A la recherche des églises détruites

Publié le 29 Septembre 2014

A la recherche des églises détruites

Un vieux guide de Rome, que j'ai retrouvé l'autre jour en rangeant ma bibliothèque, me fait état d'eglises aujourd'hui disparues, (j'en connaissais deux sur les 4 mentionnées) ! J'ai donc entrepris quelques recherches que je vais vous livrer en de petits articles !

On y va ?

Wiki nous parle des

Tituli chrétiens à Rome

Dans la ville de Rome, titulus désigne le nom donné aux bâtiments privées transformés en lieux de cultes paléochrétiens - également appelés domus ecclesiae - d'après le nom du propriétaire du lot ou de l'immeuble assigné à cet usage, nom qui sera progressivement remplacé par des noms de saints ou d'évêques romains. Ces lieux de cultes domestiques apparaissent à partir du ive siècle, associés aux premières églises et basiliques chrétiennes. Les actes du synode romain de 499 mentionnent 25 tituli correspondant à des districts de Rome, établissant ainsi un découpage administratif de l'Église romaine5. Le mot titre est encore utilisé dans la dénomination de certains cardinaux romains6.

=================================

Je compile ici les infos de deux guides de Rome, un du XVIIIème, et un de 1878 (qui plus est, en anglais) !

Je vais donc commencer par un des Titulus disparus, le Titulus Matthaei in Via Merulana (dont le nom vient des trophés de Marius, le Consul qui y furent placés ) sur l'axe de Ste Marie Majeure vers le Latran !

Le monastère et l'église se trouvaient au croisement de la Via Machiavelli

San Matteo in Via Merulana est un titre cardinalice. Le titre est établi une première fois en 112 par le pape Alexandre Ier. Le pape Grégoire Ier (590-604) supprime le titre en 600. Le titre est établi de nouveau en 1517 par Léon X et est supprimé en 1801. En 1775, l'église est déjà délabrée et le titre n'est plus octroyé depuis 1776. Le titre est transféré à Santa Maria della Vittoria en 1801.

On trouve mention, des rémissions et indulgence données en la fête de Saint Mathieu dans un ouvrage de 1616: "Il y à plenière remission des pechez le iour de sainct Matthieu, & chasque iour mill'ans, et autant de quarantaines d'Indulgence, & la remission de la septiesme partie des pechez."

Loin d’être une église insignifiante il semblerait qu’elle ait été édifiée au IVème siècle.Son titre apparait au synode de 499, mais disparait vers le VIème siècle, le titre ayant peut être été transferé à l’eglise des Saint Marcellins et Pierre du latran . Cette opinion est contestée, et il n'y a aucune preuve directe de subsistance du titre avant sa réintroduction au XVIème siècle.

L'église du monastère a été restauré par le pape Pascal II en 1110. C’est la première trace établie et la première preuve documentaire directe de l'église.

Sous le règne du pape Innocent III, en 1212 une nouvelle restauration est entreprise et un hospice est établi sur le côté sud.

Cet hospice devient lieu de résidence des membres infirmes de la Maison pontificale à l’époque où le Pape réside au palais du Latran.

L’ensemble (église et hospice) est confié à un ordre de frères connus sous le nom de Frères Croisiers mais cet ordre religieux se désagrège vers la fin du Moyen Age (supprimé en 1656)

L’église leur est retirée en 1477 après avoir été mise sous séquestre dans une sombre affaire. L’eglise est confiée aux frères Augustins.

En 1499 une icône byzantine de la Vierge et l'enfant a été placée dans l’église, après avoir été prétendument volée de son église d'origine en Crète par un marchand italien.

Ce tableau Byzantin, de la Madone du Secours Perpetuel (Elle disparut pendant la révolution française ) est redecouvert au XIXe siècle en 1863 grâce à Michèle Marchi, et le Pape Pie IX la confia aux Rédemptoristes qui la placèrent alors dans l'église Saint-Alphonse nouvellement construite sur le site de l'église Saint-Mathieu. (J'ai un article en préparation sur cette icone !)

Le pape Léon X (1513-1521) rend son titulus à l’église , et le premier cardinal titulaire fut le célèbre humaniste Gilles de Viterbe.

Jusqu'en 1575, l'église était sur ​​la seule route entre le Latran et Santa Maria Maggiore. On construisit ensuite la Via Sant'Matteo, sur la même ligne que l'extrémité sud de l'actuelle rue Merulana mais celle-ci tourne à droite et continue en ligne droite (Via Trofei di Mario) dans ce qui est maintenant la Piazza Vittorio Emanuele II. L'entrée de l'église était sur ​​cette route, et il y avait un portique à colonnes de marbre blanc & noir.

En réponse aux travaux de percement des rues, l'orientation de l'église a été inversé et le portique démoli a été remplacé par une abside.

Sous le règne d'Innocent X (1644-1655) l'église a été enregistrée comme étant à l'abandon, et a perdu sa relique du bras de saint Matthieu au profit de Santa Maria Maggiore.

Nouvelle restauration sous le pape Clément IX (en 1667)

Le secteur reste assez rural voir campagnard (Vignes, patures pour les cheveaux des grandes familles locales) jusqu’à une époque assez avancée au XIXe siècle, bien que certaines villas somptueuses dans un vaste terrain aient été construits dans les deux siècles précedents.

L’ensemble a été démoli en 1810 pendant l'occupation française, apparemment dans le but d'élargir la Via Merulana. Cependant, l'église n'était pas dans l'emprise de ce chemin et la raison pour laquelle les Français la détruisirent ainsi le couvent, semble être un petit mystère. Le site a été tout simplement laissé vacant, jusqu'à la nouvelle campagne d’urbanisation suite à la prise de Rome

L'icône vénéré a été transféré d'abord à Santa Maria de Posterula en 1819, puis en 1866 à Saint Alphonse de Liguori sur l’Esquillin partiellement construite sur le terrain de notre église Saint Matthieu.

L’abside se situait dans la Via Machiavel juste au sud-ouest de l'intersection avec la Via Giusto.

L'église moderne de Sant'Elena all'Esquilino est sur le site de la nef.

Ce n'était pas une grande église par sa taille. Le plan était un simple rectangle, avec une petite et peu profonde abside rectangulaire avec un arc de triomphe, lequel se trouvait sur le site de l'ancien portique d'entrée sur la Via di San Matteo. Il y avait deux chapelles latérales se faisant face les uns des autres, mais celles-ci ne sortaient pas du quadrilatère. Elles comportaient une paire de pilastres chacunes.

L'entrée de la Via Merulana se faisait par une cour ouverte sur la rue avec l’unique entrée à l'extrémité. A droite de la façade : l'entrée au couvent. Cela formait deux ailes en forme de L; l'une était le long du côté sud de l'église, et l'autre le long du côté ouest de la Via di San Matteo. Un passage à arcades courait de l'entrée principale, le long du côté sud de l'ancienne aile et le côté ouest de cette dernière aile vers l'autre entrée sur la Via di San Matteo. Le jardin des moines était dans le triangle des deux rues au sud.

La voûte de plafond faisait reference au pape Clement VII et à Gilles de Viterbe sans que l’on ait plus de précision (fresques, mosaïques ?). Le sol était un bel exemple de l’art Cosmatesque

A Suivre...

Rédigé par Baglialto

Publié dans #Voyages, #Culture, #Histoire

Repost 0