giraud’ sur le côté nord de la Via della Conciliazione, et prenez une ligne à travers la route de la fenêtre du milieu à droite de l'entrée principale. Vous êtes sur la ligne de la façade de l'église. L'église était dans ce qui est aujourd'hui une des rues principales.
L'église était sur ​​le côté est de la place Scossacavalli, à l'angle de Borgo Vecchio. Son plan était curieux basée sur un parallélogramme plus large que cela ne le laissait apparaitre de dehors. Les parois latérales étaient inclinées légèrement vers la gauche à partir de la façade. Il n'y avait pas d’ abside ou de presbyterium séparé.
En dépit de sa taille, la disposition était celle d'une nef et bas-côtés de trois travées. La nef centrale était deux fois plus large que les allées, et les arcades qui soutennaient les trois voûtes en berceau étaient sur ​​deux colonnes doriques sur chaque côté. Les voûtes des bas-côtés ont eu deux pilastres correspondants attachés aux parois latérales.
Les voûtes des bas-côtés faisaient la moitié de la hauteur de la voûte de la nef, mais avaient exceptionnellement des logias au-dessus qui étaient accessibles par des escaliers au-delà du mur arrière de l'église.
La nef de droite avait trois logias de taille identique, mais l'allée de gauche avait une petite logia et une plus grande à la place de deux. Ces deux ensembles de logia ont été éclairés par trois fenêtres verticales rectangulaires dans chacune des parois latérales, qui à l'extérieur étaient plus de trois fenêtres carrées insérés dans la retombée des voûtes des bas-côtés. Il y avait une grande fenêtre en demi lune dessus de l'entrée et un autre donant sur l'autel, mais pas directement dans les murs de la nef ! Elle donait au dessus des arcades.
La chapelle du Saint Sacrement a une nef rectangulaire, et une petite abside rectangulaire transversale. L'accès interne se faisait par la sacristie, dont la porte était à la gauche de l'autel principal de l'église.
La façade a deux étages, le premier beaucoup plus élevés que la seconde. Le tout a été rendu en orange pâle, avec des détails architecturaux en blanc.
Le premier étage a eu six pilastres doriques gigantesques, dont trois régulièrement espacés de chaque côté de l'entrée avec deux sur les coins. Ceux-ci ont appuyé un entablement. L'entrée a un fronton brisé soulevée au sommet, et surtout une grande fenêtre en demi lune dans un cadre large, et des moulages courant vers les coins inférieurs interrompus par les pilastres.
Il y avait quatre niches en plein cintre entre les pilastres de chaque côté, deux en dessous du moulage mentionnée ci-dessus et deux au dessus .
Le second étage a un faux fronton formé par le pignon, et un moulage en cours d'exécution à partir des lignes de toit latérales sur les lignes prises à partir des bords intérieurs de la paire intérieure de pilastres du premier étage.
Il a été interrompu par une énorme tablette dans un cadre baroque portant une inscription dédicatoire court.
Au-delà de la paroi latérale, il y avait un bâtiment domestique, sans doute la maison du prêtre, puis la façade inachevée de la chapelle du Saint-Sacrementqui comportait une fenêtre rectangulaire sous un fronton triangulaire.
Le maître-autel contre le mur du fond, n’avait pas presbyterium. Il avait un retable représentant la Cène par Giovanni Battista Ricci da Novara dessiné de sa main, peint par un disciple, et un tabernacle en marbre polychrome d’afrique, par Giovanni Battista Ciolli. Il y avait deux autels latéraux. Celle de gauche a été consacré à la circoncision du Christ, et le retable était de même provenance ainsi que le rétable de la chapelle de droite qui a été consacrée à la Nativité de Notre-Dame. Les fresques au dessus de ce dernier autel étaient d’Ambrogini.
La chapelle du Saint Sacrment avait une fresque sur sa voûte du plafond montrant Dieu le Père, et les parois latérales montraient les quatre médecins latin. Tous deux étaient de Vespasien Strada. Le retable de l'autel montrant Saint-Sébastien, était de Paolo Guidotti.
Dans Itinéraires d'un Brugeois en Italie et en Sicile (1821-1823) Par André Jacopssen, on trouve quelques éléments annexes (photo de couverture de l'article)
Aquarelles faites avant la demolition

Aquarelles faites avant la demolition

Aquarelles faites avant la demolition

Aquarelles faites avant la demolition

ancienne vue de la place et de l'église

ancienne vue de la place et de l'église

Photo de la démolition

Photo de la démolition

photo de la demolition

photo de la demolition

aquarelles faites lors de la démolition

aquarelles faites lors de la démolition

aquarelles faites lors de la démolition

aquarelles faites lors de la démolition

Rédigé par Baglialto

Publié dans #Histoire, #Ecclésial, #Voyages

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :